Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Novartis : l'automédication rejoint la division nutrition

Sujets relatifs :

,

Novartis a annoncé la fusion de ses deux activités Automédication et Nutrition en une nouvelle division statégique "Novartis Consumer Health" d'ici au 1er janvier 1999, qui pèse 4,6milliards de francs suisses pro forma en 1997 (plus de 18MrdsFF). Dirigée par Thomas Ebeling, actuel directeur de Novartis Nutrition, elle aura un effectif de 12500 personnes et sera composée de trois unités d'affaires : Médications OTC, Nutrition médicale et Nutrition diététique et fonctionnelle. Les marques connues d'automédication telles que l'antiacide Maalox, l'antiallergique Tavist, les traitements contre la toux Triaminic, Therafflu, Neocitran côtoieront celles de la nutrition médicale comme Ovomaltine, Isostar et Gerber, ainsi que Resource et Impact pour la nutrition clinique. L'impact annuel des synergies sur le résultat opérationnel devrait compter pour 70millions de francs suisses, à réaliser en 36mois, avec cependant une suppression de 380 postes à l'échelle mondiale. Cette opération sera accompagnée d'un recentrage sur la "nutraceutique" de la division nutrition avec la mise en vente de certaines marques d'aliments (correspondant à un CA de 1,3Mrd FS) qui ne s'inscrivent plus dans le développement stratégique de Novartis : les pains croustillants Wasa, les snacks Rolands, les confiseries Eden et le distributeur Red Line aux États Unis. La décision de Novartis repose sur la tendance actuelle des consommateurs et des secteurs de la distribution à associer les produits qui concernent le traitement (produits d'automédication) avec ceux qui visent la prévention par une alimentation saine (produits fonctionnels). Novartis, leader mondial dans le domaine des Sciences de la Vie, possède le potentiel pour intégrer et développer ce nouveau segment de marché des aliments fonctionnels, en plein expansion, dont le CA annuel devrait doubler pour atteindre 20Mrds$ d'ici 4 ans. La société souhaite s'y positionner en exploitant ses rapports avec le corps médical et en se concentrant dans les secteurs qu'elle connait bien, comme ceux des troubles cardio-vasculaire, du système immunitaire ou de la digestion. En 1997, le CA du groupe a atteint 31,2MrdsFS, dont 18,8Mrds FS pour la division Santé, la plus importante, et 4,1MrdsFS pour la division Nutrition. Le CA global est en hausse de 3% pour le premier semestre 1998 (16,8MrdsFS), et le bénéfice net de 14% (CH n°14, p.24). n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles