Nous suivre Industrie Pharma

Propulsion/Chimie fine/Avec la création d'Herakles, SNPE procède à un rééquilibrage de ses activités

Sujets relatifs :


" Pendant les trois ans à venir nous allons connaître de grands changements et un nouveau rééquilibrage de nos activités " explique Jean Faure, le p-dg de SNPE. Dans trois ans, le groupe devrait en effet réaliser environ 8 Mrds F de CA (contre 5,5 Mrds F en 2000), se répartissant entre la chimie fine (3 Mrds F, contre 2 Mrds F en 2000), le secteur Défense/Espace (Chimie hebdo n°113, p.9) et activités annexes (2 Mrds F, représentant la moitié du CA d'Herakles, la future filiale commune avec Snecma, contre 1,6 Mrd F en 2000) et 3 Mrds F (contre 1,9 Mrd F) dans ce que Jean Faure considère comme " la base de la chimie de SNPE ", comprenant les nitrocelluloses, où le groupe est leader mondial avec plus de 30 % de part de marché, les intermédiaires chimiques (essentiellement issus de la chimie du phosgène) et les explosifs industriels. Un rééquilibrage qui prend aussi en compte la volonté de SNPE, et de son actionnaire l'Etat, de prendre part à la restructuration, trop longtemps différée, de l'industrie européenne de la propulsion civile et militaire et des matériaux énergétiques. À l'heure où le programme Ariane 5 monte en puissance et où le M51 le futur missile balistique destiné à remplacer en 2008 le M45 embarqué par les sous-marins nucléaires de la force stratégique est mis en chantier, il était nécessaire de réunir les acteurs de la propulsion dans une structure plus simple et plus opérationnelle. Approuvé à la mi-décembre par les autorités de tutelle, le projet de mise en commun de toutes les activités propulsion de SNPE et de Snecma dans une filiale commune 50/50, baptisée probablement Herakles, va précisément dans ce sens. Avec plus de 3 Mrds F de CA, ce nouvel ensemble serait le premier européen et se situerait au deuxième rang mondial de ce secteur devant Alliant Techsystems (ex-Hercules) et juste derrière Thiokol Propulsion (filiale de Cordant Technologies, racheté cette année par le groupe Alcoa) qui pèse environ 4 Mrds F de CA et dont le producteur d'aluminium américain, qui dans cette acquisition n'était intéressé que par les pales de turbines d'Howmet, pourrait se défaire dans un proche avenir. Les activités incluses dans la future filiale commune comprendront, la propulsion spatiale avec Regulus (60 % Fiat Avio, 40 % SNPE) et Europropulsion (filiale 50/50 entre Fiat Avio et Snecma), la propulsion stratégique avec G2P où SNPE et Snecma sont déjà à parité, la propulsion tactique avec Celerg (50/50 EADS, SNPE) et une activité mineure chez Snecma, les poudres et explosifs de SNPE, avec une partie des sites de Bergerac et de Sorgues, les pyromécanismes avec Pyroalliance (85 % SNPE), les propergols pour la sécurité automobile, un marché en forte croissance, et les matériaux composites hautes performances de Structil (où SNPE est associé à Mitsubishi) ainsi que les matériaux tridimensionnels densifiés de Snecma produits sur le site du Haillon près de Bordeaux. " Les matériaux énergétiques constituent un tout et il y a de très fortes synergies entre ces activités à cause de leur tronc chimique commun " explique Jean Faure. À travers Herakles, SNPE participera aussi à la restructuration de l'industrie européenne des missiles avec la mise en place d'un "New Celerg" dont MBDA le futur missilier européen (37,5 % EADS, 37,5 % BAe Systems, 25 % Finmeccanica) détiendra 50 % aux côtés d'Herakles. " C'est avec les Britanniques que les discussions sont les plus avancées " a précisé Jean Faure. Dans un deuxième temps, les Allemands devraient rejoindre le système. De même dans les poudres et explosifs classiques, Herakles devrait détenir 35,5 % d'un nouvel ensemble européen baptisé Peco (Poudres et Explosifs Co.) où Rheinmetall aura également 35,5 % et le suisse Ruag 29 %. Si ces opérations apparaissent particulièrement complexes, les chances d'aboutir semblent cette fois sérieuses, d'autant que la création d'Herakles n'est pas formellement liée à l'avancement des diverses négociations au plan européen. En tout cas, l'objectif est de mettre en place la nouvelle structure commune d'ici le milieu de 2001. En contrepartie, l'État s'est engagé à augmenter le capital de SNPE " d'un montant de plusieurs centaines de millions de francs, pour assurer son développement dans la chimie fine et les matériaux énergétiques ", estime le président de SNPE pour qui le chiffre d'au moins 500 MF est souhaitable. " Depuis la contribution de 300 MF au début 1993, ce sera, précise-t-il, la deuxième fois que l'Etat actionnaire augmentera notre capital. " Même si sa rentabilité laisse encore à désirer, SNPE a en effet régulièrement gagné de l'argent et continué d'investir sauf au moment des restructurations liées à la crise du militaire. Avec un CA stable à 5,5 Mrds F et un bénéfice net de 40 à 50 MF (contre 171 MF en 1999), très inférieur aux prévisions qui tablaient sur plus de 150 MF de résultat net, l'exercice 2000 sera toutefois décevant. Plusieurs éléments sont à l'origine de cette contre-performance : le renchérissement des matières premières et de l'énergie, la faiblesse persistante des activités défense, l'annulation de 150 MF de commandes à Isochem dans le domaine des antiprotéases (pour la trithérapie anti-HIV) en raison d'une mauvaise tolérance aux traitements, l'arrêt du Butam, un produit phytosanitaire en fin de vie, un accident sur une colonne de récupération d'acides qui a perturbé la production du nitrate d'éthyle hexyle (un additif pour carburants Diesel) et le retard au démarrage de l'unité de phosgénation de LaPorte (Texas) en raison de défauts sur des échangeurs en carbone liés à " un problème culturel " avec l'ingénierie de Dow Chemical qui a réalisé l'installation. " En revanche, la mise en service de l'atelier de phosgénation GMP d'Isochem à Toulouse, s'est déroulée parfaitement " a souligné Bernard Rivière, directeur général du groupe.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Roche partenaire de l'Institut Gustave Roussy

Roche partenaire de l'Institut Gustave Roussy

Le groupe suisse vient de s'engager dans un partenariat avec l'Institut de cancérologie Gustave Roussy, à Villejuif (Val-de-Marne), et plus particulièrement avec son Service innovations thérapeutiques précoces (SITEP). L'objectif est d'accélérer[…]

Projets et réalisations : SiGNa double  ses capacités de recherche et d'analyse

Projets et réalisations : SiGNa double ses capacités de recherche et d'analyse

Restructurations : Henkel ferme deux sites industriels en France

Restructurations : Henkel ferme deux sites industriels en France

Les Laboratoires Sérobiologiques visent le doublement de la production

Les Laboratoires Sérobiologiques visent le doublement de la production

Plus d'articles