Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Le Viagra donne des ailes à Pfizer

Sujets relatifs :

,

Le Viagra, la petite pilule bleue pour stimuler l'érection masculine, a fait pousser des ailes à son inventeur, l'américain Pfizer, qui vient de fêter ses 150 ans et ambitionne de jouer les premiers rôles dans la pharmacie mondiale. Malgré deux déboires récents : la suspension en Europe de l'antibiotique Trovan et le rejet du Zeldox (schizophrénie) pour complément d'information par la Food and Drug Administration (FDA), d'une part, et la décision de Londres de limiter les remboursements du Viagra, d'autre part, Pfizer continue de croire en son étoile. Longtemps considéré comme un canard boîteux destiné à tomber dans la corbeille d'un géant de la pharmacie, Pfizer a été élu " meilleur groupe de l'année 1999 " par Forbes, et a eu droit à la couverture de Fortune comme " le plus admiré des groupes pharmaceutiques " en 1998. En moins de deux ans à fin 1999, le Viagra aura réalisé un chiffre d'affaires de 1,4 milliard de dollars dans le monde (100 MF en France), après avoir étrenné son premier milliard de dollars un an après son lancement en avril dernier. Après l'Europe, la petite pilule vient d'être admise au Japon et en Chine. Mais dans ce pays, sa publicité sera strictement limitée au bouche à oreille. Pfizer a ainsi réalisé en 1998, un chiffre d'affaires de 13,5 Mrds $ et un bénéfice net de 3,5 Mrds $. Il est sur une pente de 15 Mrds $ déjà pour 1999. Hors Viagra, Pfizer dispose d'un portefeuille comportant au moins quatre blockbusters affichant un potentiel commercial d'un milliard de dollars au moins: Norvasc (hypertension), Zoloft (dépression), Zithromax (infections) et le Tikosyn (cardiovasculaire), qui sera commercialisé avant la fin de l'année. Son pipeline de recherche est riche de quelque 70 molécules à des phases avancées, dont une dizaine sont destinées à devenir des blockbusters, avec des ventes totalisant plus de 10 Mrds $/an, estiment des analystes. La plupart de ses brevets vont au-delà de 2005. Pfizer, qui aura investi 2,9 Mrds $ fin 1999 dans la recherche et développement contre 2,2 Mrds $ un an plus tôt, a mis sur le marché six nouvelles molécules au cours des trois dernières années et est ainsi passé aux Etats-Unis du quatrième rang au second (derrière Merck). Deux domaines thérapeutiques mobilisent sa recherche : le cancer et les maladies liées au vieillissement. Ce marché solvable est en progression très rapide : 320 millions de plus de 65 ans en 1990 et près de 800 millions en 2025. " L'addition des faiblesses ne fait pas une force ", répète son président William C. Steere, qui fonde ses espoirs sur sa croissance interne plutôt que sur les fusions. Entré en 1986 chez Pfizer, W. Steere s'est hissé à sa tête en 1991, y faisant prévaloir l'approche marketing. Doté de la force de vente la plus nombreuse du secteur (5000 commerciaux), Pfizer a ainsi signé des accords de comarketing pour trois blockbusters : l'anti-cholestérol Lipitor de Warner Lambert, Aricept, un traitement contre l'Alzheimer mis au point par le japonais Eisai, et le nouvel antalgique Celebrex de Searle. Principale faiblesse du groupe : sa présence européenne où il ne détient que 3,1 % du marché, à la huitième place. Pfizer qui veut figurer parmi les cinq premiers européens en l'an 2000, vient d'achever un important programme d'investissements à Amboise (Indre-et-Loire) ainsi qu'à Illertissen (Allemagne) et Latina (Italie).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles