Nous suivre Industrie Pharma

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,

Au vu des annonces de la campagne présidentielle de 2017, les industriels de la pharmacie en France étaient prêts à se mettre en marche, a confié Patrick Errard, président du Leem, à l'occasion de sa dernière cérémonie de voeux à la presse. « On cochait toutes les cases du programme économique du président de la République. La case "rayonnement international de la France'", la case "réindustrialisation du pays", la case "innovation, connaissance et économie du savoir" et la case "emploi, apprentissage et formation" », a-t-il ajouté. Après huit mois de mandature et un PLFSS 2018 (Projet de loi de financement de la Sécurité sociale) dans la droite ligne des 7 éditions précédentes, les espoirs sont retombés. L'industrie pharmaceutique estime avoir été oubliée par le Président.

Pourtant, avoir une stratégie nationale, cela peut se révéler payant, si l'on en juge les résultats de nos voisins européens. La pharmacie allemande, qui a pu bénéficier de simplifications administratives et d'un accompagnement pour prendre le virage des biotechs, caracole en tête de la production européenne. En Angleterre, Theresa May a su prendre des mesures d'attractivité pour neutraliser l'effet négatif du Brexit. Grâce à des mesures incitatives, l'Italie affiche une insolente croissance de 5 % de sa production, s'apprêtant à dépasser l'Allemagne en 2018. Pendant ce temps, plusieurs indicateurs témoignent du décrochage de l'attractivité de la France. En 2016, le pays n'a été inclus que dans 26 % des études cliniques européennes contre 31 % en 2015. Entre 2012 et 2016, seuls 21 médicaments, sur les 282 autorisés par l'Agence européenne du médicament, ont été produits en France (contre 86 pour l'Allemagne, et 68 pour le Royaume-Uni). Enfin, aucune ASMR I n'a été accordée par la Commission de la transparence de la HAS en 2016 et en 2017, révélant une incapacité du système à reconnaître une innovation thérapeutique majeure.

Malgré un environnement « catastrophe », les industriels de la pharmacie n'ont jamais renoncé à se battre, au point que l'emploi est resté stable. Les postes détruits en visite médicale ou en production ont pu être compensés par la création de nouveaux métiers dans le market access, la digitalisation ou la bioproduction. Et puis, il y a ces signaux, faibles, mais bien réels, qui ont été envoyés par le gouvernement et laissent augurer une sincère volonté de changement. Le patron du Leem a notamment évoqué la fin de la surtransposition des directives européennes et l'ouverture du chantier de la Valeur thérapeutique relative (VTR), un sujet évoqué de longue date pour remplacer l'ASMR. Puis, la date du 9 juillet a été retenue pour la tenue d'un nouveau CSIS (Conseil stratégique des industries de santé). Il mobilisera le premier ministre, et probablement le président, avec un message tout prêt de Patrick Errard : « make our pharmaceutical industry great again ». Et si tout se déroule favorablement, les travaux du CSIS devraient servir de base à la construction d'un PLFSS 2019 de rupture, avec une vraie volonté de modernisation de tout le système de santé. « Les entreprises du médicament ne sont pas les seules impactées. L'hôpital, les médecins, les pharmaciens, les kinés, les infirmières, les sages-femmes... C'est l'ensemble des acteurs de santé qui souffrent aujourd'hui de cette austère régulation », a ajouté le président. Enfin, si l'industrie pharmaceutique en France poursuit son combat pour enrayer son déclin, Patrick Errard a tenu à rappeler que cette mobilisation se fait aussi au bénéfice du patient. En France, la durée médiane d'un accès aux médicaments innovants (hors ATU) est de 530 jours. C'est un an de plus qu'en Allemagne ou qu'au Royaume-Uni. Un écart qui n'est plus tenable.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Le marché pharmaceutique mondial est un gigantesque gâteau de plus de 1 000 milliards de dollars. Au cours des prochaines années, il va continuer de s'accroître à un rythme soutenu. Partout dans le monde, les[…]

23/01/2017 | ConjoncturePharma
La fusion Pfizer/Allergan tombe à l'eau

La fusion Pfizer/Allergan tombe à l'eau

Accélération des fusions en 2015

Accélération des fusions en 2015

Pfizer/Allergan, un deal à 160 Mrds $

Pfizer/Allergan, un deal à 160 Mrds $

Plus d'articles