Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/BMS anticipe une baisse de 7 % de ses ventes au premier trimestre

Sujets relatifs :

,

Le groupe pharmaceutique Bristol-Myers Squibb, durement touché par des excédents d'inventaires chez ses grossistes, table désormais sur un bénéfice par action hors éléments exceptionnels de 44 à 47 cents au premier trimestre 2002 alors que les analystes attendaient 56 cents, selon la valeur médiane compilée par l'agence spécialisée First Call. Le chiffre d'affaires devrait reculer de 7 % sur les trois premiers mois de l'année par rapport à la même période de l'année précédente. Sur l'ensemble de l'année, Bristol-Myers Squibb ne compte plus que sur un BPA hors éléments exceptionnels inférieur de 25 à 30 % aux 2,41 dollars engrangés en 2001, alors que les analystes espéraient que ce chiffre atteigne 2,28 dollars. Le chiffre d'affaires devrait reculer d'un peu moins de 5 % sur l'ensemble de l'exercice par rapport à l'exercice précédent, a précisé la compagnie. Le p-dg du groupe Peter Dolan, totalement insatisfait des performances de la division pharmacie au niveau mondial, a décidé de prendre en charge la direction de la division personnellement. Cette décision prend effet immédiatement, a précisé Peter Dolan. Le groupe pharmaceutique avait prévenu la semaine dernière que ses campagnes de promotion auprès des grossistes en médicaments avaient gonflé les stocks de ces derniers en produits estampillés Bristol-Myers Squibb. Selon les calculs de l'entreprise, le chiffre d'affaires 2001 aux Etats-Unis compte environ quatre semaines de ventes supplémentaires à cause de ces promotions. La compagnie souligne que " les stocks dépassent les niveaux jugés désirables ". BMS va prendre des mesures pour réduire les stocks, ce qui pourrait lui coûter 35 à 40 cents par action sur toute la durée du processus d'ajustement. Le trop plein d'inventaires représente environ 850 millions de dollars, selon une note d'analyste de JP Morgan publiée mardi dernier. Bristol-Myers Squibb vient par ailleurs d'être condamnée à verser la somme de 32 millions de dollars à son compatriote Watson dans le cadre du conflit qui opposait les deux compagnies à propos de la version générique du Buspar (buspirone). En juin 2001, certaines filiales de Watson avaient intenté un procès à BMS, accusé de bloquer la commercialisation de versions génériques du traitement contre les troubles de l'anxiété. Le jugement, rendu par une cour américaine, accorde également à Watson une licence libre de redevences concernant la production de génériques du Buspar.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles