Nous suivre Industrie Pharma

Phytosanitaires/Bruxelles ouvre une enquête approfondie sur l'acquisition d'Aventis CropScience par Bayer

Sujets relatifs :

,

La Commission européenne a ouvert une enquête approfondie concernant l'acquisition d'Aventis CropScience par Bayer AG. Elle craint une restriction importante de la concurrence dans les domaines des insecticides, des herbicides, des fongicides et des produits de traitement des semences destinés au secteur agricole, ainsi que dans le domaine de la lutte contre les parasites des animaux domestiques, notamment les tiques et les puces. Le projet d'acquisition d'ACS par Bayer a été annoncé début octobre et notifié à l'Union européenne le 29 octobre. Le rachat, pour 7,25 Mrds euros (dont 2 Mrds euros de dettes) d'ACS, ferait de Bayer le numéro deux mondial de l'agrochimie, derrière le groupe anglo-suisse Syngenta, ACS est la division agrochimique d'Aventis, le groupe pharmaceutique franco-allemand auquel a donné naissance la fusion entre Rhône-Poulenc et Hoechst en 1999. ACS est elle-même le résultat du rassemblement, en 1999, des activités d'AgrEvo et des divisions agrochimiques de Rhône-Poulenc et de Hoechst. La Commission aurait identifié quelque 300 produits du groupe Bayer vendus dans des pays où le groupe disposerait, après le rachat d'Aventis CropScience, de plus de 35 % de parts de marché. L'examen initial de la Commission a fait apparaître des préoccupations graves sur plusieurs marchés où l'opération est susceptible d'aboutir à la création ou au renforcement d'une position dominante. " C'est notamment le cas des insecticides pour la protection de diverses cultures, en raison du regroupement des gammes de produits de Bayer et d'ACS dans deux nouvelles classes de substances chimiques très efficaces, les néonicotinoïdes, dont Bayer fabrique les principaux produits, et les pyrazoles, dont ACS est l'unique producteur ", souligne-t-elle. Des doutes sérieux ont aussi été relevés sur plusieurs autres marchés, notamment ceux des herbicides pour la protection des céréales, du maïs et des betteraves sucrières, des fongicides pour la protection de la vigne, des produits de traitement des semences pour diverses cultures et de la lutte professionnelle contre les parasites. En outre, la combinaison des activités des deux entreprises dans les deux nouvelles classes chimiques de substances actives pour insecticides pourrait également " créer des problèmes de concurrence sur le marché des insecticides ménagers et celui des ecto-parasiticides pour animaux de compagnie (les produits destinés à lutter contre les tiques et les puces sur les chats et les chiens) ", affirme Bruxelles. En raison des doutes sérieux soulevés par la position que Bayer occuperait sur ces marchés après l'opération, la Commission a décidé de lancer la procédure prévue par le règlement sur les concentrations et dispose d'un délai maximal de quatre mois pour arrêter une décision finale. Cette décision est une simple étape de la procédure qui ne préjuge pas de la décision finale que prendra la Commission. Les activités de Bayer dans le secteur, concernées par l'opération en cause comprennent notamment la protection des cultures et la santé animale. ACS compte de son côté quatre divisions : la division protection des cultures, la division sciences de l'environnement (insecticides ménagers, désherbants industriels, produits pour gazon et jardins, etc.), la division semences et la division sciences de la vie qui conçoit des techniques permettant d'améliorer la valeur des plantes au moyen d'une modification des caractères de résistance, de culture ou de composition. Bayer a réagi en indiquant qu'il " avait anticipé cette possibilité " et qu'il estime que " la transaction devrait être achevée comme prévu à la fin du premier trimestre 2002 ". " Nous pensons toujours que nous sommes en mesure de conserver toutes les activités de CropScience ", a ajouté un porte-parole de Bayer.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles