Nous suivre Industrie Pharma

Reprise de productions chez Stallergenes Greer

La rédaction

Le laboratoire biopharmaceutique sort de plusieurs mois compliqués sur son site d'Antony (Hauts-de-Seine). Le couperet était tombé en décembre 2015 : « par décision de l'ANSM, les activités de production et de distribution des produits pharmaceutiques et principes actifs de Stallergenes » avait été suspendues. En cause : la mise en place d'un nouveau système informatique sur l'unique site de production de Stallergenes Greer. Comme le confirmait, en mars 2016, Fereydoun Firouz, p-dg de Stallergenes Greer : « Cette suspension temporaire avait été prononcée en raison des difficultés, désormais intégralement résolues, rencontrées au niveau de nos interfaces informatiques. Disposant désormais d'un système ERP pleinement opérationnel, Stallergenes Greer se consacre à présent à l'établissement d'une culture de transformation opérationnelle ». ERP, MES, et autres systèmes informatiques sont aujourd'hui des éléments clés de la production pharmaceutique, de la gestion des commandes, des services associés... Ils sont notamment utilisés pour optimiser la production, gagner en compétitivité, etc. Leur rôle devient ainsi prépondérant dans les usines mais aussi au niveau des fonctions commerciales et support. Chez Stallergenes, c'est un système « destiné à améliorer l'approvisionnement et la distribution des produits » qui a fait défaut. Résultats : une suspension de l'unique site de production.

Depuis février, les productions ont repris progressivement. Fin janvier, le laboratoire annonçait la reprise prochaine de la production et la distribution d'Oralair, Actair, et Alyostal Venin. Puis début mars, ce sont les productions des APSI (Allergènes préparés spécialement pour un individu) qui ont redémarré. Un grand pas pour le laboratoire quand on sait que les APSI représentent 88 % de son chiffre d'affaires. Avec la fusion Stallergenes/Greer annoncée en novembre 2015, le laboratoire affiche un chiffre d'affaires 2014 de 312,5 millions d'euros, pour un Ebitda de 89,2 M€. Le groupe emploie 1 400 personnes. Son principal concurrent, le Danois Alk-Abello, a de son côté enregistré une hausse de 9 % de son chiffre d'affaires au dernier trimestre 2015 (687 M couronnes danoises, 2,57 M DKK sur l'année). Il a également annoncé le doublement de ses capacités de production au 2e trimestre 2016, pour faire face à la forte demande. Les résultats 2015 de Stallergenes ne seront, eux, connus que le 27 avril prochain, et le laboratoire se refuse à communiquer en amont sur l'impact de cet arrêt. Son p-dg se veut néanmoins positif : « Notre société sort renforcée d'avoir surmonté ce défi technique, plus avisée,et plus déterminée que jamais à concrétiser son ambition de proposer à nos patients des traitements curatifs à long terme ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Nicox lève 12,5 millions d’euros

Nicox lève 12,5 millions d’euros

Avec cette levée de fonds, la biotech va entamer l'essai clinique de phase III de son candidat-médicament le plus avancé. La biotech française spécialisée dans l’ophtalmologie, Nicox, a[…]

Fujifilm mise plus de 100 M€ sur la thérapie génique

Fujifilm mise plus de 100 M€ sur la thérapie génique

Roche met la main sur Promedior

Roche met la main sur Promedior

Cellectis avance vers des cellules Car-T plus sûres et plus efficaces

Cellectis avance vers des cellules Car-T plus sûres et plus efficaces

Plus d'articles