Nous suivre Industrie Pharma

Proconseil : Libérez votre utopie !

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

Les chroniques de Gilbert Lippmann - président de Proconseil

Une de mes relations, directeur d'un site industriel, me disait dernièrement qu'il n'irait jamais vers les « entreprises libérées ». Il avait en effet entendu parler dans sa région d'une entreprise dans laquelle les salariés fixaient eux-mêmes leur salaire... et il n'en voulait pas. La question de la gradation dans la « libération » ne lui était pas venue à l'esprit. Il jetait donc le bébé avec l'eau du bain ! Par ailleurs, dans une société d'assurance, la responsable d'un grand projet basé sur la confiance m'indiquait qu'elle ne s'inscrivait pas dans le mouvement des « Entreprises libérées » car il était hors de question pour sa société de fonctionner sans management opérationnel, bien au contraire...

Mais de quoi parle-t-on ? Existerait-il une théorie disant ce qu'est ou ce que n'est pas une « Entreprise libérée » ?

En 2013, Isaac Getz s'intéresse à des entreprises dont le seul point commun est de rechercher et d'appliquer, pour certaines depuis les années 90, des modèles organisationnels et managériaux originaux et innovants. Il leur donne le nom d'« Entreprises libérées » que certains, depuis, ont préféré rebaptiser « Entreprises libérantes », exprimant ainsi que le sujet est bien celui de la libération de l'énergie des collaborateurs. Il pousse alors le trait en leur dessinant un visage jusqu'au-boutiste. À partir d'exemples bien choisis, il décrit une nouvelle utopie et l'éclaire à partir des expériences connues les plus ultimes. Et il est vrai que certaines organisations très minoritaires ont poussé le curseur de la responsabilisation jusqu'à supprimer la hiérarchie, à confier aux salariés entre eux les systèmes de rémunération, à mettre les agents au coeur de toutes les décisions sur des sujets opérationnels, sur des sujets d'innovation, mais aussi des thématiques traditionnellement réservées aux Comités de direction... De quoi en effrayer plus d'un !

Pourtant, bien plus nombreuses sont les entreprises qui ont emprunté cette voie de la libération sans opter pour de telles expériences ultimes. Elles s'accordent simplement sur un certain nombre de principes convergents comme le management par la responsabilité, par la confiance et par le sens. Elles n'ont donc ni supprimé le management ni laissé libres les salaires. D'ailleurs, des modèles aux noms savants sont ainsi nés ou se sont faits connaître dans ce sillage. Qui parle là de sociocratie, d'holacratie, ici d'organisation holomorphe, fractale ou holistique, plus loin de démocratie concertative, ou plus simplement, un peu partout, d'organisation responsabilisante... Chacun met en avant ses idées, sa base philosophique et ses principes, certains plus dogmatiques que d'autres, acceptant ou pas de faire partie de la famille des « Entreprises libérées ».

La première question que doit donc se poser l'équipe de direction, à l'orée d'un projet de responsabilisation, n'est alors évidemment pas de choisir son modèle ! Elle devra plutôt se demander ce qui fait sens pour elle et surtout ce sur quoi elle est prête à lâcher prise. Ainsi, « ne pas laisser les salariés décider de leur salaire eux-mêmes » ne gêne en rien votre démarche mais fixe une des limites de votre champ d'autorisations et donc les contours de votre propre utopie !

Alors, vous qui démarrez un projet de responsabilisation, ne vous sentez pas contraints par des modèles. C'est à vous de jouer : libérez votre Utopie !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles