Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie : BMS lance une OPA sur ImClone

Sujets relatifs :

,
Pharmacie : BMS lance une OPA sur ImClone

BMS LANCE UNE OPA SUR IMCLONE Bristol-Myers Squibb veut racheter son partenaire ImClone, dont il détient déjà 16,6 %, pour 4,5 Mrds $.
Dix jours après la gigantesque OPA de Roche sur Genentech (CPH n° 433),
le groupe américain Bristol-Myers Squibb veut racheter son partenaire ImClone, spécialiste des traitements contre le cancer. BMS a proposé le 31 juillet dernier d'acquérir la totalité de la société de biotechnologies, dont il détient déjà 16,6 %, pour 4,5 milliards de dollars (3 Mrds €) en numéraire. Il propose ainsi 60 dollars par action, soit 29 % de plus que le cours de l'action la veille de l'annonce. Un prix supérieur de 40 % au prix moyen de clôture du titre au mois de juillet. La fusion des deux groupes serait « naturelle » d'après le p-dg, James Cornelius, soulignant que ceux-ci sont partenaires depuis 2001 pour la commercialisation d'Erbitux (cétuximab), un traitement du cancer colorectal métastasé découvert par ImClone (utilisé également pour le cancer de la tête et du cou). « Notre relation contractuelle avec ImClone est une réussite et nous pensons qu'en mobilisant nos ressources en matière de financement, de recherche et de marketing, nous pourrons atteindre un nombre plus grand encore de patients », a expliqué M. Cornelius. Les droits d'Erbitux hors Amérique du Nord étant détenus par l'Allemand Merck KGaA (sauf au Japon où ils sont partagés avec BMS), la possibilité d'une contre-OPA n'est pas exclue. Erbitux, seul produit commercialisé d'ImClone, est un véritable succès : il a enregistré des ventes de 1,3 Mrd $ en 2007 et devrait être soumis à une demande d'agrément au deuxième semestre 2008 pour être utilisé dans les cancers du poumon aux États-Unis.
Outre Erbitux, ImClone développe plusieurs molécules qui pourraient rapporter gros si elles étaient commercialisées. La société de biotechnologie vient d'ailleurs de débuter les essais de phase III de son composé IMC-1121B, un anticorps monoclonal utilisé dans le traitement du cancer du sein métastatique. Compte tenu de la valeur de son pipeline, le Conseil d'administration d'ImClone juge que l'offre de BMS « sous-estime de manière significative » la société. Le Conseil étudie la possibilité de séparer la société en deux unités : la première dédiée à Erbitux, la seconde à son pipeline de produits (voir tableau), maximisant ainsi sa valeur. BMS n'a pas réagi depuis, mais a les moyens de relever son offre puisqu'il vient de finaliser la vente de sa division de pansements ConvaTec pour environ 4,1 Mrds $ (CPH n°423). Nouvelle restructuration en vue Bristol-Myers Squibb estime que cette acquisition n'améliorera pas sa rentabilité avant 2012-2013, compte tenu de « son prix élevé ». L'opération lui permettrait cependant de compenser la future perte de chiffre d'affaires de ses produits-phares. En tête, l'anticoagulant Plavix (clopidogrel) - qui représente le tiers de ses bénéfices actuels - dont le brevet expire aux États-Unis en 2011, et dont une version générique vient d'être lancée en Allemagne par Hexal, la filiale de génériques allemande de Novartis. BMS a annoncé un nouveau plan d'économies de 1 Mrd $ d'ici à 2012, malgré une hausse de 8,2 % de son bénéfice au deuxième trimestre. Le groupe avait déjà annoncé en décembre dernier un plan de réductions de
coût de 1,5 Mrd $, avec la suppression d'environ 10 % de ses effectifs, soit 4300 emplois.
J.B. Nouvelle restructuration chez UCB Le laboratoire belge a annoncé un nouveau programme de restructuration après des résultats en nette baisse au premier semestre (chute de 37 % du bénéfice net, de 26 % de l'Ebitda et de 11 % du chiffre d'affaires). Des résultats décevants mais « conformes à nos attentes », d'après Roch Doliveux, directeur général d'UCB. Objectifs de cette restructuration qui va supprimer 2 000 postes (17 % de son effectif mondial) : améliorer la compétitivité et la rentabilité et accélérer la transformation en une société leader dans la biopharmacie. UCB compte ainsi réaffecter dans les trois prochaines années 300 millions d'euros en investissant davantage dans les domaines stratégiques tels que le système nerveux central et l'immunologie. Le groupe, qui tablait jusqu'ici sur un bénéfice net supérieur à 100 M€, a prévenu que celui-ci « pourrait subir un impact significatif suite à l'initiative de ce nouveau plan, dénommé Shape ». Le groupe a aussi dégradé sa prévision de chiffre d'affaires pour l'année 2008 : il devrait dépasser 3,3 Mrds €, contre 3,4 Mrds € annoncés. UCB justifie cette prévision par l'expiration du brevet du Zyrtec (cétirizine), par l'apparition probable de produits génériques concernant le Keppra (lévétiracétam) aux États-Unis et par la faiblesse du dollar. UCB maintient en revanche sa prévision d'Ebitda de près de 650 M€ cette année. Ce chiffre comprend une charge négative de 30 M€ due au retrait du marché américain en mars (CPH n°417) du médicament Neupro (rotigotine) contre la maladie de Parkinson. UCB avait dû rappeler tous les lots aux états-Unis, et certains en Europe, après la découverte d'un problème dans la formulation qui en réduisait l'efficacité après un certain temps. Le groupe devrait discuter en 2009 avec les autorités américaines sur une réintroduction potentielle du médicament sur ce marché. En Europe, Neupro pourrait de nouveau être disponible au premier semestre 2009. Une bonne nouvelle vient contrebalancer ces résultats : « L'objectif de synergies de 380 M€ suite à l'intégration de Schwarz-Pharma sera réalisé avec deux années d'avance », affirme le groupe. UCB a acquis ce laboratoire allemand en 2006 pour 4,4 Mrds € (CPH n°361). Au cours du premier semestre de l'exercice en cours, les synergies ont atteint 305 M€. Pour 2008, elles s'élèveront à 350 M€. J.B.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles