Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Résultats contrastés aux Etats-Unis

Sujets relatifs :

,

Les laboratoires américains doivent surtout leur croissance à quelques blockbuster : le Zocor pour Merck, la Claritine pour Schering-Plough, le Lipitor pour Warner-Lambert. Mais les restructurations engagées l'an dernier pèsent sur les résultats, notamment sur ceux de Johnson & Johnson et d'American Home Products. Dans l'ensemble, les groupes pharmaceutiques américains ont cependant réalisé des résultats en ligne avec les prévisions de Wall Street ou même légèrement supérieures à celles-ci. Le premier laboratoire américain Merck a enregistré l'an dernier une croissance de 14 % de son bénéfice net à 5 248 M$. Le chiffre d'affaires a également augmenté de 14 % à 26,9 Mrds $. Sans la formation de Merial avec Rhône-Poulenc et le cession des activités phytosanitaires fin 1997, la hausse des ventes aurait même atteint 16 %. Cette croissance est due à la fois à des produits bien établis comme l'hypolipémiant Zocor et les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine Vasotec et Prinivil, mais également à des nouveaux produits comme le Coozar, un antagoniste de l'angiotensine II. Cet antihypertenseur est le plus vendu de sa catégorie. Warner-Lambert doit également une bonne part de la croissance de ses ventes (+ 25 % à 10,2 Mrds $) au Lipitor, un hypolipémiant sont les ventes ont doublé pour atteindre 2,2 Mrds $ l'an dernier. En conséquence le chiffre d'affaires de la division pharmaceutique du groupe a augmenté de 55 % à 5,6 Mrds $. Les ventes des produits de consommation (essentiellement des médicaments vendus sans ordonnance) ont en revanche stagné (+ 1 % à 2,7 Mrds $). Le bénéfice net du groupe atteint un record de 1,3 Mrd $ (+ 44 %). Des charges de restructuration à hauteur de 613 M$ ont fait reculer en 1998 le bénéfice net de Johnson & Johnson à 3059 M$ (contre 3 303 M$ en 1997). Hors charges exceptionnelles le bénéfice net augmente de 11,1 %. Le chiffre d'affaires a atteint 23,7 Mrds $ (+ 4,5 %). La division pharmacie de Johnson & Johnson a vu son CA augmenter de 11,3 % à 8,6 Mrds $, grâce à une hausse de 21,4 % des ventes aux Etats-Unis. Cette forte croissance sur le marché domestique est notamment due aux performances d'un antipsychotique, le Risperdal et du Procrit contre l'anémie. Le CA dans les produits de consommation a augmenté de 4 % à 6,5 Mrds $. De son coté, le laboratoire américain Schering-Plough a réalisé en 1998 un bénéfice net de 1 756 M$ (+ 22 %) pour un CA de 8077 M$ (+ 19 %). La croissance des résultats a été portée par la hausse des ventes pharmaceutiques (+ 20 %). Les ventes de Claritine, le premier antihistaminique mondial ont augmenté de 31 % à 2,3 Mrds $. Les ventes de la division santé animale ont augmenté de 66 % grâce à l'acquisition de l'activité de Mallinckrodt. American Home Products a enregistré un bénéfice net en hausse de 21 % à 2 474 M$ malgré des charges de restructuration de 344 M$. Cette charge qui a entièrement porté sur le quatrième trimestre a en revanche fait baisser de 39 % le bénéfice net du groupe sur cette période. Le CA d'American Home Products a augmenté de 2 % à 13,4 Mrds $ à périmètre égal. L'augmentation du CA a atteint 2 % dans la pharmacie (8,9 Mrds $), 4 % dans le produits de consommation (2,2 Mrds $) et 4 % dans les produits agrochimiques (2,2 Mrds $). Les ventes du secteur pharmacie ont en revanche reculé de 6 % au quatrième trimestre du fait de la concurrence des génériques et de l'arrêt de certains produits. n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles