Nous suivre Industrie Pharma

Résultats 1998/Sanofi et Synthélabo bien armés pour s'unir

Sujets relatifs :

,

Pour ses derniers résultats en cavalier seul, Sanofi peut se montrer satisfait : son résultat net progresse de 10 % à 2116 MF (et de 25 % avant plus-values à 1902 MF) alors que son chiffre d'affaires croît de 0,5 % à 25816 MF, mais de 4,6 % à périmètre comparable. Un exercice partagé entre la bonne performance de la santé (+ 4,6 % à périmètre comparable) et le fléchissement de la beauté (-1,3 %). Le changement de périmètre inclut l'acquisition de sociétés et de gammes de produits pharmaceutiques (l'argentin Gramon en mars 1997, l'allemand Heumann en décembre 1997 et le mexicain Rudefsa en janvier 1998), ainsi que des cessions (les génériques injectables aux États-Unis en juin 1997, l'antimigraineux Seglor en juillet 1998, et les droits de licence d'Omnipaque au Japon en juillet 1998, accompagnées de l'automate programmable Access en diagnostics et de la marque Nina Ricci dans la beauté). Au sein du secteur santé dont le chiffre d'affaires affiche une hausse de 4,6% à périmètre comparable à 21998 MF, la pharmacie s'est bien comportée avec des ventes totales en progression de 8 % (19,6 Mrds F). Jean-Claude Leroy, le directeur financier de Sanofi, a précisé que le groupe n'a pas été significativement affecté par les crises financières, puisque le chiffre d'affaires pharmacie en Asie (hors Japon) ne recule que de 1 %. Dans l'ensemble du secteur, outre la très bonne tenue des produits majeurs comme Ticlid ou Dépakine, les nouveaux médicaments -Aprovel/Aprovo et Plavix- connaissent un décollage prometteur : sur l'année 1998, les ventes globales atteignent 2075 MF partagées entre Sanofi et BMS, dont 26% sont consolidés par le français (543 MF). Le bilan concernant Aprovel (irbésartan) s'avère partagé, avec un succès en Europe mais "une croissance réduite aux Etats-Unis, en raison d'un marché qui ne répond pas, pour l'instant, à nos attentes" souligne Jean-Paul Léon, l'un des directeurs généraux du groupe. A noter que la progression de Plavix (Clopidogrel) suit les lancements progressifs au Europe, avec des ventes au quatrième trimestre 1998 presque équivalentes à l'ensemble des neuf premiers mois -respectivement 456 MF et 459 MF pour Sanofi + BMS. Sanofi n'en consolide qu'une petite part, 55 MF. Côté Diagnostics, le chiffre d'affaires consolidé à périmètre et changes comparables décroît de 1 %. Une légère contraction prévisible, sur "un marché fortement bataillé, avec des mesures de restriction de dépenses de santé relativement dures" précise Jean-Claude Leroy. La santé et nutrition animale marque un recul de 4 %. Le secteur de la beauté, dont le processus de cession "suit son cours", connaît un recul de 0,6% de son chiffre d'affaires à périmètre et changes comparables. Une quasi-stabilité sur un marché marqué par la crise dans la région Asie/Pacifique (- 12 % des ventes). Fait marquant : le net redressement de la marge opérationnelle, qui affiche 426 MF en progression de 25 %, pour dépasser 11 % du chiffre d'affaires. Aux États-Unis, ont été maintenus les efforts d'assainissement des canaux de distribution, expliquant le recul des ventes de 9 %. Globalement, "la dynamique de lancement n'est plus la même" explique Marie-Hélène Laimay, puisqu'il n'y aura pas d'apparition de nouvelles fragrances, mais des éditions limitées. L'ensemble des marques devrait être vendu "en bloc" par la filiale d'Elf-Aquitaine au cours de cette année La filiale de l'Oréal, de son côté, publie un résultat net corrigé part du groupe de 26,47 MF en hausse de 16,1%, avec un chiffre d'affaires de 12,55 Mrds F en progression de 6,9 %. Une performance à mettre sur le compte "d'une augmentation de l'activité à l'international et à l'amélioration de la marge brute liée à la bonne performance des principaux produits ainsi qu'aux économies réalisées sur les coûts de production et à la mise en place d'une nouvelle organisation générale des achats" selon le communiqué de Synthélabo. Ainsi, les deux compagnies françaises affichent leur bonne santé avant leur rapprochement, qui donnera naissance au sixième laboratoire pharmaceutique européen. Les conseils d'administration des deux groupes devraient ratifier les traités de fusion le 30 mars, alors que l'approbation définitive des actionnaires sera validée lors d'une assemblée générale extraordinaire qui aura lieu courant mai. n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles