Nous suivre Industrie Pharma

Résultats 2001/Sanofi-Synthélabo concentre ses efforts aux Etats-Unis, moteur de sa croissance en 2001

Sujets relatifs :

,

" Les années se suivent et se ressemblent " pour Sanofi-Synthélabo, selon les propres termes de Jean-François Dehecq, président-directeur général du groupe, précisant, que 2001 " a été une bien belle année ". Une année, au cours de laquelle le groupe s'est désengagé de ses dernières activités non pharmaceutiques (Sylachim, Porgès, Ela Medical, et sa participation dans Yves Rocher), pour enfin pouvoir prétendre au titre tant convoité de "pure player" de la pharmacie, a en effet vu son chiffre d'affaires croître de 15 % à données comparables, pour atteindre 6,48 milliards d'euros en consolidé (et +21 % à 8 746 Meuros en données "développées" tenant compte des ventes de licenciés), et son résultat net part du groupe (avant éléments exceptionnels et écarts d'acquisition) de 43 % à 1 376 Meuros (soit 21 % du CA, contre 16 % en 2000). Clé de voûte de cette croissance, les ventes aux Etats-Unis, qui ont représenté l'an dernier (en données développées), 36 % des ventes de Sanofi-Synthélabo, qui ont progressé de 36 % à 3,1 Mrds euros, contre 12 % en Europe, à 3,8 Mrds euros. La compagnie y a doublé le nombre de ses visiteurs médicaux, dont le nombre dépasse désormais les deux milliers. Atteignant 1,3 Mrd euros, la contribution des Etats-Unis au résultat opérationnel du groupe a représenté 41 % en 2001, contre 34 % en 2000, se rapprochant de celle de l'Europe (1,4 Mrd euros, soit 45 % du résultat opérationnel global). Le directeur financier, Christian Mulliez, a expliqué que " la belle croissance des blockbusters n'aurait pas été atteinte sans la fusion. La maison commune s'est concentrée sur ses produits phares au lieu de se disperser ". Médicament le plus vendu par Sanofi-Synthélabo, le Stilnox/Ambien/Myslee (tartrate de zolpidem) a vu son chiffre d'affaires croître de 33 % en 2001, à 786 Meuros, tandis que les ventes du Plavix (clopridogel) se sont élevées à 705 Meuros, en hausse de 62 %. Forte croissance également pour l'Aprovel/Avapro (irbesartan), dont les ventes atteignent 423 Meuros (+42 %). A partir de la mi-avril 2002, Sanofi-Synthélabo consolidera la totalité des profits d'Ambien (Stilnox) aux Etats-Unis, à la suite de la prise du contrôle total de sa société commune Lorex avec Pharmacia pour 670 M$. Selon Sanofi-Synthélabo, les ventes du Plavix devraient dépasser 4 Mrds euros en 2005, contre des ventes développées de 2 Mrds euros actuellement, grâce à l'augmentation des forces de ventes dédiés à ce traitement, mais également de la publicité directe auprès du consommateur (DTC, "direct to consumer") initiée aux Etats-Unis début 2002. L'étude "Cure", évaluant l'efficacité du Plavix en association avec l'aspirine dans le traitement du syndrome coronarien aigu, a permis au groupe de recevoir une revue prioritaire de la part de la FDA et de l'EMEA, et une homologation des autorités américaines dans cette indication est attendue en mars. J.-F. Dehecq a balayé les inquiétudes soulevées aux Etats-Unis après le dépôt d'une demande de production d'un générique du Plavix. " C'est une tempête dans un verre d'eau ", a-t-il affirmé, en rappelant que la matière active du Plavix est protégée par un brevet jusqu'en 2011. " Il y aura procès bien sûr, mais nous sommes convaincus que notre brevet est solide ", a-t-il insisté. Le chiffre d'affaires développé de l'Avapro devrait quant à lui atteindre 1,5 Mrd euros en 2005, contre 924 Meuros en 2001, avec notamment un dépôt de dossier d'enregistrement au Japon prévu fin 2002. Par ailleurs, Sanofi-Synthélabo a retiré le dossier pour l'homologation du produit aux Etats-Unis dans le traitement de la néphropathie diabétique, après avoir obtenu une revue prioritaire de la FDA, afin de disposer de temps pour répondre aux questions des autorités américaines. Une nouvelle soumission devrait intervenir dans six mois. Le groupe a, également, signé un accord avec Bristol-Myers Squibb qui lui permettra de recevoir, à compter d'octobre, une plus grande part des résultats de l'Avapro (anti-hypertension) aux Etats-Unis, en contrepartie d'une augmentation de sa contribution aux frais de commercialisation, qui passera de 30 % à 50 %. Jean-François Dehecq s'est félicité des bons débuts de l'Arixtra, vendu 19 % plus cher que son premier concurrent, le Lovenox d'Aventis, et qui devrait rapidement devenir un blockbuster, avec un potentiel d'au moins un milliard de dollars. S'agissant de futures acquisitions, J.-F. Dehecq a rappelé que sa politique était de " faire de bons coups, pas n'importe quels coups ". Il a révélé avoir examiné en 2001 les dossiers de la pharmacie de l'allemand BASF et de l'américain DuPont, qu'il a trouvé " trop chers et pas créateurs de valeur ". Enfin, J.-F. Dehecq a indiqué qu'il tablait pour 2002 sur une nouvelle progression de 25 % des résultats du groupe, et sur une hausse " importante du chiffre d'affaires ".

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles