Nous suivre Industrie Pharma

Résultats 1998/Synthélabo offre une corbeille bien remplie à Sanofi

Sujets relatifs :

,

" Pour la dernière réunion de Synthélabo avant la fusion avec Sanofi, nous annonçons un chiffre d'affaire en progression de 7 % à 12,5 Mrds F, en ligne avec la progression du marché " a affirmé Hervé Guérin, le PDG. La croissance du bénéfice net de 16 % à 1278 MF illustre l'amélioration de la marge brute ainsi que des autres paramètres de gestion, en raison d'une politique d'achats agressive, de la concentration des efforts de marketing sur certains produits clés et des performance des équipes industrielles. Le groupe a également soutenu, après la crise, une stratégie de développement en dehors de l'Europe à l'origine de l'augmentation de l'effectif notamment dans la force de vente et dans l'administration. Question acquisitions de petites sociétés, l'année 1998 a été creuse en raison d'une préparation dans l'ombre de la fusion prochaine, devenu l'objectif prioritaire. Le système nerveux central, qui reste le plus important domaine d'activité du groupe (31 % du CA), a connu une croissance soutenue de 11 %. Son médicament phare, et futur premier produit de l'ensemble Sanofi-Synthélabo, le Stilnox, fait preuve d'une provocante bonne santé avec des ventes en hausse de 21 % à 3,4 Mrds F. Sur ce total, 2,2 Mrds F sont consolidés par Synthélabo, étant donné que les ventes américaines du Stilnox sous le nom Ambien sont assurées par son joint-venture Lorex avec Searle. L'acquisition des 51 % détenus par son partenaire aura lieu le 16 avril 2002. Reste toujours, dans le secteur des hypnotiques, le spectre de la concurrence du Sonata d'American Home Product, même si celui ci ne bénéficie pas d'une demi-vie aussi longue que le Stilnox (1 heure contre 2,4). Synthélabo se montre particulièrement actif, par le biais de travaux galéniques, pour prolonger la durée de vie de son produit phare sous forme brevetée. Le Solian, quant à lui (schizophrénie, dysthymie), " est en train de changer ". Affichant une croissance soutenue de 20 % (304 MF), il est désormais commercialisé dans la plupart des pays d'Europe. De forts espoirs de croissance se portent sur ce médicament, sur " lequel nous n'arrêterons pas nos efforts ". Dans le domaine de la médecine interne (24 % du CA), le groupe se place toujours en numéro deux en urologie. Le Xatral (662 MF de CA), utilisé dans l'hypertrophie bénigne de la prostate, devrait voir sa prescription étendue à une prise par jour en Europe -où le dossier a été déposé fin 1998- et aux Etats-Unis (actuellement en phase III). Le dernier arrivé, l'anti-allergique Mizollen, affiche des ventes de 58 MF un an après son lancement et devrait bénéficier d'un fort potentiel en raison de son activité anti-inflammatoire. Le PDG ne s'est pas attardé sur le troisième secteur, le cardiovasculaire (23 % du CA), qui n'a pas connu une année 1998 très satisfaisante (+ 1 %). La division semi-éthique & OTC a pris du poids, pour représenter fin 1998 15 % du chiffre d'affaires. Il reste un marché difficile en France, ce qui explique la croissance limitée au sein du groupe (2 %). Synthélabo poursuit une stratégie de "switch" permettant de faire entrer certains produits en OTC, comme c'est le cas pour le Rhinatiol. Pour l'instant, la politique de hausse des prix permettant de compenser la perte des remboursements s'avère rentable. Du côté des génériques, la croissance s'est améliorée (11 %) grâce à un marché qui démarre en France. Sur ce point, Hervé Guérin a été clair : la politique du groupe est celle des génériques de marque, et si le marché devait se tourner vers les DCI, comme au Royaume- Uni, "nous ne participerons pas à une activité qui ne présente pas pour nous d'intérêt économique". Question futurs lancements, l'avenir devrait être assuré par plusieurs produits majeurs : le S-amisulpride (schizophrénie), la Béfloxatone (états dépressifs et sevrage tabagique), le NS-49 (incontinence urinaire) et l'Abarélix (cancer de la prostate et endométriose). En ce qui concerne l'Argotroban (thrombopénies), l'avenir semble moins sûr, le groupe estimant à 50% les chances de pouvoir l'enregistrer. Synthélabo s'est donc montré optimiste sur la suite des événements, indiquant que la date du mariage - annoncée mais non définitive - sera celle du 18 mai lors de l'assemblée générale. Synthélabo se tient prêt pour le grand jour, avec " une corbeille de mariage bien remplie ". La fusion devrait permettre de réaliser des économies dès 1999, avec un nombre de départs en préretraite important. Quant au sort de certaines activités, comme Finorga, le pôle chimie finie, Hervé Guérin a souligné les solides économies de gestion généréés grâce à l'ouverture à des clients tiers, ce qui explique qu'elle soit pour le moment conservée au sein du groupe. Reste à savoir si cette approche sera maintenue dans le nouvel ensemble. n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles