Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Roche prend une participation de 50,1 % dans le japonais Chugai

Sujets relatifs :

,

Roche va se hisser avec Chugai au cinquième rang du marché pharmaceutique japonais, le deuxième au monde, en créant une nouvelle société, Chugai Pharmaceuticals Co, née de la fusion des deux groupes au Japon. Nippon Roche, qui va acquérir 50,1 % du laboratoire japonais, était jusqu'alors 32e sur ce marché et Chugai, le 10e. La nouvelle société aura un chiffre d'affaires de 253 milliards de yens (2,2 Mrds euros) dont 63 milliards apportés par Roche, et continuera à être cotée à la Bourse de Tokyo. Osamu Nagayama, actuel CEO et président exécutif de Chugai gardera ce double poste dans la nouvelle structure. L'accord stipule que " Chugai sera gérée de façon autonome, mais ses opérations seront étroitement coordonnées avec Roche ", indique le groupe suisse dont Chugai sera, au Japon, " l'unique représentant pour le secteur pharmaceutique et exercera ses droits de développement et de commercialisation sur tous les produits ". Cette opération sera financée par l'apport des actifs japonais de Roche et un apport en cash compris entre 155 et 198 Mrds ¥ (1,4 à 1,75 Mrd euros). La nouvelle société aura dans son portefeuille le traitement contre l'anémie, l'Epogin de Chugai, qui représentera près du quart du chiffre d'affaires du joint-venture. En revanche, Chugai devrait, avant l'opération redistribuer à ses actionnaires les actions de sa filiale américaine Gen-Probe, spécialisée dans le screening sanguin et le diagnostic par sondes ADN, afin d'éviter un blocage de la part des autorités de la concurrence. Le portefeuille sera concentré sur l'oncologie, l'hématologie, la néphrologie, l'ostéologie et la virologie que Roche considère comme " des segments de marché en plein essor ". Le nouveau Chugai disposera avec 1 400 délégués médicaux d'une des principales forces de marketing du pays qui permettra notamment de favoriser le lancement en cours des produits de Roche comme l'Herceptin, le MabThera/Rituxan et le Tamiflu et favoriser la mise sur le marché de prochains médicaments comme le Pegasys ou le Xeloda. L'ensemble vise une croissance de 5 % par an de son chiffre d'affaires sur les trois prochaines années et, à terme, la première place sur le marché japonais. Son pipeline de recherche et développement comprend 46 nouvelles entités de Roche et 14 issues du développement clinique de Chugai qui consacrait 20 % de son chiffre d'affaires à la recherche et développement. Le nouveau joint-venture sera également bien implanté dans les médicaments OTC (vendus sans ordonnance) Il s'agit de la première grande opération réalisée entre un laboratoire japonais et un groupe pharmaceutique international, même si l'ensemble restera toujours deux fois plus petit que le premier laboratoire japonais, Takeda (plus de 500 Mrds de yens de CA), alors que les laboratoires japonais restaient pour l'instant de petite taille et peu ouverts à des alliances avec les groupes internationaux. Les seules opérations déjà réalisées comprennent la reprise en 1984 par Merck de Banyu, son partenaire depuis de longues années au Japon, et l'OPA lancée, début 2000, par Boerhinger Ingelheim sur SSP, numéro trois de l'automédication au Japon. Cette première pourrait ouvrir la voie à d'autres alliances de la même envergure entre des laboratoires japonais et étrangers. En revanche, le projet de fusion entre Tanabe et Taisho - qui aurait créé le troisième laboratoire japonais - a été abandonné il y a quelques jours (Chimie hebdo n°153, p.12).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles