Nous suivre Industrie Pharma

Production pharmaceutique/Arkopharma va investir 23 M? entre 2003 et 2006 en production et crée deux nouvelles filiales

Sujets relatifs :

, ,

Le laboratoire Arkopharma (phytothérapie et nutraceutique) a annoncé qu'il avait lancé un plan d'investissement d'environ 23 M? au sein de son site français de Carros (Alpes Maritimes). Cet investissement, portant sur la période 2003-2006, permettra au site d'accueillir un centre de logistique et un magasin de stockage d'une superficie de 3 300 m2 et d'une capacité de 8 700 palettes réparties sur dix étages. Ce bâtiment, représentant un investissement de 8 M?, sera géré par un système de manutention entièrement automatisé. Il sera opérationnel en juin prochain. Par ailleurs, pour un montant de 12 M?, le process des ateliers de production va être amélioré avec l'adoption d'une alimentation gravitaire des lignes et l'optimisation des flux, avant le renouvellement de l'agrément GMP de l'unité. Le site devrait également recevoir une extension de 1 000 m2 des laboratoires de contrôle qualité, ainsi que 750 m2 de bureaux supplémentaires. Par ailleurs, Arkopharma va construire une nouvelle unité de production sur son site italien, afin d'accroître ses capacités de production dans le domaine des compléments alimentaires. Une fois cette unité démarrée, le site de Carros sera entièrement dédié aux activités pharmaceutiques du laboratoire. Le site dispose actuellement d'un parc d'environ 80 machines ou lignes de production permettant de répondre à la plupart des formes galéniques en fabrication pharmaceutique (gélules de poudre, d'huile, comprimés, formes liquides et cosmétiques). Arkopharma y utilise un procédé original de fabrication appliqué à la phytothérapie : le cryobroyage. Cette technologie a été utilisée pour la première fois dans le monde par Arkopharma pour les plantes médicinales en 1985 et réalise le broyage sous azote liquide (à -196 °C) permettant de conserver l'intégrité et l'intégralité des produits actifs des plantes. Il optimise par ailleurs la granulométrie de la poudre et favorise ainsi la biodisponibilité des principes actifs. Il améliore également la productivité en facilitant le broyage. Par ailleurs, Arkopharma utilise à Carros, et ce depuis 1997, la technologie d'extraction par CO2 supercritique, avec deux extracteurs de 400 litres. Ces investissements seront entièrement autofinancés, suivant la politique adoptée par Arkopharma. La compagnie a ainsi disposé l'an dernier d'une capacité d'autofinancement de 26,4 M?, chiffre en hausse de 13,3 % sur l'exercice précédent, pour des investissements s'élevant en 2002 à 19,1 M?. Toutefois, ils ont pesé l'an dernier sur la croissance de la rentabilité opérationnelle de la compagnie. Après être passée de 11,2 % en 1996 à 16,1 % en 2001, celle-ci n'a atteint que 15 % cette année. La compagnie, qui compte actuellement neuf filiales nationales et une présence dans cinquante-cinq autres pays à travers des distributeurs, a annoncé la création de deux nouvelles filiales au Canada et en Suisse. En Suisse, Arkopharma a procédé en février 2003 à l'acquisition de son distributeur, PAD, pour un montant global de 3 M?, dont 1 M? pour le rachat et 2 M? pour le refinancement de PAD. Ce dernier a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 3 M?. La nouvelle filiale hébergera les activités de la société helvétique Phyto Pharma Medica, également rachetée par Arkopharma. Phyto Pharma Medica a enregistré en 2002 un chiffre d'affaires de 1,5 M?. La société " devrait bénéficier en Suisse d'un fort potentiel de croissance ", selon le Dr Max Rombi, président du conseil de surveillance, précisant que " nous allons entrer sur le marché de la suisse allemanique, alors que nous n'étions jusqu'alors présent qu'en Suisse francophone, qui ne représente qu'un tiers du marché helvétique ". Au Canada, la compagnie, dont les produits viennent d'être référencés par la plus importante chaîne de pharmacie nationale, la création d'une filiale d'Arkopharma devrait permettre à la compagnie de réaliser en 2006 un chiffre d'affaires de 6 M?. Les filiales internationales de la compagnie " contribuent de plus en plus à notre résultat opérationnel ", selon la compagnie. Celles-ci ont contribué l'an dernier à hauteur de 39,3 % au résultat opérationnel consolidé de la compagnie (30,5 M? en 2002, en hausse de 3,4 %), contre 30,8 % en 2001. Au niveau du chiffre d'affaires, leur contribution est stable : elles ont représenté 43,9 % des ventes du groupe en 2002 (203,8 M? en hausse de 11 %), contre 43,8 % en 2001. Pour 2003, la croissance de la compagnie reposera sur deux piliers, l'automédication et le marché des médicaments de prescription, devant permettre un développement des ventes d'Arkopharma en France comme à l'international. Et la société de prévoir pour le premier trimestre une hausse de 17 % de son chiffre d'affaires, bénéficiant entre autre des cinq AMM obtenues l'an dernier en France (voir tableau).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles