Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Résultats cliniques mitigés pour le Gleevec, et autorisation de commercialisation en Suisse

Sujets relatifs :

,

Le Gleevec (Glivec en Europe) du groupe pharmaceutique suisse Novartis, a reçu l'aval des autorités suisses pour sa commercialisation comme traitement de la leucémie myéloïde chronique (LMC). Le médicament sera disponible dès le 27 juin, et s'adresse aux malades qui ne réagissent pas à l'interféron alpha. Il s'agit de la deuxième homologation du Gleevec, après celle intervenue début mai aux Etats-Unis. Par ailleurs, Novartis a rendu publics les résultats de nouvelles études réalisées sur ce produit dans le traitement de la LMC, après que le groupe helvétique ait annoncé début juin vouloir prendre une position de leader sur le marché américain de l'oncologie avec ce traitement (Chimie hebdo n°132, p.12). Une première étude, évaluant l'efficacité du Gleevec chez des patients atteints de LMC à un stade avancé a révélé une résistance de la maladie au Gleevec dans 80 % des cas. Une grande majorité de ces patients a en effet vu leur cancer se développer à nouveau six mois après le début du traitement. Toutefois, alors que le médicament de Novartis a reçu l'aval des autorités américaines fin mai et attend celle des autorités européennes, la firme bâloise souligne que le Gleevec reste un traitement efficace pour les patients atteints de LMC à des stades moins avancés. La communauté scientifique s'accorde également pour dire que la résistance aux traitements anticancéreux est inévitable lorsque ceux-ci sont utilisés en monothérapie. De plus, le Gleevec a montré lors d'études antérieures sa capacité à provoquer un retour à la normale des bilans sanguins chez 90 % des patients atteints de LMC à des stades précoces. Ces résultats, ainsi que la confiance de Novartis dans l'efficacité du Gleevec ont été renforcés par les données d'une autre étude, rendue publique cette semaine. Elle a démontré que l'efficacité du Gleevec augmentait avec la durée du traitement, dans chacun des stades de la maladie (phase précoce ou chronique, phase intermédiaire ou accélérée et phase avancée ou d'explosion). Selon le Dr Daniel Vasella, chief executive officer de Novartis, " ces résultats ne répondent pas à toutes nos questions, mais suggèrent que plus le traitement est suivi précocement, plus grande est son efficacité ". Rappelons qu'une étude clinique de phase I, publiée en avril dernier avait révélé l'efficacité du Gleevec dans le traitement d'une forme incurable de cancer gastro-intestinal. Le traitement par le Gleevec avait permis la régression et la disparition de tumeurs gastro-intestinales chez une patiente présentant 28 tumeurs. De plus, les tumeurs n'avaient pas réapparu six mois après la fin du traitement. Fort de ce succès, cautionné par la notoriété des chercheurs américains ayant réalisé l'étude, Novartis réalise actuellement des études cliniques pour évaluer l'efficacité du Gleevec sur d'autres types de cancers, comme les cancers cérébraux ou les cancers bronchiques non à petites cellules. Selon la compagnie, les résultats préliminaires de ces études sont encourageants. Les ventes du Gleevec pourraient, selon la compagnie, atteindre le milliard de francs suisses, si les résultats préliminaires des études sur l'efficacité anticancéreuse du Gleevec venaient à se confirmer. L'an dernier, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 35,8 Mrds FS et prévoit encore une hausse de 10 % de ses ventes en 2001. Par ailleurs, Novartis n'a pas l'intention de transférer ses activités opérationnelles aux Etats-Unis, a précisé son président, Daniel Vasella, à l'hebdomadaire suisse-allemand SonntagsBlick. " Ce genre de projet n'existe pas ", explique-t-il en forme de mise au point après son intervention devant la chambre de commerce américano-suisse qui a nourri la rumeur sur l'éventualité d'un tel transfert. Toutefois, admet-il, Novartis a bien l'intention d'investir davantage aux Etats-Unis où les rentabilités sont plus élevées qu'en Europe. De plus, note Daniel Vasella, " les Etats-Unis sont plus favorables à la recherche et il y a moins de contraintes légales handicapantes pour les entreprises qu'en Europe ".

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles