Nous suivre Industrie Pharma

Phytosanitaires/Le ministère de l'Agriculture interdit les triazines

Sujets relatifs :

,

Comme prévu (notre dernière édition), la France a décidé, d'interdire l'atrazine, responsable, selon les autorités, de la contamination de plus de la moitié des eaux de surface et des eaux souterraines françaises. Les agriculteurs français ont deux ans pour utiliser leurs stocks et utilliser d'autres substances que l'atrazine et autres produits de la même famille,interdits à compter du 30 juin 2003. Depuis des années, des communes de Bretagne, du Sud-Ouest ou d'Ile-de-France conseillent aux populations de ne pas boire l'eau du robinet du fait des doses élevées de dérivés de triazines retrouvée dans les prélèvements, jusqu'à dix fois supérieures aux seuils autorisés (0,1 microgramme par litre d'eau en Europe). La France a d'ailleurs été condamnée à deux reprises pour avoir manqué à ses obligations en matière de qualité de l'eau. La Loi sur l'eau, qui doit être discutée en janvier par l'Assemblée nationale, va instaurer une "taxe azote" pour inciter les agriculteurs à plus de modération dans l'usage des engrais. La France est le deuxième utilisateur mondial de pesticides après les Etats-Unis, avec une consommation moyenne de 100 000 tonnes par an. Les triazines ont été introduites en France en 1962. Faciles à utiliser et peu chères, elles sont utilisées massivement, notamment par les producteurs de maïs. 80 % des surfaces de maïs sont traitées à l'atrazine. Les producteurs de maïs et les industriels des produits phytosanitaires ont combattu vigoureusement l'interdiction, proposant un abaissement du seuil d'utilisation à 500 grammes par hectare et par an contre 1 kg actuellement et à supprimer les utilisations dans les zones sensibles. Le seuil d'utilisation a été abaissé deux fois depuis leur introduction en 1962, sans répondre au problème de pollution, observe le ministère de l'Agriculture. Jacques My, secrétaire général de l'Union des industries de la protection des plantes (UIPP) a dénoncé la "précipitation" de la décision du ministère, jugée "politique". Ce dernier craint d'autres retraits d'autorisation. Selon l'UIPP, " le surcoût moyen lié à l'interdiction de l'atrazine sera de plus de 150 F/ha pour les maïsiculteurs ". D'autres substances plus récentes et moins polluantes que les triazines existent sur le marché, mais elles sont plus chères. De son côté, Bernard Rousseau, président de France Nature Environnement se félicite que " soit enfin prise en compte la pollution des eaux ", mais s'inquiète de la toxicité éventuelle des produits de substitution. Les effets des pesticides pour la santé sont suffisamment sérieux pour que la Commission européenne ait engagé la révision de toutes les substances anciennes. La moitié des quelque 800 produits agréés par la directive de 1991 devraient passer à la trappe d'ici à 2008, selon l'UIPP.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles