Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Novartis abandonne son partenariat avec Novo Nordisk, mais reste confiant dans son pipeline

Sujets relatifs :

,

Novartis a annoncé qu'il mettait un terme à l'accord de collaboration qui liait le groupe suisse au danois Novo Nordisk, concernant la commercialisation en Amérique du Nord du NN622, traitement du diabète. Novo Nordisk a déclaré qu'il n'abandonnerait pas le développement de son produit, et qu'il chercherait un nouveau partenaire pour la commercialisation du NN622 en Amérique du Nord. " Notre programme de développement ne sera pas affecté par la décision de Novartis et nous allons considérer plusieurs alternatives pour la commercialisation du NN622 dans cette région ", a déclaré Lars Rebien Sorensen, dirigeant de Novo Nordisk. Cette annonce pourrait porter atteinte au groupe suisse, qui a connu de sérieux revers dernièrement, avec le Zelmac, pour lequel la FDA a demandé des données cliniques complémentaires, et le Xolair, anti-asthmatique dont le dépôt de dossier d'enregistrement a été repoussé en 2003. Le Zelmac vient toutefois de recevoir le feu vert des autorités suisses pour sa commercialisation en tant que traitement du syndrome du côlon irritable chez la femme. Si Novartis n'a pas révélé les raisons qui l'ont poussé à prendre cette décision, un porte-parole a déclaré que " nous préférons nous concentrer sur notre propre portefeuille de traitements du diabète ", faisant sans doute référence au Starlix, qui a déjà été lancé, mais qui ne rencontre pas le succès escompté pour le moment. Dans le même temps, Novartis a réaffirmé la confiance qu'il accordait à la solidité de son pipeline. Selon le groupe, " avec 69 produits en développement, nous prévoyons de lancer un nombre substantiel de produits sur le marché d'ici à la fin 2005 ", ajoutant que le groupe devrait disposer à cette date de six produits dont les ventes dépasseront le milliard de dollars. Novartis mise notamment sur le COX189, traitement des douleurs arthritiques, et concurrent direct potentiel du Vioxx de Merck & Co. et du Celebrex de Pharmacia, qui devrait être lancé fin 2002. Selon le groupe, ce traitement, qui subit actuellement les essais cliniques de phase III, présenterait un profil de sécurité plus favorable que ceux du Vioxx et du Celebrex, notamment au niveau des effets secondaires cardiovasculaires et gastro-intestinaux. Autre produit phare du groupe, l'anticancéreux Glivec, qui a réalisé un bon démarrage aux Etats-Unis (où il a été homologué pour le traitement de la leucémie myéloïde chronique), devrait être homologué en Europe et au Japon d'ici à la fin de l'année. Une demande d'homologation du Glivec a été déposée aux Etats-Unis pour le traitement des tumeurs stromales gastro-intestinales, en attendant les résultats en 2002 des études cliniques dans le traitement du cancer pulmonaire à petites cellules, du cancer de la prostate, et de celui des ganglions. En 2003, le groupe suisse prévoit de lancer deux produits dans le domaine de la transplantation, le Myfortic, et le Certican (transplantation cardiaque), après avoir déposé les dossiers de demande d'enregistrement correspondants en 2002.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles