Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Charbon : Bayer trouve un accord avec le gouvernement canadien et livre près d'un million de comprimés...

Sujets relatifs :

,

Bayer a annoncé qu'il allait livrer près d'un million de comprimés de la Cipro ciprofloxacine (traitement contre la maladie du charbon) au Canada, les autorités d'Ottowa ayant fini par reconnaître son brevet sur le traitement. Le Canada avait passé outre le brevet détenu par Bayer sur ce traitement en passant commande d'antibiotiques génériques contre la maladie du charbon auprès d'un laboratoire canadien, Apotex. Selon Bayer, " Les autorités sanitaires canadiennes respectent le brevet pour l'antibiotique Cipro et se sont engagées à s'approvisionner uniquement auprès de Bayer jusqu'à expiration du brevet ". Le gouvernement canadien, accusé par Bayer d'avoir enfreint son brevet en acquérant des produits génériques contre la maladie du charbon, avait déclaré avoir acheté des médicaments " là où il pouvait en trouver ", avait indiqué Catherine Lappe, porte-parole du ministère de la Santé. Il avait passé commande de 900 000 doses de génériques du Cipro auprès de la compagnie canadienne Apotex. Elles devaient être livrées dès le 8 novembre, avait indiqué le porte-parole d'Apotex, estimant la commande d'Ottawa à 1,3 million de dollars canadiens (825 500 dollars américains). Le gouvernement canadien avait passé commande à la firme de Toronto de l'équivalent de 45 jours de traitement contre la maladie du charbon pour 100 000 personnes, ainsi que d'autres antibiotiques, Apotex avait soumis, il y a cinq ans, une demande de mise sur le marché pour son médicament anti-charbon au gouvernement, mais le processus avait été stoppé en raison de litiges sur le brevet. Ottawa ne dispose actuellement de stocks d'antibiotiques que pour traiter environ 40 000 personnes contaminées par le bacille du charbon. Le groupe Bayer, qui affirme détenir un brevet d'exclusivité au Canada pour son médicament contre la maladie du charbon, avait dit " douter " qu'Ottawa " ait agi en accord avec la loi en vigueur au Canada " en commandant des produits génériques. Alors que les médicaments génériques sont moins onéreux que celui dont Bayer assure détenir l'exclusivité au Canada, M. Blake, vice-président de Bayer Canada, a assuré que ce différend n'était pas d'ordre " financier ". Il a toutefois noté que le produit d'Apotex coûtait 1,50 dollar canadien (0,96 $), contre 2 dollars canadiens (1,28 $) pour celui de Bayer et a affirmé que les Canadiens bénéficieraient d'une meilleure sécurité avec le médicament Bayer qu'avec le produit générique d'Apotex, qui n'a encore jamais été mis sur le marché, en raison justement des conflits de brevet. Par ailleurs, la FDA vient d'approuver l'utilisation d'autres antibiotiques que le Cipro de Bayer pour le traitement de toutes les formes de la maladie du charbon (pulmonaire, cutanée et digestive). L'instance fédérale a modifié en conséquence les indications de la doxycycline afin d'autoriser son usage dans le traitement de cette maladie et ainsi de pouvoir faire face à la menace actuelle. Le groupe de Leverkusen a annoncé qu'il soutenait la décision de la FDA.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles