Nous suivre Industrie Pharma

R&D : Genfit franchit une nouvelle étape

Sujets relatifs :

,
La société lilloise Genfit vient de franchir une nouvelle étape avec l'entrée en phase I de sa molécule propriétaire GFT505, destinée au traitement de plusieurs facteurs de risques cardiométaboliques. Des études qui permettront de confirmer chez l'homme le bon profil de sécurité du médicament candidat mis en évidence chez l'animal lors des essais précliniques.
Les résultats devraient être connus au premier semestre 2007. « Cette molécule a été sélectionnée pour son action conjuguée sur une augmentation du HDL-Cholestérol, le contrôle de la glycémie et sa capacité à faire régresser les plaques d'athéromes, indique Jean-François
Mouney, p-dg de Genfit. GFT505 est un modulateur sélectif des récepteurs nucléaires PPAR conçu sur la base d'une technologie (SPARM), qui permet d'atteindre une sélectivité d'actions biologiques beaucoup plus fine que les traitements actuels et d'en éliminer les effets adverses. Par rapport à l'ancienne génération des agonistes PPAR, cette nouvelle génération de SPARM représente une innovation de rupture très importante ».
Les médicaments de première génération agissant sur les PPAR réussissent malgré leurs limites (effets secondaires notamment) à réaliser des ventes de plusieurs milliards de dollars, comme les glitazones. À titre d'exemple dans cette famille de molécules, on peut notamment citer la pioglitazone – commercialisée sous la marque Actos par Takeda et Lilly – dont les ventes se sont élevées à 244,3 milliards de yens (1,63 Mrd h) l'an dernier. Jean-François Mouney, qui table sur une commercialisation de GFT505 à
l'horizon 2011-2012, estime que le composé, s'il est homologué, « est clairement un blockbuster potentiel, comme l'ensemble de nos composés ». Le patron précise par ailleurs que sur ce programme, « nous irons seuls jusqu'à la fin de la phase II, pour laquelle nous allons mettre au point un protocole qui nous permettra de disposer de données solides ». Ensuite, Genfit passera le relais à un laboratoire, qui prendra en charge la suite du développement. « Pour de telles indications, la phase III coûte très cher en raison du nombre élevé de patients », estime Jean-François Mouney. C'est la deuxième avancée pour Genfit depuis le début de l'année, après le passage en phase II de GFT14 en mai dernier. Un composé destiné au traitement simultané de la dyslipidémie, du diabète et/ou de l'athérosclérose.
Une entrée en Bourse « toujours d'actualité »
Quant à une éventuelle entrée en Bourse, dont Genfit envisageait la possibilité fin 2006 ou début 2007 (CPH n°317), Jean-François Mouney reconnaît qu'elle est toujours d'actualité, en dépit de conditions de marché toujours peu lisibles. « Le climat boursier n'est pas un réel problème, estime-t-il. Début 2006, comme bon nombre d'autres sociétés du secteur, nous regardions les marchés avec intérêt, puis nous avons assisté à un certain nombre de renoncements. Mais Genfit, de par son historique de croissance, est perçue comme très attractive par la communauté financière. Nous sommes sereins sur les échéances qui se présentent à nous ». Déjà bien dotée en trésorerie, Genfit peut également compter sur ses revenus d'alliances - la société conduit actuellement huit programmes de développement avec des laboratoires comme Sanofi-Aventis, Servier ou encore Ipsen - pour maintenir sa bonne santé financière. Reste que la confiance affichée par Jean-François Mouney laisse à penser qu'une annonce sur une entrée en Bourse pourrait intervenir dans les prochaines semaines.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles