Nous suivre Industrie Pharma

Quel avenir pour l'administration des anticorps monoclonaux ?

Quelles seront les prochaines innovations dans l'administration d'anticorps monoclonaux ? Quels devices seront utilisés ? À quels défis de formulation devra-t-on répondre ? Autant de questions qui seront abordées lors de MAbDelivery.

Les prochaines Assises Industrielles annuelles du laboratoire d'excellence MAbImprove auront lieu à Tours le 2 juillet 2015. Intitulé MAbDelivery, le congrès a pour thématique les innovations dans les voies d'administration des anticorps monoclonaux. Trois sessions vont se succéder au cours de la journée, autour des voies d'administration, des dispositifs et enfin des formulations spécifiques aux anticorps monoclonaux.

Il s'agit de la troisième édition des Assises industrielles, conçues « pour que les industriels puissent débattre de sujets d'actualité et des problématiques qui leur sont liées, de façon que les chercheurs puissent découvrir ces questionnements qui agitent le monde industriel afin d'ancrer leurs recherches dans la réalité », explique Hervé Watier, coordinateur de MAbImprove, le LabEx qui or-ganise ces Assises avec l'appui de Polepharma (1). « Les Assises rassemblent autour d'un même sujet aussi bien des industriels, des PME de la biotech, que des académiques et des cliniciens », complète Roland Béliard, directeur de la Bioproduction au LFB, chairman de la session sur les différentes voies d'administration de MAbDelivery.

« Le rapprochement public-privé est important sur la question des anticorps monoclonaux car c'est une thématique de recherche appliquée où les connaissances des chercheurs des deux secteurs peuvent profiter à l'ensemble », indique pour sa part Nathalie Heuzé-Vourc'h, chercheur Inserm au Centre d'études des pathologies respiratoires, en charge de la session sur les différents dispositifs médicaux envisagés dans l'administration des anticorps.

 

La voie intraveineuse, toujours plébiscitée

 

Aujourd'hui, la voie intraveineuse (IV) est la voie de prédilection d'administration des anticorps monoclonaux. « C'est le cas pour la plupart des produits biologiques, et donc par conséquent pour les anticorps », explique Roland Béliard. Si d'autres voies sont actuellement en cours de développement ou à l'étude, la voie IV n'est pas pour autant vouée à disparaître et sera toujours utilisée pour administrer les anticorps. De fait, elle doit être source de progrès. Pour ce faire, « il est d'autant plus important que nous puissions avoir un retour de la pratique (voir encadré), des limites de l'administration, qui sont l'un des propos de MAbDelivery, complète Roland Béliard. Cela contribue à aboutir à des innovations et sert notre finalité : faciliter l'administration du traitement et donc améliorer le confort des patients. »

Aux côtés de la voie IV, la place sera donnée aux autres voies d'administration. Actuellement, il existe par exemple des développements qui portent sur la voie sous-cutanée. « L'intérêt porté à cette voie se justifie notamment par le besoin d'une pharmacocinétique différente, apprend Roland Béliard. Mais elle entraîne aussi des contraintes, comme celle de réussir à réduire les volumes pour l'injection. » En effet, l'administration d'anticorps monoclonaux requiert des posologies importantes, de l'ordre de plusieurs centaines de mg. « La production de formes hautement concentrées - environ 200 mg /ml - représente un enjeu technologique de taille », confirme Sylvain Huille, responsable Formulation du département R&D chez Sanofi, en charge de la session sur la formulation spécifique des anticorps pour MAbDelivery.

Un challenge consiste aussi à envisager dans le futur des formes à libération prolongée. « Nous visons des durées d'action de plusieurs semaines avec l'idée d'aboutir à une injection par mois ou par trimestre », explique Sylvain Huille.

 

Voies pulmonaire et orale, vectrices de challenges

 

La journée traitera également du développement et des enjeux liés à la voie aérosol, par nébulisation. « Aujourd'hui, il existe un attrait certain de l'industrie pharmaceutique pour cette voie d'administration parce que les poumons ne sont pas faciles d'accès par voie intraveineuse et que cette voie non invasive présente de l'intérêt dans le traitement des pathologies respiratoires », commente Nathalie Heuzé-Vourc'h. Or l'aérosolisation provoque des stress physiques qui peuvent entraîner notamment l'agrégation des anticorps. « Il est important de tenir compte des particules d'aérosol générées pour un dépôt pulmonaire optimal. Les formulations et les générateurs d'aérosol doivent être optimisés pour stabiliser les anticorps pendant le processus d'aérosolisation», expose Nathalie Heuzé-Vourc'h.

La problématique du maintien de l'intégrité des anticorps est omniprésente. D'une façon générale, « il faut permettre un maintien de la concentration de la protéine assez longtemps pour que la relation anticorps-cible se poursuive dans la durée », avertit Roland Béliard. « Les anticorps ne sont pas des molécules inertes, ils peuvent interagir avec le matériel. Lorsque l'on fait des dilutions d'anticorps à l'hôpital, la question est de savoir si cela peut générer des agrégats », poursuit Nathalie Heuzé-Vourc'h. Quant à l'administration d'anticorps par voie orale, elle est également envisagée et fait l'objet d'études. Elle constitue une véritable avancée à long terme avec son lot de « questions technologiques à la clef, comme celle du passage de la barrière mucosale par exemple », note Sylvain Huille. Gageons que MAbDelivery fasse avancer les réflexions sur l'ensemble de ces thématiques.

 

(1) Les Assises sont également organisées en partenariat avec le Groupe IMT et l'ARITT Centre, en association avec le programme ARD 2020 Biomédicaments, initié et financé par la région Centre-Val de Loire.

www.mabdelivery.fr

 

Il faut considérer le besoin patient à tous les stades de développement.

 

3 questions à Sylvain Huille responsable Formulation du département R&D chez Sanofi

Industrie Pharma : Parlez-nous de la notion de besoin patient. Sylvain Huille : Prendre en compte le besoin patient consiste à s'assurer que le device est acceptable et accepté par le patient. Ainsi, s'il y a par exemple une douleur à l'injection en voie sous-cutanée, c'est rédhibitoire. De même pour la voie orale si les comprimés sont trop gros. Au-delà des enjeux technologique et scientifique, il faut systématiquement se demander si l'on répond à une attente du patient et tenir compte au plus près de son besoin et de son ressenti. À quel stade du développement le prendre en compte ? S.H. : Il doit justement être considéré à tous les stades de développement. Pour les formes hautement concentrées par voie sous-cutanée par exemple, le confort patient et la facilité d'administration sont fondamentaux. Il est également essentiel de rester à l'écoute des besoins du personnel médical en s'efforçant de faciliter et de sécuriser les conditions d'administration des produits. Les conditions de dilution et d'injection pour l'administration par perfusion IV ou celles de reconstitution dans le cas des produits lyophilisés sont des informations dont il est primordial d'avoir connaissance. L'innovation technologique n'est-elle pas systématiquement synonyme d'amélioration pour le patient ? S.H. : Pas nécessairement. Par exemple, il n'est pas certain que pour l'ensemble des patients une administration par voie orale quotidienne soit préférable à une administration sous-cutanée tous les 15 jours. En résumé, avant tout, la technique doit se mettre au service de besoins spécifiques. En outre, il n'est pas obligatoire que la technologie soit disruptive pour assister à une véritable évolution dans l'administration d'un anticorps. Par ailleurs, l'innovation ne réside pas uniquement dans la technologie mais passe aussi à travers le coût du traitement.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Avec le confinement et le développement du travail à distance, la transformation numérique de l'industrie n'a jamais paru aussi pertinente. Et si la crise liée au Covid-19 accélérait[…]

La pharma se dévoile en chiffres clés

La pharma se dévoile en chiffres clés

La crise bouscule les habitudes

La crise bouscule les habitudes

Données : « Prioriser le retour sur investissement »

Données : « Prioriser le retour sur investissement »

Plus d'articles