Nous suivre Industrie Pharma

Proconseil : Des « Y» pour libérer !

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

Les chroniques de Gilbert Lippmann, président de Proconseil

Il est très intéressant de recueillir le « feedback » d'un jeune issu de la génération Y, mis au contact d'une entreprise « classique ». Cela m'est arrivé dernièrement grâce à l'une de mes filles, actuellement en école de commerce, qui intégrait pour quelques semaines le back-office d'une grande entreprise. Catastrophe ! Quelle vision apocalyptique du travail me livrait-elle : un téléphone qui ne passe pas ; l'impossibilité de se connecter partout et le sentiment d'être totalement coupée de ses réseaux... bref le supplice ! Mais aussi l'utilisation de programmes informatiques peu ergonomiques, pas du tout « user friendly », nécessitant plus de 5 clics pour atteindre l'information ! Et le supplice se confirmait... Comment vivre par ailleurs, même quelques semaines, un travail et un management qui ne la challengeaient pas tous les jours, elle ou l'équipe, au point de se créer son propre challenge journalier...pour seulement survivre !

Un jeune que j'aidais à réfléchir sur différentes options d'orientation m'a, lui, livré une autre facette du tableau. Avec un Master 2 d'économie et de gestion financière mais aussi avec 5 bracelets autour des bras, une queue de cheval et 3 boucles d'oreille..., il m'assurait qu'il était travailleur, ce dont je ne doute pas...mais ne comprenait pas pourquoi il devait se plier aux codes d'apparence des sociétés qu'il démarchait dans le cadre d'un stage. McDo le dit bien pourtant : « Venez comme vous êtes... » Alors quoi ?

Dès que l'on parle à ces jeunes, on est surpris du décalage entre ce que propose habituellement le monde du travail et les attentes de cette génération, celle des startuppers.

Mais à la réflexion, on peut également être extrêmement étonné de la congruence entre leurs besoins et les caractéristiques des organisations responsabilisantes ou « libérantes ».

Ils sont demandeurs de sens, elles sont bâties sur ce principe. Ils veulent inventer, on leur propose une culture du quoi et non du comment. Ils veulent prendre des décisions dans le cadre de responsabilités larges, c'est exactement ce qu'elles recherchent. Ils rejettent la scission entre le dedans et le dehors, c'est ce qu'elles veulent pour trouver des solutions innovantes hors les murs. Ils aspirent à mener beaucoup de sujets à la fois, elles se nourrissent de plus de polyvalence et de compétences . Ils aiment être dans de nombreux réseaux, elles recherchent la transversalité. Ils cherchent à venir « comme ils sont », elles admettent une plus grande diversité et moins de conformisme, avec la volonté de les placer dans une ambiance de startupper. Ils sont tous plus ou moins « Geek », elles seront 4.0. Ils n'ont pas envie d'apprendre car ils savent tout à travers Internet, on leur propose une entreprise de l'intelligence collective. Ils aiment les collectifs, elles créent des organisations basées sur ce concept...

La nouvelle génération a ainsi tout ce qu'il faut pour évoluer en symbiose dans ces nouvelles organisations. Leur arrivée va certainement faire bouger les lignes plus rapidement que prévu ... Alors, vite, des « Y » pour libérer l'entreprise !!

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un message d’alerte apparaîtra bientôt sur les boîtes de paracétamol

Un message d’alerte apparaîtra bientôt sur les boîtes de paracétamol

L'ANSM demande à ce qu'un message contre le risque de surdosage apparaisse sur les boîtes de paracétamol. Les industriels concernés ont neuf mois pour mettre à jour leurs emballages. « Surdosage =[…]

La rubrique d'aktehom : Quelles perspectives ? Quels challenges ?

La rubrique d'aktehom : Quelles perspectives ? Quels challenges ?

Aktehom : Démontrer l'équivalence pour optimiser les qualifications des systèmes

Aktehom : Démontrer l'équivalence pour optimiser les qualifications des systèmes

La chronique de Patrick Hibon de Frohen : Big data et e-santé : quels risques et quelle éthique ?

La chronique de Patrick Hibon de Frohen : Big data et e-santé : quels risques et quelle éthique ?

Plus d'articles