Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Investissements en Algérie

Sujets relatifs :

,

Un groupe d'entreprises pharmaceutiques européennes s'est associé avec des partenaires algériens pour entreprendre la construction d'une usine à Réghaia (banlieue d'Alger) pour un montant de 70MF. Dans un premier temps seront produits des contraceptifs, suivis ensuite par des produits solides et liquides divers. Le groupe de laboratoires européens rassemble l'allemand Schering, le britannique Glaxo-Wellcome, la filiale européenne de Johnson and Johnson, l'italien Zambon et les français Bouchara, Pan-Pharma, auxquels devrait se joindre l'allemand Bayer. L'ensemble détient 63% du capital de la nouvelle société, en association avec le groupe pharmaceutique d'Etat Saidal et Finalep, entreprise algéro-européenne de capital risque. De son côté, le Laboratoire Pharmaceutique algérien (LPA) a développé deux sites de production, à Oued Smar et Boudouaou en partenariat avec l'anglo-américain SmithKline Beecham, l'autrichien Biochemie et le français Sanofi. Un investissement de 125MF a été réalisé sur son unité de Boudouaou, près d'Alger, afin d'étendre une chaîne de production de sirops et d'ampoules buvables (Sargénor entre autres) et de construire une nouvelle usine d'antibiotiques. Le Clamoxil de SmithKline Beecham devrait y être produit en 2001. La LPA est le premier groupe privé en Algérie dans le secteur des produits pharmaceutiques, depuis sa création en 1991 par association d'un entrepreneur algérien, Mustapha Aït Adjedjou, avec trois partenaires occidentaux : SmithKline, Biochemie et Sanofi. Malgré les troubles qui secouent l'Algérie, la société, importateur des produits de ses partenaires, a tout de même réussi à développer ses activités. Et proposer un projet inédit dans un pays qui reste un des plus gros importateurs de médicaments d'Afrique : investir 350MF et employer 1000 personnes sur les sites de production, pour qu'en contrepartie le gouvernement achète les produits de LPA à un prix plus élevé que ceux des seuls importateurs. De tels investissements montrent que le troisième marché pharmaceutique du continent africain, estimé à 400M$ par an, peut encore attirer certains producteurs malgré un climat d'insécurité souvent décourageant. n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles