Nous suivre Industrie Pharma

Poxel se lance en Bourse

ANNE-GAËLLE MOULUN

Sujets relatifs :

, ,

Jeune entreprise biopharmaceutique, Poxel se lance en Bourse pour poursuivre le développement de ses médicaments anti-diabétiques.

Poxel, une société lyonnaise spécialisée dans le développement de médicaments anti-diabétiques, vient d'annoncer le succès de son introduction en Bourse. Elle a annoncé le 11 février avoir levé un total 26,8 millions d'euros, ce qui va lui permettre de poursuivre le développement de son candidat-médicament le plus avancé, l'Imeglimine.

L'histoire de Poxel commence en 2007. À cette époque, Merck acquiert la société Serono et souhaite se retirer de certaines aires thérapeutiques. « Merck Serono a entrepris une démarche de désinvestissement de la R&D dans le diabète, à laquelle certains cofondateurs de Poxel ont participé », explique Pascale Malgouyres, directrice du business développement de Poxel et l'une des fondatrices de la société. « Nous étions une équipe de cinq, habitués à travailler ensemble dans des groupes de projets, sur des médicaments antidiabétiques en développement. Un projet de spin-off a été proposé et accepté par Merck Serono ». L'entreprise leur a octroyé une avance afin de les aider à démarrer leur activité. Poxel voit le jour en mars 2009. « Dans l'équipe de fondateurs, il y a une pharmacologue, un pré-clinicien, un directeur médical, un responsable du business development (moi-même) et le directeur général, issu du département R&D. À nous cinq, nous avions les compétences nécessaires pour poursuivre le développement des médicaments. Ce qui nous manquait, c'étaient les financements, se souvient Pascale Malgouyres. Nous savions qu'il nous fallait des fonds importants pour poursuivre les études cliniques ».

Depuis sa création, Poxel a en effet mené six études cliniques, dont une de phase I et cinq de phase II. La société parvient à trouver des investisseurs et embauche du personnel supplémentaire, notamment un directeur financier et des personnes chargées du suivi des études cliniques. « Nous n'avons pas de laboratoire à proprement parler. Nous sous-traitons les études cliniques, réalisées en Europe et aux États-Unis », poursuit Pascale Malgouyres. Le principal produit développé par Poxel, baptisé Imeglimine, est le premier représentant d'une nouvelle classe d'antidiabétiques oraux. « Il a la particularité d'agir sur les deux défauts principaux du diabète : l'insuffisance de sécrétion de l'insuline et son incapacité à agir correctement au niveau des cellules, pour faire baisser le taux de sucre dans le sang. Les autres antidiabétiques agissent soit sur l'un, soit sur l'autre. L'Imeglimine a déjà démontré son efficacité dans plusieurs études cliniques, ainsi que sa sécurité d'emploi sur près de 800 patients », détaille Pascale Malgouyres. Néanmoins, Poxel ne compte pas aller jusqu'à la commercialisation de l'Imeglimine. « Nous cherchons un partenaire qui pourra terminer le développement et commercialiser le produit. Nous utiliserons les fonds récoltés grâce à l'introduction en Bourse pour travailler à renforcer la différenciation de notre produit par rapport à ce qui existe déjà sur le marché ». Le fait qu'il soit le premier d'une nouvelle classe d'antidiabétiques pourrait aussi jouer en sa faveur. « Cela permettra à notre partenaire d'obtenir un bon prix auprès des autorités de santé », note Pascale Malgouyres.

Poxel a également un autre produit dans les tuyaux, le PXL770, actuellement prêt à entrer en phase I clinique. « Dès que nous aurons les fonds, nous pourrons passer aux essais chez l'homme, avec une phase I sur volontaires sains », prévoit-elle. Cette molécule active une enzyme, l'AMP kinase, surnommée « l'enzyme du sport » et provoque sur les modèles animaux une baisse de la glycémie, accompagnée d'une baisse des lipides. « C'est un projet qui a également du potentiel », estime Pascale Malgouyres.

Outre le développement de ce second produit, l'entrée en Bourse de la société va permettre à Poxel d'accélérer le programme de développement autour de l'Imeglimine, en lançant de nouvelles études en Europe et aux États-Unis, mais aussi de s'attaquer au marché asiatique, en particulier japonais. « C'est un marché à fort potentiel, le 2e mondial sur le diabète. Nous avons démarré une étude de phase I sur des sujets japonais. Nous aurons les résultats en milieu d'année. Nous pourrons alors rencontrer les autorités de santé japonaises et embrayer directement sur une phase IIb », prévoit Pascale Malgouyres.

Poxel en bref

Date de création : 11 mars 2009 Directeur général : Thomas Kuhn Nombre de salariés : 11 Financement : 34 M€ via des participations au capital (principalement Edmond de Rothschild Investment Partners, BPI et Omnes Capital), 26,5 M€ via d'autres financeurs, non présents au capital (avance de Merck Serono ou CIR) et 25 M€ via l'introduction en Bourse. Activités : développement de produits innovants dans le diabète de type 2

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles