Nous suivre Industrie Pharma

Proconseil : Libérez les cous !

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

Les chroniques de Gilbert Lippmann - président de Proconseil

Barak Obama est bien le Président des États-Unis d'Amérique...nul n'en doute ! Et pourtant, il apparaît assez souvent sans cravate à la télévision, dans ses meetings, ... Laurent Delahousse en fait de même, tandis que ses prédécesseurs, présentateurs du 20 heures, portaient la cravate vissée autour du cou, et que dire d'Emmanuel Macron...

Alors, pourquoi, dans de nombreux secteurs d'activité, en porte-t-on encore ? Ce signe distinctif tout droit venu du XVIIe siècle et que notre société a conservé, permettrait-il de travailler mieux ?

Pourtant, je connais beaucoup de dirigeants travaillant chez eux la semaine, en soirée ou pendant le week-end ; aucun ne porte de cravate. Et que dire des séminaires de direction qui se déroulent « au vert », pour lesquels le « dress code » le plus souvent adopté est le « casual ». Est-ce donc pour ne pas travailler ? Pour travailler davantage ou de façon plus décontractée tout simplement ?...ou parce que l'on est entre nous et que l'on n'a rien à montrer aux autres...

Mais, au fait, quels autres ? Les autres employés, les autres services ? Il est possible que les salariés d'une grande entreprise ne sachent pas toujours qui sont les directeurs... mais pensez-vous que la cravate, lors d'une visite de site par exemple, puisse aider à entrer en communication avec ceux qui ne vous connaissent pas ? Ou que, si le personnel ne sait pas qui vous êtes, il soit nécessaire qu'il le comprenne...Faut-il à ce point montrer son statut, sa différence, son importance ? Nous ne sommes pas très loin de copier l'armée qui montre ses galons pour asseoir son autorité.

Bien entendu, le port de la cravate n'est plus totalement un standard et dépend des secteurs d'activités. Si l'agroalimentaire a souvent le col ouvert, le pharmacien porte résolument la cravate, le banquier les boutons de manchette...élégance voire respect de vos interlocuteurs me direz-vous...peut-être....

Mais la cravate vient rarement seule... Les places de parking nominatives, près de l'entrée du site, indiquent bien qui est pressé, qui travaille... disant par là-même tout ce que l'on pense des autres... La place et la taille des bureaux sont également des signes. J'ai vu de mes propres yeux, dans l'assurance, un directeur quitter une réunion, jugeant qu'il avait été convoqué par erreur en raison du manque de statut des autres participants. Élégance et respect, dites-vous...

Oui, il est vrai que nous n'avons pas tous la même fonction ni les mêmes responsabilités. Pourtant, ne sommes-nous pas le plus souvent tous des salariés, tout simplement ?

N'ayez donc pas peur, vous êtes compétents, pas besoin d'artefact !

Verriez-vous de telles marques de distinction dans une start-up, là où l'énergie déborde ? Certes non, alors retrouvons cet esprit et cette énergie des pionniers ! Passons à autre chose et renonçons à la mise en scène et aux signes distinctifs : libérons nos cous !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles