Nous suivre Industrie Pharma

Résultats 1999/Après la naissance de Syngenta, Novartis se recentre sur sa pharmacie

Sujets relatifs :

,

Deux mois après la fusion de son agrochimie avec celle d'AstraZeneca au sein de Syngenta, Daniel Vasella, p-dg de Novartis, a exprimé clairement son intention de recentrer le sixième groupe pharmaceutique mondial sur la santé humaines. Novartis, né il y a quatre ans de la fusion de Ciba et Sandoz, restait avec Aventis l'un des derniers groupes dont les activités s'organisaient sous le concept "sciences de la vie". Aujourd'hui, le groupe tourne la page avec cette organisation qui permettait peu de synergies entre des activités de nature cyclique différente et une gestion difficile des unités commerciales. Le groupe a annoncé un chiffre d'affaires de 32,46 milliards de francs suisses (4,15 milliards d'euros) en hausse de 2 % par rapport à 1998 et une augmentation de 11 % de son bénéfice net à 6,65 milliards de francs suisse, liée à un résultat opérationnel en hausse de 6 % à 7,34 milliards de francs suisses. En cours d'année, Novartis a désinvesti plusieurs activités annexes dans la nutrition (Eden, Wasa, Redline...) et a annoncé la naissance de Syngenta, fusion de son agrochimie (Protections des plantes et Semences) avec AstraZeneca. Le chiffre d'affaires des seules activités maintenues ressort à 25,2 milliards de francs suisses en hausse de 9 % avec de bonnes performances réalisées par les génériques, l'OTC et les produits pharmaceutiques clés. Le résultat opérationnel de ces activités s'est accru de 9 % à 6,2 Mrds FS et la marge d'exploitation est restée pratiquement constante à 24,7 % contre 24,8 % en 1998. Dans la pharmacie, le résultat opérationnel est en augmentation de 7 % à 4,8 milliards de francs suisses. Le chiffre d'affaires du secteur a augmenté de 4 % en monnaies locales à 15,6 Mrds FS, les dix premiers produits ont quant à eux enregistré une croissance de 12 %. Ces résultats soulignent les investissements importants réalisés en marketing et dans la distribution, en hausse de 16 % par rapport à 1998. La force de vente aux Etats-Unis qui représente un marché clé (40 % du CA en Amérique du Nord), a été étoffée. Les effectifs commerciaux sont maintenant d'environ 13 000 personnes à l'échelle mondiale. Les investissements en R&D ont représenté 18 % du chiffre d'affaires et le groupe prévoit d'investir 3 Mrds FS en R&D pour 2000, notamment dans la recherche génomique appliquée au cancer. Parmi les dix premiers médicaments les plus vendus en 1999 figurent le Sandimmum/Neoral, immunosupresseur dont le chiffre d'affaires a dépassé les 2 Mrds FS (+5 %), L'antirhumatismal Voltarène affiche un chiffre d'affaires de 1,4 Mrd FS, l'antihypertenseur Diovan un chiffre d'affaires de 740 MFS (+78 %), et sa part de marché mondial atteint 18 % (25 % aux Etats-Unis), l'anticancéreux Arédia un chiffre d'affaires de 835 MFS (+44 %), Lamisil (+8 %) le premier produit contre les mycoses dont le CA atteint 1 milliard francs suisses. Citons aussi le Lotrel (hypertension, +36 %), la Sandostatine (hypolipémiant au chiffre d'affaires de 541 MFS, +7 %), le Miacalcic au chiffre d'affaires de 563 MFS (ostéoporose, +19 %). Novartis a également consolidé sa position dans le traitement hormonal de substitution pour les femmes avec l'acquisition de Menorest et Estalis. Enfin, Comtan, un traitement novateur contre la maladie de Parkinson, a réussi son entrée sur le marché américain avec des ventes en rapide progression. Sur les sept domaines thérapeutiques, incluant la dermatologie, le cardio-vasculaire/endocrinologie, les maladies respiratoires, l'immunologie/transplantation, le système nerveux, l'arthrite et l'oncologie, quarante-sept produits sont en développement, dont 20 en phase III et 3 en cours d'enregistrement. Cette année, Novartis devrait introduire aux Etats-Unis un traitement contre la maladie d'Alzheimer, disponible dans cinquante pays dont la France, la Suisse et l'Allemagne (Exelon) ainsi qu'un produit contre l'épilepsie (Trileptal). Le groupe a déposé les dossiers d'enregistrement en Europe et aux Etats-Unis de plusieurs blockbusters potentiels : l'antidiabétique Starlix, le traitement de l'irritabilité du côlon Zelmac et celui du successeur de l'anticancéreux Aredia, Zometa. Le nouvel antiallergique et antiasthmatique, anti-IgE, actuellement en phase trois de développement sera commercialisé à partir de 2002. Son site de production situé à Huningue en Alsace a coûté 544 MF au groupe (Chimie hebdo n°75, p.15). Dans la mouvance actuelle de fusions des sociétés pharmaceutiques, le recentrage de Novartis sur la santé pourrait évoquer une stratégie d'alliance. Sans vouloir commenter les rumeurs d'un rapprochement avec American Home Products (AHP), Daniel Vasella a seulement indiqué que toute opération de consolidation sera examinée au regard de trois critères "Complémentarité des portefeuilles de produits, complémentarité géographique et intégration des cultures", en insistant sur l'importance d'augmenter les parts de marché du secteur pharmaceutique aux Etats-Unis. Le secteur des génériques a marqué une hausse du chiffre d'affaires de 18 % (monnaies locales) à 1,8 Mrd FS, tirée par les ventes au détail aux Etats-Unis et en Allemagne. Le résultat opérationnel s'élève à 347 MFS (+25 %). Les ventes de génériques en vrac ont connu un accroissement rapide, avec une forte progression des céphalosporines (antibiotiques) et de leurs intermédiaires. Azupharma a réussi la mise sur le marché allemand de l'oméprazole, antiulcéreux et la Térarozine (antihypertenseur) a été lancé aux Etats-Unis. Les objectifs sont centrés sur l'intégration et l'extension de l'unité de fermentation récemment acquise auprès de Hoechst ainsi que des contrats à long terme conclus avec des clients du secteur industriel. Une progression de 8 % du chiffre d'affaires a été enregistrée pour le secteur de l'OTC à 5,2 Mrds FS. Le résultat opérationnel a atteint 653 MFS (+1 %). Ces activités ont gagné des parts de marché aux Etats-Unis et en Europe, grâce aux produits contre les refroidissements Neo-Citran et Triaminic et au passage réussi dans la catégorie produits en vente libre, de Lamisil aux Etats-Unis et de Voltarène Emulgen en Allemagne. Le chiffre d'affaires des activités désinvesties dans la nutrition s'est chiffré à 182 millions de francs suisses en 1999 avec un résultat opérationnel de 375 millions de francs suisses. L'agrochimie a enregistré une baisse de son chiffre d'affaires de 7 % à 7 Mrds FS et le résultat opérationnel une diminution de 33 % à 737 MFS. La marge d'exploitation a été réduite de 14,7 % en 1998 à 10,4 % en 1999. Le recul du chiffre d'affaires de Protection des plantes (herbicides, fongicides...) s'explique par les difficultés économiques au Brésil, en Russie et en Ukraine et par une forte concurrence sur les prix. L'activité Semences n'a pas connu une période plus faste, les activités de semences de maïs Bt ayant subi le double impact de pressions sur les prix et d'une réduction des surfaces cultivées, sans oublier la polémique sur les OGM qui n'ont pas favorisé les ventes du maïs et du soja. Une bonne raison pour Novartis de se séparer de ces activités "cycliques", qui pèsent sur les performances du groupe, en les fusionnant avec celles d'AstraZeneca pour donner naissance à Syngenta (7,9 milliards de dollars de chiffre d'affaires), basée à Bâle. La fusion sera effective dans la deuxième moitié de l'année et donnera naissance à la première société purement agrochimique (Chimie hebdo n°69, p.13). L'année 2000 restera difficile pour le secteur agrochimique à cause de la pression s'exerçant sur les prix et les volumes. Les efforts seront centrés sur la commercialisation de nouveaux produits comme Actaral/Cruiser et Flint. Le groupe suisse a également indiqué son intention de préparer son entrée à la Bourse de New York à la fin du premier semestre 2000, en vue d'élargir son actionnariat sur le marché américain. Ainsi, l'année commence avec des changements structurels pour Novartis et une priorité de développement de la pharmacie, notamment sur le marché américain. Dans ces perspectives de croissance, Le groupe vient d'annoncer le lancement de deux ou trois produits par an à partir de 2001 pendant trois ans. Novartis se présente d'ores et déjà comme un partenaire intéressant...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles