Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Bayer : une cession pure et simple de la pharmacie est "improbable"

Sujets relatifs :

,

La cession pure et simple de la division Pharmacie du groupe Bayer est " improbable " a estimé le président de Bayer France, Miguel Sieler, dans une interview sur le site Internet des Echos, reprise dans le quotidien. Un rapprochement avec un groupe pharmaceutique européen serait préférable à une cession à un groupe anglo-saxon, a expliqué M. Sieler, qui précise que c'est le groupe allemand Boehringer Ingelheim qui lui semble présenter le plus de synergies avec Bayer, rapportent Les Echos. Par ailleurs, M. Siegler a confirmé que le retrait de l'anticholestérol Baycol fera perdre au groupe Bayer " un milliard d'euros en chiffre d'affaires, soit 3 % du chiffre d'affaires total, et 750 Meuros en résultat d'exploitation ", tandis que le résultat net " sera plus proche de 2 Mrds euros " que des 2,5 à 3 Mrds euros espérés. Revenant sur la stratégie de Bayer dans la pharmacie, " un rapprochement nous mettrait dans une position de minorité qui équivaudrait à une cession pure et simple, compte tenu de la différence de taille entre les groupes anglo-saxons et le nôtre ", souligne le président de Bayer France, " tandis qu'avec les groupes européens, Boehringer, Roche, Schering, d'autres scénarios sont possibles " explique-t-il. Les groupes britannique GlaxoSmithKline (GSK), anglo-suédois AstraZeneca et américain Pfizer étaient aussi donnés candidats à la reprise de la division Pharmacie de Bayer. De plus, le parquet de Cologne a ouvert une enquête à l'encontre du groupe Bayer pour "négligence" dans la commercialisation de son anticholestérol Lipobay/Baycol, qui aurait entraîné la mort de 52 personnes, a déclaré son porte-parole. Le parquet de Cologne soupçonne Bayer " d'infraction à la loi sur les médicaments. Selon cette loi, il est interdit de mettre sur le marché des médicaments douteux. Le cas échéant, on se rend coupable de négligence. C'est sur ce point que nous allons nous pencher ", a expliqué le porte-parole. L'Agence allemande du médicament avait déjà ouvert une enquête administrative, fin août, à l'encontre du groupe de Leverkusen. Elle accuse Bayer de ne pas lui avoir communiqué dans les temps les informations disponibles concernant son médicament, retiré du marché mondial début août, après la découverte de graves effets secondaires pouvant entraîner la mort. Dans ce genre de cas sérieux, les entreprises ont quinze jours pour notifier à l'Agence les résultats dont elles disposent. Elles encourent sinon une amende de 25 000 euros. Or, Bayer a obtenu le 15 juin les résultats alarmants d'une "nouvelle étude", dont les résultats n'ont été communiqués que le 10 août à l'Agence, soit deux jours après le retrait mondial de l'anticholestérol de Bayer, avait indiqué le secrétaire d'Etat à la Santé, Theo Schroeder.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles