Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Fournier continue à miser sur le fénofibrate

Sujets relatifs :

,

Principal point noir pour Fournier : l'absence de molécules proches de la commercialisation. Ainsi, le dernier produit développé et commercialisé par Fournier date de 1995. Il s'agit du le patch transdermique pour le traitement de la ménopause Oesclim qui réalise un chiffre d'affaires d'environ 30 M€. Fournier, qui dispose de l'expertise de sa filiale Plasto dans les adhésifs (CA de 77 M€), poursuit le développement de ce type de produit et espère mettre sur le marché d'autres patchs avec des molécules développées par d'autres laboratoires. Hormis, la mise sur le marché de ces éventuels patchs, le pipeline de Fournier comprend l'odiparcil, un inhibiteur indirect de la thrombine, codéveloppé avec GlaxoSmithKline (GSK). Ce médicament, en cours d'essais cliniques de phase II, pourrait devenir " le premier antithrombotique oral ", souligne Jean-Louis Junien, directeur scientifique du groupe. GSK est responsable de son développement mondial, Fournier de la production avec ses trois sites agréés par les autorités américaines du médicament, la FDA, et les deux partenaires se partageront la commercialisation par pays. Mais sa mise sur le marché ne devrait pas intervenir avant 2007-2008. Sa première application concerne le traitement prophylactique des patients ayant bénéficié d'une prothèse de la hanche. Selon les premiers essais, ce médicament pourrait remplacer l'héparine et la Warfarine pour ce type d'indication grâce à son administration par voie orale (et non par injection) et l'absence de risque hémorragique, contrairement aux traitements existants. Second produit, issu du portefeuille de Fournier, le LF 16-0687 Ms, une molécule prometteuse dans le traumatisme crânien grave. Encore en phase I d'essais cliniques, cet inhibiteur de la bradykinine a obtenu un "fast track" des autorités américaines du médicament, c'est-à-dire la possibilité de réaliser une procédure de développement accélérée " et pourrait même arriver ainsi sur le marché avant l'odiparcil ", estime J.-L. Junien. En phase préclinique, cette molécule a permis de démontrer une réduction de 70 % des ?dèmes cérébraux. Aucun véritable traitement des ?dèmes cérébraux liés aux traumatismes sévères n'existe sur le marché et celui-ci est estimé à 500 M$ (300 000 traumatismes crâniens sévères par an dans le monde). Le groupe espère ensuite étendre son application à l'ensemble des traumatismes crâniens, en prévention des ?dèmes. Le groupe ne devrait cependant pas mettre sur le marché de nouvelles molécules avant 2007-2008 d'où sa volonté de développer les partenariats et des rachats de licences mais surtout de rajeunir son médicament vedette, le fénofibrate (Lipanthyl). Tout d'abord, grâce à son partenariat avec la société biotechnologique Genfit, Fournier a découvert le fonctionnement du fénofibrate qui agit sur un récepteur nucléaire, le PPARa. Ce qui permet à Fournier de tester des nouvelles molécules efficaces dans la régulation du métabolisme des lipoprotéines - certains "hits" ont déjà été trouvés, selon J.-L. Junien - et surtout de développer des combinaisons entre le fénofibrate et d'autres molécules. Quelques combinaisons, soit avec d'anciennes molécules dans le domaine public ou des molécules d'autres laboratoires, seraient à un stade de développement assez avancé, selon le directeur scientifique du groupe, qui compte sur ces combinaisons, pour le moment non dévoilées, pour redonner un nouvel élan au fénofibrate et accroître le chiffre d'affaires dans les prochaines années. Le Lipanthyl pourrait aussi bénéficier d'une nouvelle application dans le diabète et l'obésité afin de prévenir les accidents cardiovasculaires liés à ces pathologies. Une étude clinique, dénommée Field, est en cours sur 10 000 patients afin de démontrer une réduction (de l'ordre de 35 %) des accidents cardiovasculaires liés notamment au diabète de type 2. Elle devrait être terminée en 2005. Une autre étude en cours (DAIS) cherche à démontrer que le fénofibrate ralentit la progression de l'athérosclérose chez les diabétiques de type II. L'étude réalisée chez 418 diabétiques de type 2 montre que la progression de la sténose coronaire est ralentie de 40 % par rapport à un placebo. Si le Lipanthyl obtient ces nouvelles applications préventives, il se situerait alors sur un marché de plusieurs milliards de dollars et permettrait à Fournier d'attendre la sortie de son pipeline de nouvelles molécules. De Dijon, Cyrienne Clerc

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles