Nous suivre Industrie Pharma

Première plateforme de production en Chine pour SAFC

Le groupe américain Sigma Aldrich vient d'annoncer son intention d'installer sur le site de Wuxi, au nord-Ouest de Shanghai, sa première plateforme industrielle de la région Asie Pacifique. Le site connaîtra un développement en trois étapes. La première prévoit un investissement de 25 millions de dollars (17,79 Me) pour l'acquisition de droits sur les terrains, ainsi que pour la construction d'une première unité de production non GMP pour sa filiale de chimie fine SAFC. La construction devrait démarrer à la fin de l'année 2007, pour une livraison 9 mois plus tard. « Soit des délais de construction divisés par trois pour un coût deux fois moindre par rapport à une usine européenne », explique Edward Roullard, vice-président marketing et supply chain. Dans les étapes ultérieures, le groupe Sigma Aldrich envisage l'implantation de services de R&D, de services analytiques, de stockages, ainsi que la production de molécules répondant aux normes GMP. La nouvelle unité tournera essentiellement avec de nouveaux projets permettant de diminuer le poids du sourcing auprès d'entreprises asiatiques. Quelques productions seront néanmoins rapatriées d'Europe ou des États-Unis. En revanche, malgré une demande en intermédiaires en forte croissance dans la zone Asie Pacifique, les productions de Wuxi seront principalement destinées aux marchés occidentaux. « Cette unité de production supplémentaire en Chine ajoutera des capacités indispensables pour satisfaire la demande en forte croissance de produits de SAFC. En particulier la combinaison de molécules produites en Chine et dans nos installations européennes et américaines devrait nous procurer une offre compétitive pour nos clients dans nos différentes activités » a expliqué Frank Wicks, président de SAFC. Né en 2000, sur la base d'un savoir-faire de Sigma-Aldrich dans la production de molécules très diverses, souvent complexes, pour les besoins des laboratoires, SAFC réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires de 550 M$ (391,4 M e ) avec un effectif de 1745 personnes. SAFC tire sa croissance d'une série de rachats ciblés (Iropharm dans la synthèse d'API, Pharmophix dans les formes solides, MMB dans les molécules biologiques, Epichem dans l'électronique, etc.) et d'importants investissements capacitifs. Présent dans 34 pays, le groupe possède 30 unités de production dont 9 cGMP. L'investissement à Wuxi ne constitue pas sa toute première base en Asie – Pacifique, puisque SAFC a démarré en Inde en octobre 2006 une unité de production à petite échelle d'intermédiaires clés pour la pharmacie. Un portefeuille original Par ailleurs, cette stratégie qui constitue à mêler dans son portefeuille des sites de production en Orient et en Occident est déjà partagée par de nombreux acteurs de la chimie fine qui cherchent à réduire leurs coûts, à l'image d'Evonik (ex-Degussa) ou de Lonza. En revanche, SAFC tire son originalité de son histoire et de la construction de son portefeuille. Ce dernier repose sur quatre grands piliers dont le plus important est le segment SAFC Supply Chain qui se présente comme une aide au sourcing, incluant des prestations de type réglementaire, logistique, analytique, pouvant aller jusqu'au conditionnement. De l'avis d'Amanda Halford, directrice marketing de SAFC, cette activité n'aurait pas son équivalent chez les majors de la chimie fine. La division Biosciences qui fournit des matières premières pour les cultures cellulaires bénéficie, pour sa part, de l'essor de la bioproduction. La division SAFC Pharma propose des prestations de développement et de synthèse à façon dans la production de petites molécules et, depuis un an, dans les molécules biologiques (MMB et 16 M$ d'investissement à Saint-Louis). Quatrième et dernière division, SAFC Hitech est entièrement dédiée au marché de l'électronique. Pour consolider cet ensemble et maintenir son rythme de 10 % de croissance, SAFC entend poursuivre dans la voie des investissements et des acquisitions ciblées. Le groupe vient, par exemple, de se renforcer dans les HPAPI (molécules complexes à manipuler à l'image des cytotoxiques) à Madison aux États-Unis, en investissant 4,5 M$ (3,2 Me) dans de nouvelles capacités de production cGMP et dans l'étude des polymorphismes. Et il réfléchit à des diversifications sur d'autres segments de marché, par exemple dans les équipements à usages uniques ou la formulation… Des développements de portefeuille toujours dictés par les demandes de ses clients. n À Genève, Sylvie Latieule

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

En bref : Theradiag, Pierre Fabre, Valneva

En bref : Theradiag, Pierre Fabre, Valneva

  Theradiag lève plus de 5 M€ La société spécialisée dans le diagnostic in vitro et le théranostic a annoncé le succès de son augmentation de capital d’un montant de 5,3[…]

Covid-19 : GSK et Vir Biotechnology signent un accord avec les États-Unis

Covid-19 : GSK et Vir Biotechnology signent un accord avec les États-Unis

Covid-19 : L’anticorps de Celltrion autorisé dans l’UE

Covid-19 : L’anticorps de Celltrion autorisé dans l’UE

Dans les pipelines : Biogen, Galapagos, Janssen

Dans les pipelines : Biogen, Galapagos, Janssen