Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Nouvelle entrée sur le marché américain des anti-arthritiques

Sujets relatifs :

,

Le marché des maladies liées à l'arthrite suscite de nombreux intérêts. Après Merck et son Vioxx (qui pourrait être commercialisé dès le mois prochain), Monsanto et son Celebrex (commercialisé depuis plusieurs semaines sur le marché américain), c'est au tour des laboratoires Abbott d'entrer en compétition. Ce dernier vient en effet d'acquérir les droits de commercialisation du médicament Mobic, en collaboration avec le producteur allemand Boehringer Ingelheim. Mobic, tout comme Celebrex et Vioxx, est connu comme inhibiteur de la seule enzyme Cox-2, et non, comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens classiques, également de l'enzyme Cox-1. Ce qui évite les effets secondaires sur l'estomac, parfois graves (ulcères, saignements). Le marché de ces Cox-2 pourrait bientôt représenter plusieurs milliards de dollars selon les analystes américains. Il reste désormais un enjeu pour Abbott et Boehringer : montrer que Mobic est aussi inoffensif pour l'estomac que le sont les deux autres nouveaux médicaments du secteur. La compétition va être rude : Celebrex, commercialisé depuis quelques semaines sur le marché américain, est en train de réaliser un record en nombre de prescriptions quotidiennes (dépassant le Viagra au même stade de commercialisation). D'ici à l'autorisation de mise sur le marché de la FDA concernant le Vioxx de Merck fin avril, Celebrex a le temps d'acquérir une position dominante. Il reste à Merck la possibilité de jouer sur le prix, le médicament de Monsanto étant difficilement abordable par une catégorie de patients. La décision d'Abbott de réaliser un comarketing montre une stratégie plus agressive, liée au nouveau chief executive, Miles D. White. Le groupe américain va, de la même façon, commercialiser Micardis, le médicament contre l'hypertension du groupe allemand (faisant partie de cette nouvelle classe des antagonistes de l'angiotensine II). Mais ces décisions illustrent également la faiblesse de la division pharmacie d'Abbott, jusque-là moteur du groupe. Selon White, ces difficultés sont plus imputables à l'échec du développement de certains médicaments prometteurs, qu'à un investissement trop faible en recherche et développement. Exemple : le sertindole, le médicament d'Abbott contre la schizophrénie, n'a pu être commercialisé en raison de risques cardiaques. S'ajoute à cela la détérioration d'une collaboration de longue date avec le japonais Takeda Chemical Industries, qui accordait jusqu'à maintenant la priorité à Abbott pour la commercialisation de ses produits. n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles