Nous suivre Industrie Pharma

Protection des plantes/UIPP : bilan 1998 satisfaisant

Sujets relatifs :

,

Pour la quatrième année consécutive, le marché phytosanitaire français devrait enregistrer une progression significative de l'ordre de 5%, pour atteindre un chiffre d'affaires d'environ 13,5 Mrds F sur 1998. La progression la plus notable est attendue sur les fongicides avec une augmentation du chiffre d'affaires de plus de 10%. Les herbicides ont également progressé, mais dans une moindre mesure. Quant aux insecticides, ils devraient afficher un chiffre d'affaires du même ordre de grandeur qu'en 1997. En ce qui concerne le chiffre d'affaires export, "on peut raisonnablement supposer une progression de quelques pour cents qui maintiendront le chiffre d'affaires export très proche de la stabilité" explique Alain Chalandon, président de l'UIPP (Union des Industries de la Protection des Plantes). Il faut cependant noter que les performances respectives des différentes familles chimiques sont inversées par rapport au marché français : les insecticides réalisent les meilleurs chiffres à l'export suivis, mais en négatif, par les herbicides et les fongicides. Les prix de ventes des produits ont globalement poursuivi leur lente dégradation en 1998. "Par rapport à l'année de référence 1990, plus de 4 points ont été perdus en francs courants ce qui dénote une érosion considérable des prix des produits" ajoute A. Chalandon. Les principales baisses sont observées pour les fongicides et en particulier sur les fongicides céréales, une légère progression étant notée sur les herbicides spécialement ceux du même segment de marché. En 1998, ce sont dix nouvelles matières actives qui ont été autorisées à la vente : huit d'origine européenne et deux américaines. Les retards des homologations, notamment de formulations, n'ont pas progressé mais ne se sont pas réduits. Il faut compter aujourd'hui plus de 24 mois pour avoir une première instruction d'un dossier de spécialité. L'UIPP a fait part de sa préoccupation à l'Administration sur ce fonctionnement préjudiciable aux sociétés. Parmi les innovations accompagnant la nouvelle composition de la Commission d'Étude de la Toxicité des produits phytosanitaires, l'une d'entre elles est consacrée à ce problème. Il s'agit de la création d'un groupe de travail dont les compétences couvriraient exclusivement les dossiers de spécialités et qui de ce fait contribuerait à réduire les délais d'examen en préparant les décisions de la Commission plénière : ce groupe devrait commencer son travail dans un bref délai. Au plan des OGM, la situation reste confuse dans l'attente de la décision du Conseil d'État concernant le maïs BT. Par ailleurs la directive européenne 90/220 qui régit la mise sur le marché des plantes génétiquement modifiées, est en cours de révision. Pour l'année 1999, les perspectives sont plutôt plus pessimistes que pour l'année passée. " On devrait assister à un marché en relative stabilité qui sera
particulièrement sensible au taux de jachère que sera décidé par l'Union européenne " conclut A. Chalandon. n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles