Nous suivre Industrie Pharma

Restructurations et course aux biotechs

2011 restera probablement en France comme l'année de la tempête du Mediator et de la réforme de la loi sur le médicament. Ailleurs, la big pharma a continué de restructurer et d'investir dans les biotechnologies, et de céder des usines aux façonniers. Retour sur les faits marquants de l'année.

JANVIER

 

DSM met la main sur Martek Biosciences

DSM débourse 1,09 Mrd $ pour s'emparer de l'Américain Martek Biosciences. Il se renforce ainsi dans la nutrition infantile, les ingrédients et compléments alimentaires.

 

Genzyme étend son site de Geel

Le laboratoire américain investit 250 M$ sur son site belge de Geel pour ajouter deux bioréacteurs pour la production de protéines recombinantes.

 

Amgen reprend BioVex

Le laboratoire américain acquiert BioVex, une société américaine de biotechnologies. Un paiement initial de 425 M$ sera versé, suivi d'éventuels paiements d'étapes de 575 M$.

FÉVRIER

 

Sanofi s'empare de Genzyme

La société de biotechnologies Genzyme entre dans le giron de Sanofi, presque 6 mois après le lancement de l'offre de reprise. L'opération, d'un minimum de 20,1 Mrds $, représente une des plus grandes opérations de fusion-acquisitions dans l'industrie pharmaceutique mondiale.

 

Pfizer taille dans ses effectifs

Le géant américain minore ses effectifs de recherche. Il annonce notamment la fermeture de son site anglais de Sandwich (2 400 salariés) en 2012. En septembre, le groupe supprimera également 225 postes au sein de sa filiale française.

 

Astellas signe avec Aveo

Astellas conclu un accord d'un potentiel de 1,3 Mrd $ pour la commercialisation de la molécule tivozanib développée par l'Américain Aveo et utilisée dans le traitement du cancer du rein.

MARS

 

Daiichi Sankyo rachète Plexxikon

Le laboratoire japonais acquiert le Californien Plexxikon, spécialisé en oncologie, pour 805 M$.

 

Merck et Sanofi gardent Intervet et Merial

Les deux groupes mettent fin à l'accord signé un an plus tôt visant à fusionner leurs deux activités de santé animale : Merial (pour Sanofi) et Intervet/Schering-Plough (pour Merck).

AVRIL

 

Pfizer cède Capsugel

Pfizer cède Capsugel, son activité galénique, au fonds d'investissement KKR pour 2,4 Mrds $.

 

Warner Chilcott sabre ses effectifs en Europe

Warner Chilcott engage une large restructuration en Europe, qui devrait s'achever mi-2012, et affectera 500 employés. Soit presque la moitié des effectifs européens, qui avoisinent 1 000 salariés.

MAI

 

Teva s'empare de Cephalon et de Taiyo

Le génériqueur israélien Teva acquiert l'Américain Cephalon pour 6,8 Mrds $. Il devance le Canadien Valeant qui avait lancé une OPA hostile sur Cephalon pour 5,7 Mrds $ en mars. En parallèle, Teva a acquis 57 % des parts du génériqueur japonais Taiyo Pharmaceutical pour 460 M$.

 

Elan cède sa production à Alkermes

Le laboratoire irlandais fusionne son activité de production de médicaments avec la société américaine Alkermes. Elan recevra 500 M$ en cash et obtiendra 25 % des parts de la société fusionnée.

 

Takeda reprend Nycomed

Takeda s'offre le Suisse Nycomed pour 9,6 Mrds €. C'est la plus grande transaction de l'histoire du groupe japonais. Elle lui permettra de plus que doubler ses ventes en Europe et de décupler son chiffre d'affaires dans les zones émergentes.

JUIN

 

Ipsen restructure

Le laboratoire français se repositionne autour de quatre marchés : neurologie, endocrinologie, uro-oncologie et hémophilie. Cette spécialisation implique des désinvestissements en R&D avec l'arrêt de plusieurs projets et programmes. Il ferme aussi son centre de R&D de Barcelone et se désinvestit de sa médecine générale, surtout en France. En novembre, le groupe annoncera la mise en vente de son site de Dreux (Eure-et-Loir).

 

Qiagen acquiert Ipsogen

Le Néerlandais Qiagen prend 47 % du capital de la société marseillaise. L'opération valorise Ipsogen à environ 70 M€. Suite à une seconde offre, Qiagen obtiendra 90 % du capital fin 2011.

 

Schering Plough restructure à Éragny

Schering-Plough France annonce son intention de fermer l'usine d'Eragny-sur-Epte (Oise), qui compte 320 salariés, s'il n'y a pas de repreneur d'ici la fin de l'année. En octobre, le groupe signera avec B. Braun Melsungen pour le rachat de l'activité insuline mais le projet sera abandonné en décembre pour des raisons économiques. Fin 2011, l'avenir du site était encore incertain.

JUILLET

 

Lonza met la main sur Arch Chemicals

Le groupe suisse acquiert Arch Chemicals, spécialiste américain du contrôle microbien, pour 1,4 Mrd $. Via cette reprise, l'activité contrôle microbien va représenter 43 % du chiffre d'affaires de Lonza, contre 14 % jusqu'alors.

 

Pfizer se détourne de la santé animale

Pfizer se désengage de la santé animale et de la nutrition. Plusieurs projets sont à l'étude, le groupe américain pourrait abandonner totalement ou partiellement ces activités d'ici un ou deux ans.

 

Sanofi vend Dermik à Valeant

Sanofi cède sa division Dermik, qui représente son activité dermatologie, à Valeant Pharmaceuticals. Le montant de l'opération s'élève à 425 M$.

AOÛT

 

Projet de loi de réforme du médicament

Suite à la polémique générée par l'affaire du Mediator, le ministère de la Santé expose un projet de loi relative au renforcement de la sécurité sanitaire des médicaments et produits de santé. La mesure centrale concerne la réorganisation de l'Affsaps, rebaptisée Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM). Le projet vise aussi un meilleur encadrement des prescriptions hors AMM et des rapports entre laboratoires et professionnels de santé. Le texte sera adopté en décembre.

 

LFB construit au Brésil avec Hemobras

Le LFB collabore avec la société brésilienne Hemobras pour construire une usine de médicaments dérivés du plasma de 500 000 litres par an à Goiana, au Brésil. D'un montant de 150 M€, le contrat de collaboration est établi pour six ans.

 

Merck restructure

L'Américain Merck annonce une réduction de 12 à 13 % de ses effectifs mondiaux d'ici à 2015, soit une suppression de presque 13 000 postes.

SEPTEMBRE

 

Cellectis rachète Cellartis

La société française de biotechnologies s'offre Cellartis, spécialiste suédois des cellules souches. Cette opération se chiffre à 16,4 M€.

 

Novagali entre dans le giron de Santen

Le Japonais Santen Pharmaceutical lance une OPA sur le laboratoire français Novagali Pharma. L'opération valorise Novagali à 101 M€, et sera finalisée fin 2011. Le groupe japonais détiendra un peu plus de 95 % du capital de Novagali.

 

Servier mis en examen

Jacques Servier est mis en examen pour tromperie, escroquerie et obtention indue d'autorisation dans le cadre de l'affaire du Mediator. Cinq filiales du groupe sont également mises en examen. Le total des cautions et des garanties se porte à 76 millions d'euros. Le premier procès pénal aura lieu à Nanterre, en mai 2012.

OCTOBRE

 

Cephalon cède son site de Mitry-Mory à Pils

Cephalon finalise la cession de son site de chimie fine de Mitry-Mory (Seine et Marne) au groupe d'investissements Partners in Life Sciences (Pils).

 

Abbott isole sa pharmacie

Le géant américain choisit de se scinder en deux entreprises avec d'un côté sa pure pharmacie (18 Mrds $ de ventes annuelles) et de l'autre toutes ses autres activités pharmaceutiques (génériques, diagnostic, équipements, dispositifs médicaux, etc., 22 Mrds $ de chiffre d'affaires annuel).

 

Recapitalisation de Novasep

Endetté de 415 M€, Novasep conclut un « accord non-engageant » avec plusieurs fonds d'investissement pour la reconversion en capital d'une large portion de la dette obligataire du groupe. Les négociations seront conclues fin novembre et l'accord signé début décembre.

NOVEMBRE

 

Wockhardt restructure en France

L'Indien Wockhardt réduit la voilure en France. Il cède l'usine de Quimper (Finistère) de sa filiale Girex-Mazal à la holding Pharminvest Patrimonial. Son activité française de promotion des ventes Scomedia est reprise par un directeur du groupe.

 

Gilead s'offre Pharmasset

Le laboratoire californien débourse 11 Mrds $ pour acquérir son compatriote Pharmasset, spécialiste de l'hépatite C.

 

Fareva multiplie les acquisitions

Le façonnier français Fareva reprend l'Italien Sigma, qui possède un site de production à Bergame en Italie. Fareva prévoit aussi de reprendre une unité de cristallisation aseptique ainsi que certaines productions de principes actifs aseptiques du site de Sanofi à Romainville (Seine-Saint-Denis). La reprise devrait être effective en juillet 2012. En août, le groupe français avait repris une usine de Pfizer à Richmond, aux États-Unis. Celle-ci est dédiée aux OTC et emploie 600 salariés pour un chiffre d'affaires de 150 M$.

DÉCEMBRE

 

Genopharm et Alkopharm suspendus

Le laboratoire français Genopharm et sa société sœur Alkopharm sont suspendus par l'Afssaps pour « dysfonctionnement grave ». Cette décision ne serait cependant pas relative à l'affaire du Thiotepa. Fin novembre, Genopharm avait été accusé par le laboratoire allemand Riemser d'avoir sciemment commercialisé des lots périmés de l'anticancéreux Thiotepa.

 

Delpharm achète un site de Bayer

Le façonnier français Delpharm reprend les activités industrielles du site de Bayer Santé Familiale situé à Gaillard (Haute-Savoie), qui cherchait un repreneur depuis avril.

 

Merck Serono investit à Martillac

Merck Serono injecte 25 M€ sur son site français de Martillac. Une quarantaine d'emplois pourraient être créés. Ce projet permettra la mise en place de technologies de fabrication via des micro-organismes et le renforcement du développement de procédés et de production de molécules thérapeutiques.

3 Questions à

CHRISTIAN LAJOUX, président du Leem

Quels faits de 2011 retiendrez-vous ?

Au-delà de l'affaire du Médiator, l'année a été l'occasion d'ouvrir un large débat sur les questions de sécurité sanitaire, d'expertise et de gouvernance, qui a abouti à la nouvelle loi du médicament. Cela a permis à chacun des acteurs du médicament de se rencontrer et d'échanger avec beaucoup de convergences autour de la transparence, de l'indépendance nécessaire de l'expertise, du renforcement de la pharmacovigilance, et de la réorganisation de l'Afssaps, devenue l'ANSM*. Je retiens aussi quelques ratés. Le premier, c'est le ton et la stigmatisation utilisés à l'égard de l'industrie pharmaceutique. Deux députés ont évoqué une certaine forme de maccarthysme, ce serait bien d'en sortir en 2012. Autre point négatif : on a profité d'une tonalité stigmatisante pour faire une nouvelle fois les poches d'une industrie déjà fragilisée et en pleine restructuration, et je crains que l'on en voie les conséquences en 2012 sur les emplois et les sites industriels. Troisièmement , je note la mesure complètement décalée concernant la visite médicale. Il y a un décalage total avec les enjeux de sécurité sanitaire et les directives de l'UE. Enfin, les différentes dispositions votées en 2011 ponctionneront 2 milliards d'euros sur le chiffre d'affaires de 27 Mrds € du médicament en France. Cette industrie stratégique est martyrisée et bafouée au moment où elle doit s'adapter à la compétitivité internationale.

Quelles perspectives économiques, sociales et réglementaires pour 2012 ?

Ce sera une année de décroissance du chiffre d'affaires, entre -1 % et -2 %, pour l'industrie du médicament, alors que les coûts structurels des entreprises continuent d'évoluer de 2 à 3 %. C'est aussi une industrie qui sera taxée d'un point supplémentaire. Dans ces conditions, avec une composante industrielle déjà en pleine réorganisation structurelle, je crains des conséquences sociales et des mesures opportunistes de restructuration. Le danger est de fragiliser un secteur de hautes technologies. D'un point de vue réglementaire, beaucoup de mesures, que l'on soutient, ont été annoncées concernant l'accès aux remboursements, les déclarations d'intérêts, la mise en place de la visite collective à l'hôpital, etc.... Mais nous sommes dans l'attente de leurs modalités d'application et d'exécution. Il y aura une forme de navigation à vue en 2012.

Quels sont, à plus long terme, les grands enjeux pour l'industrie pharmaceutique en France ?

Les quatre grands enjeux sont la recherche, la production, la cohérence et la confiance. La France doit retrouver rapidement une position de choix parmi les grands pays de recherche. Tout ce qui relève de la coopération entre recherches publique et privée est ainsi un enjeu majeur. C'est la porte d'entrée pour la composante industrielle, autre enjeu stratégique. Nous sommes des entreprises de hautes technologies, avec plus de 200 sites de production qui peuvent être fragilisés par les baisses de prix, les déremboursements et une fiscalité accrue. Il est important de défendre cette présence sur le territoire. La cohérence doit, elle, s'affirmer entre la politique de santé et la politique industrielle de santé. Les décideurs doivent trouver la synthèse entre la sécurité sanitaire et le développement d'une politique industrielle. Ce travail doit regrouper les pouvoirs publics, le comité de filière, le CEPS, et les autorités indépendantes comme la HAS et l'ANSM. Enfin, la confiance est primordiale. Je parlais de ce phénomène de stigmatisation qui a créé une rupture de confiance dans le pays. Il faut que les citoyens et les malades réaccordent leur confiance aux professionnels de santé, aux autorités et aux industriels. Nous élaborons actuellement une plateforme sur l'industrie pharmaceutique, que nous présenterons fin janvier, et dont on débattra avec les candidats à la présidentielle.

Propos recueillis par Julien Cottineau

(*) Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Rétrospective 2018: Lifting de portefeuilles

Rétrospective 2018: Lifting de portefeuilles

L'année 2018 n'aura pas échappé à de grandes fusions-acquisitions dans l'industrie pharmaceutique. Mais les opérations géantes ont été plus rares, les acteurs se concentrant sur[…]

2017, année sans grande surprise

2017, année sans grande surprise

Trois questions à Patrick Errard, président du Leem

Trois questions à Patrick Errard, président du Leem

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Plus d'articles