Nous suivre Industrie Pharma

Réorganisation : Solvay Pharma veut réduire ses coûts de 300 M€ d'ici à 2010

Sujets relatifs :

,
Suite au rachat du laboratoire français Fournier, Solvay veut réaliser 300 M€ d'économies au sein de ses activités pharmaceutiques d'ici à 2010.
Avec pour intention d'enregistrer d'ici là une hausse moyenne annuelle de 7 % de ses résultats dans cette division et d'atteindre un ratio bénéfices/ventes de 20 %, contre 16 % en 2004. Sur ce point, la contribution de Fournier est importante: ce ratio était jusqu'alors de 13,5 % chez Solvay, contre 23,3 % chez Fournier. Le plan de réorganisation va principalement toucher quatre domaines: les activités commerciales, la production, la R&D et les fonctions administratives. La première phase de ce programme va se traduire par l'intégration, avant la fin du premier semestre 2006, de l'ensemble des filiales pharmaceutiques issues de Solvay et de Fournier au sein d'une holding unique. Le groupe avait déjà adopté cette mesure pour ses propres entités en avril 2004 (CPH n°251), afin de favoriser la formation de partenariats.
Dans la R&D, le groupe veut concentrer ses activités de recherche sur trois centres: Dijon (France), Hanovre (Allemagne) et Weesp (Belgique). Il va aussi réaligner ses capacités de développement. Le groupe dispose désormais de sept centres de R&D, dont deux en France (Dijon et Suresnes). Il est ainsi probable que certains soient fermés.
Dans la production, le groupe veut également réduire son réseau d'usines, qui comprend actuellement 17 unités de production de principes actifs et de formes finies. Solvay veut parallèlement renforcer le recours à la sous-traitance, notamment dans les principes actifs. Une stratégie que plusieurs autres laboratoires dits “spécialisés” ont déjà adoptée, à l'instar de Schering. La restructuration de la production, qui devrait débuter en 2006 pour monter en puissance en 2007 et 2008, devrait être le second plus important contributeur aux économies qu'il compte réaliser, derrière les activités commerciales.
Un portefeuille de produits significativement renforcé Le rachat de Fournier par Solvay, qui lui permet de compenser la baisse régulière de son chiffre d'affaires pharmaceutique ces trois dernières années, va également conduire le groupe à repenser l'allocation de ses ressources en fonction de son nouveau portefeuille de produits. Les maladies cardio-vasculaires sont en effet devenues l'aire thérapeutique la plus importante du groupe en termes de ventes, devant l'andrologie et la gynécologie, les maladies du système nerveux central, la gastro-entérologie, les enzymes pancréatiques et enfin les vaccins. Si Solvay entend poursuivre son effort de marketing dans toutes ces aires, le cardio-vasculaire et les maladies du système nerveux central vont être mises en avant en termes de dépenses de R&D. Dans le cardio-vasculaire, le groupe va s'appuyer sur le développement du Fenofibrate de Fournier, tant ce médicament représente désormais les deux tiers de ses ventes pro forma dans ce domaine (620 M€ en 2004). Dans les neurosciences, ses efforts porteront sur Duodopa (maladie de Parkinson), issu du rachat de Neopharma, et bifeprunox (schizophrénie), développé en partenariat avec Lundbeck et Wyeth. Le groupe envisage aussi de lancer en Europe Marinol, son médicament à base de cannabinoïdes. Il est déjà commercialisé aux États-Unis depuis 2001, et Solvay prévoit également d'en développer une formulation inhalable, tout en étendant ses indications.
Autre axe de développement, les vaccins antigrippaux, qui ont généré l'an dernier 100 M€ de ventes. Le groupe entend en effet profiter des nouvelles perspectives de ce marché aux États-Unis, en y lançant son produit Influvac, déjà commercialisé dans 50 pays. Il mise aussi sur son nouveau procédé de production par culture de cellules de mammifères, dans le cadre de son partenariat avec le Russe Petrovax et sur un nouvel adjuvant (polyoxidonium). Rappelons que Petrovax et Solvay ont construit une usine faisant appel au nouveau procédé - plus flexible et présentant un rendement deux fois supérieur à la technologie actuelle (incubation d'œufs de poule) - près de Moscou, en cours de validation.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles