Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Schering table sur une hausse de 6 % de son bénéfice net pour 1998

Sujets relatifs :

,

Schering, rattrapé par la crise en Asie et par le scandale sur les fausses pilules contraceptives au Brésil, a révisé à la baisse son objectif de bénéfice pour 1998. "Compte-tenu des difficultés que nous connaissons, nous pouvons tabler sur une croissance d'environ 6% du bénéfice net cette année", a déclaré le directeur financier de Schering, Klaus Pohle. "En 1999, la croissance du bénéfice et du chiffre d'affaires sera certainement à un chiffre", c'est-à-dire inférieur à 10%, a ajouté le président du directoire, l'italien Giuseppe Vita. Le groupe prévoyait à l'origine un bénéfice net en hausse de 8 à 9 % pour 1998, par rapport aux 446 millions de DM réalisés l'an dernier. Concernant le chiffre d'affaires, Schering table pour l'ensemble de 1998 sur une légère hausse de son chiffre d'affaires à 6,4 Mrds DM. Le groupe, qui réalise 85% de son chiffre d'affaires à l'étranger, a souffert de la baisse du dollar et des devises asiatiques. Outre la dépréciation du yen qui, selon M. Pohle, va s'accentuer, la baisse des prix décrétée par le gouvernement japonais sur les médicaments a fortement pesé sur les activités au Japon, le marché le plus important de Schering en Asie. La crise asiatique devrait grever au total le résultat de Schering de 30 M DM environ cette année. Cependant l'excellent niveau de l'activité en Europe et en Amérique du nord a plus que compensé le recul du résultat en Asie et en Amérique latine, Au Brésil, le scandale sur les fausses pilules devrait peser à hauteur de 40 M DM sur le bénéfice d'exploitation (664 MDM pour janvier-septembre) du groupe. Le Brésil avait interdit cet été à Schering de vendre ses médicaments dans le pays, après que des Brésiliennes furent tombées enceintes malgré la prise de pilules contraceptives du groupe. Mais ces dernières ne contenaient que de la farine de blé. Le groupe berlinois a réaffirmé qu'il a été victime dans cette affaire de pratiques criminelles. Depuis la mi-juillet, Schering peut de nouveau commercialiser ses produits, sauf son contraceptif Microvlar incriminé dans l'affaire. Sur les neuf premiers mois de 1998, le bénéfice net de Schering a augmenté de 7% à 375 MDM. Le CA, dopé par un troisième trimestre "satisfaisant", s'est étoffé de 3% à 4,8 Mrds de DM. AgrEvo, la filiale phytosanitaire commune avec l'allemand Hoechst, a contribué sur la période pour 35 MDM au résultat. n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles