Nous suivre Industrie Pharma

R&D : Gene Logic recycle le pipeline des laboratoires

Sujets relatifs :

,
Les laboratoires font appel à la société américaine pour donner une seconde vie aux molécules dont le développement a été arrêté.
Eli Lilly vient de signer un contrat avec Gene Logic afin que ce dernier cherche des alternatives de développement pour ses molécules dont les tests cliniques se sont arrêtés en phase II ou III. Un service aux laboratoires qui pourrait s'avérer porteur dans les années à venir en cas de résultats et qui porte sur la recherche de nouvelles indications thérapeutiques pour des molécules déjà commercialisées. Ces derniers mois, la société américaine a multiplié ce type d'accords: ses services dans ce domaine ont déjà séduit Millennium Pharmaceuticals, Pfizer, Roche ou Organon. Pour ces grands laboratoires, le risque encouru est faible, puisque ces nouveaux tests ne concernent que les molécules dont les essais cliniques ne se sont pas arrêtés pour raison de sécurité, et que ces derniers ne s'engagent pas dans de lourdes dépenses. Pour sa part par exemple, Eli Lilly ne versera des paiements à Gene Logic que pour chaque entrée de molécule en phase clinique, puis des royalties en cas de commercialisation. En contrepartie, Gene Logic peut faire jouer une option lui permettant d'obtenir les licences exclusives sur tous les candidats médicaments qu'Eli Lilly ne souhaitera pas développer et sur lesquels ce dernier, en cas d'AMM, touchera des royalties. Ce système de vases communicants n'a, pour l'instant, pas encore donné de résultats probants avec les autres groupes qui ont signé des contrats, « car il est encore trop tôt pour obtenir un repositionnement en phase clinique », assure le groupe. « Nous testons actuellement certaines molécules sur l'animal », nous a confié un porte-parole de la société. Gene Logic s'est lancée dans ce type de services en 2004, avec la création de la division Drug repositioning services. Si pour l'instant, peu d'informations sont disponibles concernant les montants de ces contrats et les types d'indications étudiées, Gene Logic dit avoir achevé « un travail de repositionnement préparatoire pour plus de 30 composés en 2005 ». Gene Logic a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de près de 80 millions de dollars (63 M€).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles