Nous suivre Industrie Pharma

Pfizer prêt à se désengager de la santé animale et de la nutrition

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Pfizer prêt à se désengager de la santé animale et de la nutrition

Les activités de Pfizer en % du CA 2010

© Source : Pfizer

Le n°1 mondial de la pharmacie continue de vouloir recentrer son périmètre. Ses branches Nutrition et Santé animale poursuivront donc, d'ici à un ou deux ans, leur vie à l'écart de Pfizer.

Le réalignement stratégique de Pfizer se poursuit. Après la vente de Capsugel au fonds d'investissement KKR pour près de 2,4 milliards de dollars (environ 1,7 Mrd €, CPH n°546), le géant mondial de la pharmacie réfléchit à se désengager de deux autres grandes business units : la Santé animale et la Nutrition. Séparément, plusieurs projets sont à l'étude. Pfizer pourrait se désengager soit partiellement soit totalement de ces deux activités. Spin-off, cession partielle ou cession intégrale sont des options sur la table. Le groupe a déjà mandaté J.P. Morgan d'un côté et Morgan Stanley et Centerview Partners de l'autre pour définir la meilleure stratégie pour, respectivement, ses divisions Santé animale et Nutrition. Le calendrier fixé est relativement étalé puisque Pfizer estime qu'il arrêtera ses positions dans les 12 à 24 prochains mois.

Avec un chiffre d'affaires de 3,6 Mrds $ en 2010, la division Santé animale a compté l'an dernier pour plus de 5 % des ventes totales de la multinationale pharmaceutique. C'est aussi le n°1 mondial de l'industrie pharmaceutique vétérinaire, suite à la décision de Sanofi et de Merck de finalement poursuivre seuls leurs activités dans le domaine (CPH n°544). Ce qui pourrait nourrir les ambitions des challengers actuels et relancer une course au trône. D'autant que Pfizer est présent dans le monde entier, dispose d'usines dédiées sur plusieurs continents et combine à la fois une large gamme de produits (vaccins, diagnostics, médicaments, tests génétiques... ) pour les animaux de compagnies et les animaux d'élevage. La division Nutrition est, toute proportion gardée, plus modeste. Affichant un chiffre d'affaires de 1,9 Mrd $ en 2010, elle a représenté l'an dernier presque 3 % du périmètre du groupe. Plus modeste mais tout aussi établie et mondialement présente que la Santé animale, cette activité est spécialisée sur des marchés forts comme la nutrition des nourrissons et des enfants (jusqu'à environ 7 ans, précise le groupe). Ce désengagement de la nutrition infantile n'est pas illogique pour un géant de la pharmacie et ferait écho à la cession de Gerber de Novartis à Nestlé en 2007 (CPH n°389). D'autant que l'objectif poursuivi est bien de se concentrer sur ses activités premières, en l'occurrence les activités biopharmaceutiques, comme annoncé lors du démarrage des restructurations suite à l'acquisition de Wyeth en 2009 (CPH n°486).

Pour autant, Pfizer ne compte pas solder l'ensemble de ses activités en-dehors de ce périmètre biopharmaceutique. Hormis les branches Santé animale et Nutrition, et alors que Capsugel est en cours de cession, la branche Consumer Healthcare conserve un avenir certain dans le groupe. Le laboratoire ne semble pas décidé à céder cette business unit qu'il juge suffisamment liée à ses activités purement pharmaceutiques. Les branches Marchés émergents et Produits matures (biosimilaires, produits génériques, maladies orphelines, injectables stériles) sont par ailleurs totalement intégrées dans les activités prioritaires. Ce qui semble totalement logique vu le nombre de brevets arrivant à expiration et le développement économique des pays émergents. Des créneaux à prendre et à ne surtout pas négliger. Si Pfizer cherche à faire le ménage, il ne perd pas le Nord non plus.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles