Nous suivre Industrie Pharma

Recherche et développement : Première étape franchie dans le partenariat entre Merck et Actelion

Sujets relatifs :

,
Merck et Actelion viennent d'accomplir la première étape dans leur partenariat exclusif concernant les inhibiteurs de rénine administrés par voie orale. La compagnie suisse de biotechnologie vient en effet d'achever le transfert de son savoir-faire auprès de l'Allemand, et a reçu en retour 12,1 millions d'euros.
Merck dispose ainsi d'un accès illimité aux différentes classes d'inhibiteurs de rénine, actuellement en phase de sélection. Les deux sociétés ont également regroupé leurs équipes de recherche dans ce domaine. L'accord signé en décembre 2003 établit que les partenaires financeront ensemble les premières étapes de R&D. Merck sera ensuite entièrement responsable du financement de la phase III, des études finales et de la commercialisation des produits issus de cette recherche. Actelion conserve toutefois une option mondiale pour la co-promotion de ces produits. Le Suisse a déjà reçu un paiement initial de 8 millions d'euros lors de la signature. En incluant les 12,1 millions d'euros tout juste perçus, il pourrait percevoir jusqu'à 211 millions d'euros lors de la commercialisation du premier produit issu de la collaboration, et des versements supplémentaires pour les produits suivants. La nouvelle classe d'inhibiteurs de la rénine (première enzyme intervenant dans la cascade biochimique du système rénine-angiotensine et qui catalyse la réaction de synthèse de l'angiotensine I) découverts par Actelion, pourrait trouver des applications dans le traitement de l'hypertension, de l'insuffisance rénale et d'autres maladies cardio-vasculaires. Actelion a enregistré en 2003 un chiffre d'affaires de 307,5 millions de francs suisses (194 millions d'euros), en hausse de 132 %, et une perte opérationnelle de 1,7 MFS (1 millions d'euros), en raison essentiellement de l'acquisition d'Axovan en fin d'année. La forte hausse du Ca est à attribuer aux ventes de Tracleer (bosentan), en hausse de 146 % à 189,1 millions d'euros, et à celles de Zavesca (miglustat), mis sur le marché au printemps au Royaume-Uni et en Allemagne (440 000 ¤ ), et qui vient d'être lancé en France. Le médicament est disponible aux Etats-Unis depuis début janvier 2004. La compagnie s'attend également à ce que les ventes de Tracleer continuent à croître et entraînent une nouvelle amélioration des performances opérationnelles. Dans le cadre de sa stratégie de recentrage sur son cœur de métier, rappelons qu'Actelion vient également de céder sa filiale de services cliniques Hesperion à Cerep.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles