Nous suivre Industrie Pharma

Pfizer échoue avec AstraZeneca et se tourne vers Cellectis

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

L'ampleur des deux opérations est loin d'être la même mais elle traduit l'activité de Pfizer pour développer son pipeline. Tandis que le laboratoire anglo-suédois a résisté jusqu'à présent aux offres pressantes de Pfizer, la Française Cellectis voit l'Américain entrer dans son capital. Après une première tentative discrète en janvier, le géant est revenu à la charge auprès d'AstraZeneca plusieurs fois au cours des mois de mai et juin, faisant grimpé son offre de 106 Mrds $ à 117 Mrds $, soit 55 livres par action. Somme sur laquelle il s'est arrêté le 26 juin dernier. Il est maintenant tenu d'attendre 6 mois pour présenter une nouvelle offre, tandis qu'AstraZeneca pourrait ouvrir les discussions dans les 3 mois. Chose qui n'est pas exclue au vu des divergences qui se sont faites entendre dans l'actionnariat du laboratoire anglo-suédois, tandis que le CA serait prêt à émettre une recommandation pour une offre supérieure à 58,85 £/action. Cette opération aurait permis à Pfizer de consolider son portefeuille de produits en perte de vitesse avec l'arrêt d'exclusivité de plusieurs blockbusters comme le Lipitor et le Viagra tandis qu'AstraZeneca prépare plusieurs lancements qui lui permettraient de faire bondir ses ventes de 25,7 Mrds$ en 2013 à 45 Mrds$ en 2023. Le groupe comptait, fin 2013, 11 candidats médicaments en phase III d'essai clinique ou en cours d'enregistrement.

Si Pfizer n'a pas pu mettre la main sur ces nouveaux produits, il s'est tourné vers une phase plus précoce avec la société française Cellectis dans le domaine de l'oncologie. Les deux entreprises ont conclu un accord stratégique pour le développement de produits d'immunothérapie fondés sur des lymphocytes T ingénieriés avec des récepteurs antigéniques chimériques (CAR-T) dirigés contre des cibles choisies. Chacun des partenaires sélectionnera des cibles. Pour ses 15 cibles, Pfizer détiendra les droits exclusifs pour les développer et les commercialiser dans le domaine de l'oncologie. Les deux sociétés collaboreront sur les études précliniques pour ces produits ainsi que pour 4 des 12 cibles sélectionnées par Cellectis. L'Américain déboursera 80 M$ dans un premier temps auxquels s'ajouteront les frais de R&D pour les cibles qu'il aura choisies. Il pourrait également verser jusqu'à 185 M $ par produit. Et les deux partenaires ne se contentent pas de cette collaboration. Outre cet accord de collaboration, Pfizer prévoit de prendre une participation de 10 % au capital de Cellectis via une augmentation de capital au prix de 9,25 €/action. Si les grandes manoeuvres engagées par le laboratoire américain n'ont pas encore abouti, Pfizer se console avec le pipeline de Cellectis.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles