Nous suivre Industrie Pharma

Pfizer revoit sa copie industrielle

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

C'est une première phase. Après la reconfiguration engagée à l'automne dernier de ses sites mondiaux de R&D, le géant mondial de la pharmacie s'attaque aujourd'hui à la refonte de son outil industriel. A la barre de 78 usines sur la planète à l'heure où sa poule aux œufs d'or, le best-seller Lipitor, savoure ses derniers mois de protection brevetaire, Pfizer ne peut plus attendre. Le rachat de Wyeth l'an dernier pour 68 milliards de dollars prévoyait une rationalisation et des coupes. 19 000 salariés de l'entité Pfizer-Wyeth étaient appelés à quitter le navire. Au 31 décembre dernier, les effectifs combinés étaient passés de 120 700 à 116 520 salariés. Il restait donc de nouvelles coupes à définir. Pour cette première phase annoncée de restructuration du dispositif industriel, Pfizer prévoit 6 000 licenciements. Soit plus de 18 % des effectifs mondiaux de production (33 000 salariés actuels). La deuxième phase, prévue plus tard cette année, ciblera, elle, les usines de produits vétérinaires ainsi que celles implantées dans les marchés émergents.

Ce premier volet de refonte industrielle va conduire à la fermeture de huit usines. Six autres verront leurs effectifs se réduire. En termes de calendrier, la firme américaine prévoit la conclusion de ces actions ces 18 prochains mois, et au plus tard d'ici à 2015. Ce qui frappe le plus au détour des usines citées, c'est la cible irlandaise. Trois des six sites actuels de production en Irlande sont condamnés, et un quatrième, celui de Newbridge spécialisé dans les formes solides, devrait subir des coupes. Au total, sur 5 000 employés en Irlande, au moins 785 quitteront Pfizer. Souvent vanté comme une terre d'avenir pour la pharmacie et les biotechnologies ces dernières années, le pays au trèfle, déjà saigné par la crise, n'a plus le vent en poupe. Le symbole le plus flagrant sera sans doute la fermeture annoncée du flambant neuf site de bioproduction de Shanbally, dans le sud du pays, qui démarrait tout juste ses activités. L'usine d'injectables stériles de Dun Laoghaire, près de Dublin, et celle de Loughbeg, dédiée au Lipitor, sont condamnées.

En dehors de l'Irlande, et à l'exception des usines allemande d'Illertissen (formes solides) et britannique d'Havant (biotechnologies), qui seront affectées par des coupes, c'est surtout le dispositif industriel américain qui est visé. A Porto Rico, Pfizer envisage de fermer deux sites, ceux de Caguas (formes solides) et de Carolina (injectables), et de réduire les capacités de production de formes solides à Guayama tout en renforçant celles de produits OTC. Enfin, les usines américaines de Rouses Point (formes solides), de Richmond (OTC), de Pearl River (biotechnologies et OTC) seront fermées. Et celles d'Andover et de Sanford, spécialisées en bioproduction subiront des réductions d'effectifs.

En termes de formes pharmaceutiques, cette restructuration conduira donc à la fermeture de trois usines de formes solides pour sept maintenues, notamment celle d'Amboise, en France. A la veille de la tombée du brevet de Lipitor, dès novembre aux États-Unis, cette reconfiguration se comprend. Les ventes du plus grand blockbuster mondial (11 Mrds $ l'an dernier) vont s'écrouler. Selon le magazine Forbes, certains analystes prévoient des ventes d'à peine plus d'1 Mrd $ par an en 2015 pour le princeps. En matière de bioproduction, deux des huit usines actuelles quitteront le réseau Pfizer, et trois subiront des coupes. Ce qui est plus surprenant pour des supposés relais de croissance...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

[Édito Covid-19] :  Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

[Édito Covid-19] : Covid Moonshot, un projet lunaire contre la pandémie

Le projet est aussi ambitieux et risqué que les premiers pas sur la lune. Pourtant, Covid Moonshot a les pieds sur terre et vise à trouver des antiviraux capables de lutter contre la pandémie de Covid-19. Il faut bien se[…]

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

Plus d'articles