Nous suivre Industrie Pharma

Présidentielles, un enjeu pour la santé

Sylvie Latieule Rédactrice en chef

La santé, grande oubliée des programmes de nos femmes et hommes politiques pour l'élection présidentielle, selon le Leem. Cette remarque, c'était avant que le candidat François Fillon ne fasse part de son intention de faire évoluer le système de santé. Il a créé la polémique en s'attaquant au tiers-payant dont il souhaite supprimer la généralisation. Bien entendu, son programme ne s'arrête pas là. Il détaille aussi des propositions à l'adresse des industriels de la santé et écrit noir sur blanc son intention de « donner à la politique de santé une véritable dimension industrielle en définissant une stratégie de long terme et en soutenant le développement de filières françaises d'excellence appuyées sur des pôles de compétitivité performants à l'échelle européenne et mondiale ». Puis, la grippe saisonnière a fait son apparition. Elle a durement frappé une maison de retraite lyonnaise, obligeant Marisol Touraine, ministre de la Santé, à monter au créneau. Du coup, le débat sur la vaccination contre la grippe, et la vaccination en général, est revenu comme un boomerang. De même que la situation des hôpitaux et autres établissements de santé, dont les services, à commencer par les urgences, se trouvent totalement engorgés.

Toujours est-il que le Leem a quand même choisi d'interpeller les candidats, en publiant un « pacte de mandature » alimenté par toute une série de propositions. Car le domaine de la santé est toujours pris dans la même contradiction : comment réduire le trou de la sécurité sans ponctionner les industriels et décourager leurs investissements sur le territoire français.

Ces dernières années, force est de constater que l'industrie pharmaceutique a été plutôt malmenée. De nouveaux handicaps sont venus très lourdement freiner son dynamisme, note d'ailleurs le Leem. L'organisation cite le poids grandissant de la fiscalité générale et sectorielle, le retard des réformes structurelles permettant d'adapter de manière efficiente l'organisation des soins aux progrès technologiques, sans compter une succession, depuis 2011, de prélèvements « disproportionnés ». « Chaque année, le médicament, qui ne représente que 15 % des dépenses d'Assurance maladie, contribue à plus de 50 % des économies », rappelle le Leem. Les conséquences ne se sont pas fait attendre : recul des investissements, baisse des exportations, érosion des effectifs qui sont passés durablement sous la barre des 100 000 collaborateurs, vieillissement des portefeuilles de produits fabriqués en France...

Les solutions préconisées par le Leem sont connues - à défaut d'être mises en place - car elles ont fait l'objet de multiples rapports. Il faudrait réussir la mutation de l'industrie pharmaceutique et le développement des biotechnologies, restaurer l'attractivité du territoire, passer d'une régulation punitive à une régulation attractive et élaborer une politique équilibrée de prix et de financement de l'innovation thérapeutique.

Si l'on parle de « système » de santé, c'est bien parce que l'on considère qu'il faut avoir une approche la plus globale possible pour garantir aux Français un accès aux meilleurs soins. À quand un ministre de la Santé qui partagera la même feuille de route que son homologue du ministère de l'Industrie ? Ce serait, en tout cas, un immense progrès.

 

« Ces dernières années, force est de constater que l'industrie pharmaceutique a été plutôt malmenée. »

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

[Edito Covid-19] : Ce que nous dit la pénurie de curare

Beaucoup d'entre nous associent le curare à cette drogue utilisée par les chasseurs d'Amazonie pour enduire les flèches de leurs sarbacanes et tuer leurs gibiers. Cette pratique ancestrale avait fini par donner[…]

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : La subtile stratégie de Sanofi

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : Bad buzz pour le Zolgensma de Novartis

Edito : La data entre menaces et opportunités

Edito : La data entre menaces et opportunités

Plus d'articles