Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Mariage surprise entre Pierre Fabre et BioMérieux Alliance (suite de la page 1)

Sujets relatifs :

,

Les activités des deux groupes semblent pourtant au premier abord bien différentes : la pharmacie, l'homéopathie (avec Dolisos) et les dermocosmétiques (avec Avène, Elancyl, Klorane et Ducray) pour Pierre Fabre, les systèmes et les réactifs destinés au diagnostic in vitro pour BioMérieux Alliance. Mais les deux groupes misent tous deux sur l'innovation et sur un nouveau concept : " la personnalisation du traitement " qui allie " diagnostic et traitement thérapeutique afin de satisfaire les exigences croissantes des médecins ", expliquent les deux partenaires. Cette évolution est également celle suivie par les grands noms de la pharmacie. " Depuis cinq ans des grands groupes mondiaux tels que Abbott, Roche, Bayer ou Schering se sont renforcés dans le domaine du diagnostic ", soulignent les futurs mariés. C'est aussi une approche particulièrement adaptée au portefeuille de médicaments que le futur groupe veut développer dans le domaine des maladies infectieuses, la spécialité de BioMérieux Alliance, et le cancer. Pierre Fabre commercialise notamment la Navelbine, le seul anticancéreux français à être enregistré aux Etats-Unis depuis vingt ans. Transgène, pionnière de la thérapie génique et filiale de BioMérieux Alliance, est également sur ce créneau des anticancéreux. Un des principaux atouts de BioMérieux-Pierre Fabre est son importante force de frappe en recherche et développement. Ensemble, ils disposent d'un budget de recherche et développement de 1,5 Mrd F, soit 14 % du chiffre d'affaires de la nouvelle entité. Grâce à la fusion, BioMérieux-Pierre Fabre maîtrisera " l'ensemble du processus de recherche et développement depuis la recherche fondamentale jusqu'à la commercialisation des solutions diagnostiques et thérapeutiques " ajoute le futur groupe. La société commune interviendra ainsi dans quatre domaines : le diagnostic, la pharmacie, l'immunothérapie et la dermocosmétique. Certains se demandent déjà si le nouveau groupe conservera longtemps cette dernière activité, même si elle fait figure de poule aux ?ufs d'or. La cession des cosmétiques de Pierre Fabre, qui pèsent 2,6 Mrds F de chiffre d'affaires, pourrait permettre au nouvel ensemble d'investir dans la recherche pharmaceutique. Ce mariage pourrait d'ailleurs relancer les discussions pour la reprise du centre de recherche de Romainville qu'Aventis cherche à céder, avec difficulté. Pierre Fabre était candidat à ce rachat avant d'être évincé par DuPont... qui a finalement déclaré forfait. De nouvelles négociations, menées cette fois par BioMérieux-Pierre Fabre, auraient peut-être plus de chance d'aboutir. Et cela répondrait au souhait d'Aventis qui appelait à la création d'un nouveau pôle pharmaceutique français pour Romainville. Cyrienne Clerc

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles