Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie : l'Europe a bien débuté l'année

Sylvie Latieule
Au vu des résultats semestriels publiés par les majors de la profession, il semble que les laboratoires pharmaceutiques européens aient mieux débuté l'année que leurs homologues américains. D'une part, la parité euro/dollar pénalise les industriels américains qui produisent en Europe.
D'autre part, la concurrence des génériques reste plus rude aux États-Unis qu'en Europe. Numéro un mondial de la pharmacie, l'américain Pfizer conserve néanmoins sa suprématie avec un chiffre d'affaires de 24,76 Mrds $ en hausse de 35 % pour un bénéfice net de 5,2 Mrds $ (quasiment multiplié par cinq). Mais sur l'année, il ne tiendra pas la distance. La direction prévoit finalement un chiffre d'affaires de 52,5 Mrds $ (et non de 54 Mrds $) en raison d'une vive concurrence sur le Viagra et dans les antiallergiques. Chez Bristol-Myers Squibb, les ventes sur six mois progressent de 8 % à 10,6 Mrds $, mais le bénéfice recule de 12 % à 1,49 Mrd $ sous l'effet de charges non récurrentes. Pour l'ensemble de l'année, le groupe a pourtant relevé ses prévisions de bénéfices, sans pouvoir réellement présager des pertes d'exclusivité sur le Taxol en Europe et sur le Paraplatin aux États-Unis. Chez Merck, le bénéfice est orienté à la baisse (–5 % à 3,39 Mrds $), malgré une hausse de chiffre d'affaires de 5 % à 11,65 Mrds $. Le groupe américain souffre de la concurrence de génériques sur plusieurs molécules importantes. Dans le même temps, son anti-inflammatoire Vioxx, qui a fait l'objet de doutes, se trouve fortement concurrencé par le Celebrex de Pfizer. De son côté, Schering Plough réaffirme que 2004 sera une année difficile. Rien qu'au premier semestre, le groupe enregistre une perte nette de 138 M$ pour un chiffre d'affaires en recul de 6 % à 4,11 Mrds $. Dernier exemple chez Lilly où les ventes progressent de 16 % à 6,93 M$, mais le bénéfice net perd 4 % à 1,06 Mrd $. En cause : des dépenses de marketing et de R&D en forte hausse. De ce côté-ci de l'Atlantique, c'est l'euphorie chez Novartis où les ventes progressent de 14 % à 13,61 Mrds $ et le bénéfice net de 19 % à 2,84 Mrds $. Et sur la deuxième partie de l'exercice, le groupe table encore sur une forte expansion de ses activités. Même constat chez Roche qui double son bénéfice net à 2,9 Mrds FS (1,88 M ). Et son désengagement de l'automédication devrait lui rapporter 2 Mrds FS de plus-value. En France, Sanofi-Synthélabo et Aventis ont publié leur dernier bilan. Si le premier est en pleine forme, affichant des ventes en hausse de 18,9 % à 4,46 Mrds , le second contrôle péniblement la situation avec des ventes et un bénéfice quasistables. Les résultats du troisième trimestre permettront de prendre le pouls de ce nouveau champion français de la pharmacie, baptisé Sanofi-Aventis. En Allemagne, Schering relève pour la deuxième fois de l'année ses prévisions de bénéfice pour 2004. Tandis qu'Altana annonce une croissance de 5 à 7 % de son bénéfice net après un bon début d'année et le succès remporté par le Pantoprazole dans le domaine gastro-intestinal. Finalement, GlaxoSmithKline est l'un des rares majors européens à ne pas tirer son épingle du jeu. Le groupe, qui a perdu l'exclusivité sur l'Augmentin, le Paxil et le Wellbutrin, subit de plein fouet la concurrence des génériques. En conséquence, ses ventes chutent de 6 % à 10,01 Mrds £. Sa seule porte de sortie reste l'innovation. Sylvie Latieule

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19, SLA… AB Science reprend des couleurs

Biotech en France

Covid-19, SLA… AB Science reprend des couleurs

Après un mois de juin difficile, la biotech française rebondit grâce à un enchaînement de données positives pour le masitinib, son produit phare. Après l’arrêt volontaire des essais[…]

23/07/2021 | Covid-19
Dans les pipelines : Bayer, Roche, AstraZeneca

Dans les pipelines : Bayer, Roche, AstraZeneca

Pierre Fabre ferme son site de Château-Renard

Pierre Fabre ferme son site de Château-Renard

Conditionnement : Bormioli étudie un passage à l’hydrogène

Conditionnement : Bormioli étudie un passage à l’hydrogène