Nous suivre Industrie Pharma

Recherche : Comprendre la réparation de l'ADN pour (parfois) l'inhiber

Aurélie Dureuil
Recherche : Comprendre la réparation de l'ADN pour (parfois) l'inhiber

Pour manipuler les molécules individuelles, les chercheurs ont développé un système de microscopie spécifique.

Si une meilleure compréhension des mécanismes de réparation de l'ADN permettait d'empêcher que les cellules cancéreuses se répliquent ? C'est une des voies ouvertes par des travaux de chercheurs français publiés dans Nature en août 2016.

Décrypter le ballet des enzymes qui interviennent pour réparer l'ADN. C'est ce qu'ont réussi des chercheurs français. Leurs travaux, publiés dans Nature, le 3 août 2016, s'appuient sur la manipulation des molécules individuelles. « Nous travaillons depuis une vingtaine d'années sur la mise en place de méthodes expérimentales permettant de manipuler les molécules individuelles. Avec le temps, nous nous sommes rendu compte qu'il est possible d'étudier les interactions entre molécules, et notamment entre protéines et ADN », détaille Terence Strick, professeur à l'Institut de biologie de l'ENS et responsable du laboratoire Nanomanipulation de Biomolécules de l'Institut Jacques Monod. La méthode développée s'appuie sur une technologie de microscopie spécifique. « La méthode classique permet d'observer la moyenne des interactions. Cela entraîne une perte d'informations. Avec notre méthode, qui repose sur une approche cinétique, nous pouvons observer des interactions microscopiques entre molécules. Cela peut être entre une protéine et l'ADN, entre un médicament et sa protéine cible... », indique Terence Strick. La technique de nanomanipulation de molécules repose sur l'utilisation d'une microbille aimantée. La molécule individuelle d'ADN est ancrée sur une surface en verre par une extrémité. À l'autre extrémité, les chercheurs attachent la microbille. C'est la position de la bille qui donne la mesure de la conformation de l'ADN, c'est-à-dire sa forme et les modifications de cette forme dues aux interactions avec d'autres molécules. « La bille fait office de flotteur sur une ligne de pêche. Quand une molécule vient se greffer sur l'ADN, nous détectons le mouvement de la bille. Comme un poisson qui en attrapant l'hameçon fait bouger le flotteur », explique le responsable du laboratoire. Le mouvement de la bille fournit ainsi des informations sur les changements de configuration sur les états transitoires.

 

Caractériser le processus de transcription de l'ADN

 

Les chercheurs ont appliqué cette technologie pour étudier les processus moléculaires de transcription, réplication et réparation de l'ADN. « Petit à petit, nous sommes arrivés au sujet de la réparation de l'ADN dite 'transcriptionnellement-couplée'», raconte Terence Strick. Depuis 2012, ils ont ainsi focalisé leurs travaux sur la réparation de l'ADN, « probablement une des voies de résistance aux chimio- et radiothérapies », ajoute-t-il. Son équipe publie aujourd'hui ses résultats sur l'intégralité de ce processus de réparation. Un véritable ballet d'enzymes qui interviennent dans un ordre bien défini autour de l'ADN. « Nous avons observé l'ARN polymérase dont le rôle principal est la transcription », note le chercheur. La transcription est le mécanisme biologique consistant à copier des régions de l'ADN codant pour un gène, afin de créer des molécules d'ARN messager. Cet ARN est ensuite utilisé par la cellule pour exprimer l'information génétique et fabriquer les protéines associées. « Les propriétés de l'ARN polymérase lui permettent de transcrire des centaines de milliers de bases d'ADN. Quand elle rencontre un dégât, elle reste dessus. En effet, l'ARN polymérase ne peut pas se décrocher d'un gène en cours de transcription. Une autre propriété intéressante de l'ARN polymérase est qu'elle transcrit probablement toujours le génome en entier mais avec une prépondérance de son activité portée sur les gènes actifs et importants. Cela lui permettra d'assurer en premier lieu la réparation des gènes les plus importants pour la cellule », confie Terence Strick. Il ajoute : « nous avons pu activer, contrôler et suivre l'activité d'une ARN polymérase sur l'ADN avec notre flotteur ». C'est ainsi que son équipe a pu observer le ballet des enzymes dans le cadre de la réparation de l'ADN. Dans un premier temps, l'ARN polymérase a commencé son travail de transcription. Arrivée sur la partie endommagée de l'ADN, elle se trouve bloquée. Une enzyme dite « translocase » Mfd intervient alors en se liant d'abord à la polymérase afin d'adopter une conformation active. « C'est ainsi au tour de Mfd de maintenir le signal de dégât sur l'ADN », détaille Terence Strick. Interviennent ensuite successivement les enzymes UvrA, UvrB et UvrC afin de décrocher la translocase et de couper l'ADN lésé. « En déterminant l'ordre dans lequel ces composantes agissent et en caractérisant la façon dont elles se relaient, ces travaux ont permis d'établir quelles sont les étapes critiques du processus », indique le CNRS. Une caractérisation qui ouvre des perspectives dans les recherches de thérapies. Une piste concerne les cellules cancéreuses résistantes aux chimio- et radiothérapies dont l'action est d'endommager l'ADN de ces cellules. Une meilleure compréhension du processus de réparation permettrait d'inhiber la réparation de l'ADN de ces cellules cancéreuses.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le Genopole dévoile ses 11 lauréats

Le Genopole dévoile ses 11 lauréats

Mis en place en 2017, les dispositifs Shaker et Booster du Genopole sont destinés à accompagner des projets biotech innovants à fort potentiel industriel. Le 15 avril, le biocluster français a annoncé les 11[…]

Recherche : Un consortium inédit contre l'insuffisance cardiaque

Recherche : Un consortium inédit contre l'insuffisance cardiaque

Cellectis améliore la sécurité des CAR-T

Cellectis améliore la sécurité des CAR-T

Le LIR veut peser dans le débat sur la santé de demain

Le LIR veut peser dans le débat sur la santé de demain

Plus d'articles