Nous suivre Industrie Pharma

Pharmacie/Aventis veut rassurer à propos de son portefeuille de produits

Sujets relatifs :

,

Rassurer les investisseurs, tel est désormais le principal leitmotiv des grands groupes pharmaceutiques, qui subissent une pression grandissante de la part des investisseurs, qui, on le voit avec Sanofi-Synthélabo et l'incertitude sur le Plavix, font dévisser le cours des titres boursier des big pharma à chaque " mauvaise nouvelle ". Et Aventis n'échappe pas à ce qui semble désormais être devenu une règle dans ce secteur. Il aura en effet suffit que le groupe annonce, au cours de son R&D Day, un report de la date de dépôt du dossier d'enregistrement du flavopiridol (anticancéreux) à 2005 ou 2006, soit un délai supplémentaire d'un an, pour que le cours de l'action du groupe dévisse en Bourse, perdant plus de 3 % à la suite de cette présentation. Mais ce report n'est pas le seul facteur responsable : le groupe a également annoncé l'arrêt du développement de trois médicaments en phase précoce, le Serm 3339 pour l'ostéoporose, qui " présentait un profil de sécurité non-optimal ", l'anti-arythmique AVE-1098, en phase IIa, et le TGL-749 (métabolisme). Le Serm 3339 devrait toutefois être remplacé par un composé analogue, le Serm 3471, présentant un profil de sécurité plus favorable. Par ailleurs, l'Allegra, produit phare du groupe, pourrait être pénalisé dans un avenir proche par l'arrivée de génériques. Pourtant, le groupe a réaffirmé sa confiance dans la valeur de son pipeline et de son portefeuille de produits. " Au vu des performances continues de nos produits clés, de l'importance des nouvelles données cliniques produites sur ces médicaments ainsi que du renforcement global de notre portefeuille de produits en développement, nous sommes plus confiants que jamais dans nos perspectives de croissance ", a déclaré Richard Markham, vice-président du directoire. Le groupe a en effet pour intention, non seulement d'afficher pour la période 2002-2004 une croissance de son chiffre d'affaires comprise entre 11 et 12 %, et de 25 à 30 % de son résultat net par action, mais également de " doubler, au minimum, le nombre de nos blockbusters d'ici à 2006 ", selon Igor Landau, président du directoire du groupe. Ainsi, à côté de l'Allegra (fexofenadine, allergies), du Lovenox (exonaparine sodique, antithrombotique) et surtout du taxotère (docetaxel, cancer), devraient voir le jour quatre nouveaux médicaments phares : le Lantus (insuline glargine, diabète), le Ketek (télithomicine, anti-infectieux), le Delix/ Tritace (ramipril, hypertension), et enfin l'Actonel (risedronate de sodium, ostéoporose, développé avec Procter & Gamble). Au-delà de ces produits, la croissance du groupe après 2005 devrait, selon Aventis, être alimentée par l'anticancéreux flavopiridol (phase II), l'anti-asthmatique ciclesonide (phase III), codéveloppé avec Altana, l'insuline inhalée Exubera (phase III), en partenariat avec Pfizer, le cardio-protecteur cariporide (phase III), et l'insuline à action rapide 1964 (phase III), dans le traitement des diabètes de type I et II. De plus, alors que le pipeline d'Aventis compte quarante molécules en développement, le groupe compte utiliser la manne financière liée à la cession d'Aventis CropScience à Bayer pour établir de nouveaux partenariats afin de renforcer le nombre de ses candidats-médicaments en phase précoce. Parmi ceux-ci, trois nouveaux composés ont déjà fait leur entrée dans la recherche & développement d'Aventis dans les domaines de la dépression et de l'anxiété (AVE4579, avec Neurogen Corp.), des antibiotiques (AVE6971), et des anticancéreux de la classe des inhibiteurs de la néoangiogénèse (AVE8062). Surtout, la stratégie d'Aventis basée sur l'organisation en réseau de sa R&D et le partage des connaissances entre les équipes suivant des projets différents, le DI&A (Drug Innovation and Approval), semble commencer à porter ses fruits. Ainsi, à la fin 2002, Aventis estime par exemple que la productivité de ses HPU (High Performance Units, chargées du drug discovery), aura crû de 120 % par rapport à l'ancienne organisation de sa R&D, séquentielle, et ce grâce à ce fameux partage des connaissances. Ce concept a par ailleurs permis à Aventis, à l'instar du remplacement du Serm 3339 par le Serm 3471, de réduire l'incertitude concernant ses produits en développement. Reste que la sortie d'Aventis de l'agrochimie, censée permettre d'augmenter la valorisation du groupe en bourse, a été contrebalancée par la morosité régnant depuis le début de l'année dans le secteur de la pharmacie. Et que le groupe, malgré ses estimations pourtant encourageantes, devra conduire ses mises sur le marché sans faux pas majeur, sous peine d'accroître, comme nombre de ses concurrents américains, la volatilité actuelle des investisseurs. De Londres, Cédric Menard

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles