Nous suivre Industrie Pharma

R&D/GlaxoSmithKline : un brevet sur le Paxil invalidé aux Etats-Unis

Sujets relatifs :

,

GlaxoSmithKline (GSK) a annoncé qu'un de ses brevets sur son médicament vedette, l'antidépresseur Paxil (duloxetine), avait été invalidé par un juge aux Etats-Unis. Toutefois, la cour a également jugé qu'un autre brevet était valable. " Le juge a rendu une décision favorable pour GSK sur un brevet, récusant les notions d'invalidité, mais s'est prononcé en faveur d'Apotex au sujet d'un autre brevet ", a indiqué le groupe britannique. Lors des neuf premiers mois de l'exercice 2002, les ventes du Paxil se sont élevées à 1,49 milliard de livres (2,36 Mrds ?) pour un chiffre d'affaires global de 15,54 Mrds £. Apotex, une société canadienne de médicaments génériques, avait porté plainte auprès d'une des Cours de Pennsylvanie (USA), pour que la justice examine la validité des quatre brevets sur le Paxil, qui courent jusqu'en 2006. " Le juge a par ailleurs rendu une décision divisée sur les deux derniers brevets, estimant que certains arguments d'Apotex étaient valides, d'autres invalides ", a poursuivi GSK qui a indiqué qu'il allait faire appel de la décision invalidant l'un des brevets. GlaxoSmithKline a aussitôt tenu à rassurer les investisseurs en indiquant " qu'il y avait encore un certain nombre de recours pour empêcher le lancement d'une version générique du Paxil. Du coup, les prévisions de résultats annuels pour 2002 et 2003 restent inchangées ". Le groupe britannique avait indiqué en octobre dernier qu'il tablait sur une croissance de son bénéfice par action de 10 % en 2002 et de 5 à 10 % en 2003. Apotex a également porté plainte auprès d'un des tribunaux de l'Illinois qui a déjà refusé d'invalider les brevets sur une autre forme du Paxil, a rappelé GSK. Par ailleurs, le groupe vient de former avec la compagnie américaine Theravance une alliance portant sur le développement de nouveaux traitements à base de LABA (long-acting bêta 2 agonists) dans le traitement des maladies respiratoires. Selon cet accord, qui prévoit la mise en commun des médicaments candidats issus des deux compagnies, le montant des versements de GSK à Theravance pourrait atteindre au maximum 495 M$, dont 150 M$ attribuables dès que les ventes issues de ces substances atteignent un certain seuil. Initialement, le partenaire de GSK recevra 50 M$. Les partenaires précisent que deux des candidats faisant partie de l'alliance sont déjà au stade des études précliniques. Enfin, GSK vient d'annoncer que le comité consultatif de la FDA pour les médicaments cardiovasculaires et rénaux avait émis un avis positif unanime sur l'utilisation du Coreg (carvedilol) chez les patients ayant présenté une attaque cardiaque consécutive à un dysfonctionnement du ventricule gauche. Selon les données cliniques présentées par GSK, issues de l'étude Capricorne, le Coreg réduirait de 23 % le risque de décès chez ces patients en comparaison avec un placebo. Le carvedilol, commercialisé hors des Etats-Unis sous les marques Dilatrend, Dimitone, Kredex, Eucardic, Dilbloc et Coropres, est indiqué pour le traitement de l'hypertension, de l'angine de poitrine et de l'insuffisance cardiaque globale. Le produit avait été développé par Boehringer Mannheim et acquis par Roche en 1998. GSK détient les droits de commercialisation du produit aux Etats-Unis, tandis que sa vente en Europe est exclusivement assurée par le groupe Suisse.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles