Nous suivre Industrie Pharma

Réorganisation : Pfizer supprime 10 % de ses effectifs mondiaux

Sujets relatifs :

,
Jeffrey B. Kindler, arrivé à la tête de Pfizer à l'été 2006, l'avait annoncé en décembre: le plan de restructuration du groupe, lancé par son prédécesseur, va être accéléré.
En partie en raison de l'arrêt du développement de torcetrapib, qui devait prendre le relais de Lipitor lorsqu'il aura perdu ses brevet en 2011. Ce médicament, le premier du groupe, a réalisé des ventes de plus de 12,8 Mrds $ (9,8 Mrds €) l'an dernier. Après l'annonce de 2200 suppressions de postes aux États-Unis fin 2006, la direction lance une nouvelle vague de restructurations, qui devrait conduire à une réduction des effectifs de 10 %, soit environ 10000 postes, d'ici à la fin 2008. En Europe la coupe est plus sévère : Pfizer réduira de 20 % sa force commerciale. Près de 500 suppressions de postes en France Dans l'Hexagone, sur 4500 employés, le groupe devrait supprimer 504 postes, selon le comité d'entreprise de Pfizer France. Au programme, la fermeture de l'un de ses deux centres, celui d'Amboise, spécialisé dans la recherche préclinique. Une fermeture déjà pressentie par les employés du site en mai dernier (CPH n°332), date à laquelle 45 postes avaient été supprimés sur un effectif de 154 collaborateurs. Les 350 autres réductions d'effectifs concerneront essentiellement le secteur de la visite médicale, ainsi que le siège parisien. Pfizer avait déjà fermé son site de R&D de Fresnes en 2003. Au niveau mondial, quatre centres de recherche vont fermer : trois aux États-Unis (Ann Arbor, Esperion et Kalamazoo dans le Michigan) et un au Japon (Nagoya). Plus largement, c'est l'ensemble de sa stratégie de recherche qui va être revue, avec la spécialisation des centres sur une aire thérapeutique et la réduction des coûts de fonctionnement des sites d'environ 20 %. Pour le reste, l'ouverture de la R&D de Pfizer sur des collaborations externes va être poursuivie, ainsi que l'effort accru sur les biomédicaments. Ces derniers devront représenter 20 % du pipeline. Pfizer veut ainsi disposer de 15 programmes de phase III en 2009, contre seulement 5 à l'heure actuelle, avec pour objectif en recherche interne de délivrer quatre nouveaux produits par an en 2011. Pfizer va par ailleurs sous-traiter davantage ses recherches dans quatre domaines: la biologie computationnelle, la biologie des systèmes, la pharmacologie translationnelle et la toxicologie. Production: nouvelles fermetures d'usines et plus de sous-traitance Dans la production aussi, le recours à la sous-traitance va être accru, alors que les sites de Brooklyn (New York) et d'Omaha (Nebraska) vont fermer. Le premier est l'un des plus importants du groupe dans le pays, avec plus de 1000 employés. Par ailleurs, Pfizer a annoncé la cession de son usine allemande de Feucht, qui emploie environ 400 personnes. Avec ces fermetures, Pfizer aura ainsi réduit le nombre de ses usines à 48, contre 93 en 2003. L'ensemble de ces mesures devraient engendrer une économie de 1,5 à 2 Mrds $ (1,16 à 1,54 Mrd €) d'ici à la fin 2008. Cette stratégie d'allégement du groupe dans toutes ses composantes pourrait donner raison aux observateurs qui ont douté de la logique de course au gigantisme que mène Pfizer depuis le rachat de Warner Lambert en 2000 puis de Pharmacia en 2003. Cette année, Pfizer entre dans sa septième année consécutive de restructuration. Pour ce qui est de ses perspectives financières, le groupe a annoncé qu'il tablait en 2007 et 2008 sur un chiffre d'affaires stable par rapport à celui de 2006, qui s'est établi à 48,3 Mrds $ (37 Mrds €), en hausse de 2 % sur 2005. Pfizer a indiqué qu'il allait racheter jusqu'à 10 Mrds $ (7,6 Mrds €) de ses propres actions. Le flux de trésorerie devrait s'établir en 2007 entre 12,5 Mrds $ et 13,5 Mrds $ (9,7 à 10,4 Mrds €), a encore indiqué le groupe. En 2008, le bénéfice par action (BPA) dilué devrait être compris entre 2,31 et 2,45 dollars, soit une croissance de 6 % à 9 % par rapport à 2007.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles