Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Forte progression des bénéfices de l'allemand Merck grâce au Glucophage et... aux cristaux liquides

Sujets relatifs :

,

Le groupe de Darmstadt a dégagé l'an dernier un bénéfice net, après impôts, de 261,7 millions d'euros en progression de 18,9 % pour un chiffre d'affaires de 6 740 M€ (+26 %). La Pharmacie (CA : 2 914 M€, +2 %) a contribué à hauteur de 43 % au CA consolidé et de 61 % au résultat opérationnel (453 M€). Avec des ventes en progression de 28 % à 1 102 M€ (soit 16,4 % du total), essentiellement grâce aux Produits pour l'électronique (CA : 192 M€, +42 %) et aux cristaux liquides (CA : 279 M€, +80 %), dont Merck est le leader mondial et le détenteur de plus de mille brevets, la Chimie de spécialités a dégagé un résultat opérationnel de 216 M€, contribuant à hauteur de 29 % au résultat opérationnel du groupe. Restructurée l'an dernier, la Distribution de Produits de laboratoire (CA : 2 374 M€, +88 %, en raison de la consolidation de VWR Scientific) n'a apporté que 44 M€ de résultat opérationnel au groupe. Leader mondial du secteur avec ses deux structures, Merck Eurolab en Europe et VWR Scientific aux USA, qui viennent de fusionner sous le nom de VWR International, basé à New Chester (Pennsylvanie), Merck attend une nette amélioration des résultats de cette activité dès 2001 et annonce l'introduction en Bourse d'une partie du capital de sa filiale dans les deux ans à venir. Enfin, les Produits de laboratoire, qui travaillent en étroite collaboration avec la distribution, ont réalisé l'an dernier un CA de 540 M€, +9 %, dégageant un résultat opérationnel de 30 M€. Dans la Pharmacie, où les ventes se répartissent entre le médicament éthique (1 826 M€, +13 %), les génériques (778 M€, +20 %) et l'OTC (294 M€, +12 %), la croissance spectaculaire du Glucophage (metformine), une molécule connue depuis presque un demi-siècle, est l'événement marquant de l'exercice. Référence mondiale dans le traitement du diabète de type 2, le Glucophage a réalisé un CA développé (incluant celui du licencié américain BMS) de 2 239 M€, en progression de 61 %, ce qui en fait la molécule pharmaceutique issue de la recherche française la plus vendue au monde. Toutefois, avec l'intensification de la concurrence des génériques, " le maximum des ventes de cette molécule devrait être atteint en 2001, à un niveau supérieur à celui de 2000 et se maintenir entre 1,8 et 2 Mrds € jusqu'en 2005 " a affirmé Jean-Noël Treilles, p-dg de Merck-Lipha, filiale française du groupe allemand qui est responsable de 40 % de son activité pharmaceutique mondiale. Et plus particulièrement de la production et du développement du Glucophage. En 2000, Merck-Lipha a réalisé un CA de 1 359 M€ (dont 63 % à l'international) en progression de 25 %, grâce notamment à l'acquisition de la société monégasque Theramex spécialisée en hormonothérapie. Merck-Lipha a dégagé un résultat opérationnel net consolidé de 211 M€, en progression de 33 % sur 1999. C'est elle qui développe les nouvelles formulations ou associations (comme la metformine/glibenclamide Glucovance et les Glucophage 1 000 mg et XR à prise quotidienne) chargées de prendre la relève du Glucophage. Sur le marché français, Merck-Lipha a réalisé l'an dernier un CA de 473 M€, en progression de 48 %, essentiellement grâce à Merck Génériques (+113 % en CA à 78 M€) et à l'apport de Theramex (108 M€, dont 15 % à l'export). Les activités OTC (Monot et Liphaderm) se sont bien comportées (+12 % à 73 M€), ainsi que le façonnage (+23 % à 16 M€). En revanche, le CA de Lipha Santé France a reculé de 3 % à 198 M€, en raison des baisses de prix et de la pression des génériques, en partie compensés par le lancement réussi de deux nouveaux produits Lodoz, une association bêtabloquant/diurétique et Cardensil (bisoprolol), un bêtabloquant cardio sélectif. Avec un budget qui a atteint 178 M€ l'an dernier, Merck-Lipha consacre 14,4 % de son CA à la R&D et emploie 823 personnes dans cette activité (en France, à Monaco et aux USA). En 2000, trois nouvelles molécules destinées au traitement des maladies métaboliques sont entrées en phase I, quatre autres sont prévues cette année. La collaboration avec la start-up australienne Autogen a également débouché sur l'identification de huit nouveaux gènes de l'obésité. D'autre part, de nombreux projets sont en cours chez Theramex, " dont nous allons internationaliser les activités " a précisé J.-N. Treilles. Il a également confirmé le fait que Merck faisait partie des " acquéreurs potentiels " des activités oncologie d'Asta Medica. Au chapitre des investissements industriels, Merck-Lipha a consacré l'an dernier 65 M€ à divers projets dont, un nouvel atelier agrée FDA de Semoy destiné à la fabrication du Glucovance (4,5 M€), le doublement de la production de metformine à Meyzieu (6,1 M€), l'extension du centre de distribution de Meyzieu et, hors de France, l'industrialisation du "Dry Powder Inhaler" de Dey Laboratories et l'achat de terrains pour implanter chez Lexigen une usine pilote de protéines. Cette année environ 100 M€ seront consacrés à l'extension du siège social lyonnais, à une unité de conditionnement de génériques en région lyonnaise, à l'unité de recherche de Genfit à Lille et à la poursuite du développement d'inhalateur sophistiqué aux USA.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles