Nous suivre Industrie Pharma

Performance industrielle : Proconseil prône plus d'agilité au sein des entreprises

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,
Performance industrielle : Proconseil prône plus d'agilité au sein  des entreprises

LES INDUSTRIELS SONT AMENÉS À PRODUIRE DE PLUS PETITES SÉRIES.

© © AstraZeneca

La simple optimisation de la production et le contrôle des coûts ne suffisent plus. Les industriels de la pharmacie doivent repenser leurs stratégies d'achat et de logistique, dans un environnement en forte mutation.

Il y a 10 ans, le discours d'optimisation des pratiques dans la pharmacie était essentiellement centré sur la production. On a commencé par s'interroger sur la performance de la production et sur la façon dont on pourrait réduire les pertes en ligne dans la fabrication des médicaments. C'est ainsi qu'ont été assez naturellement déployées les méthodes d'optimisation des procédés et le Six sigma dans les usines pharmaceutiques, notamment au sein des grands laboratoires. Pour compléter ces démarches, il y a quelques années, sont apparues les pratiques du Lean pour porter de nouvelles pistes d'optimisation centrées sur une approche terrain, ainsi que sur la simplification et l'accélération des processus de toute l'entreprise. Les laboratoires ont alors souvent agrégé ces méthodes sous le vocable de Lean sigma.

Mais aujourd'hui, la donne change. La pharmacie doit améliorer ses pratiques sur tous les fronts. La recherche de la performance dépasse la production. Elle doit rationaliser sa R&D, ses réseaux de ventes, ses achats, sa logistique... Toutes ses pratiques doivent être révisées de façon globale. Car c'est la fin de l'époque des blockbusters. Les médicaments du quotidien seront des génériques, tandis que des produits high-tech (souvent issus des biotechnologies) soigneront des pathologies plus complexes sur des marchés forcément restreints. Dans le même temps, l'OTC (automédication) est appelée à monter en puissance à la suite des vagues de déremboursements de plus en plus rapprochées. Au passage, ce développement de l'OTC va obliger les industriels de la pharmacie à se professionnaliser considérablement dans le domaine du merchandising et de l'animation des linéaires, à l'image des industriels de la cosmétique ou de l'agro-alimentaire.

Cette nouvelle ère implique d'autres contraintes pour la production pharmaceutique. « Aujourd'hui, il n'y a pas que la réduction des coûts qui compte, même si cela reste un axe fort. Pour fournir une demande se complexifiant, on parle de plus en plus d'agilité et de capacité à produire rapidement pour des demandes spécifiques avec un haut niveau d'exigence qualité » explique Gilbert Lippmann, directeur associé chez Proconseil. En effet, la surcapacité industrielle pharmaceutique française impose un développement à marche forcée vers l'export. Et ces marchés imposent de produire un nombre croissant de références, en parallèle de la montée en puissance des marchés spot. Des appels d'offres internationaux sont lancés pour des productions ponctuelles de lots de médicaments. « La Russie fonctionne beaucoup comme cela, ainsi que quelques pays émergents » explique Jean-Philippe Bernard, associé chez Proconseil. La création de places de marché sur Internet (mise en relation directe de donneurs d'ordre et de sous-traitants), comme Pharmatching ou les réflexions du cluster Polepharma, poussent également vers ce type de fonctionnement. Pour l'industrie pharmaceutique, ce challenge de la fabrication de petites séries et de la flexibilité reste à relever. « Sur ce sujet, les façonniers ont certainement un temps d'avance » estime Jean-Philippe Bernard.

Gilbert Lippmann souligne également l'arrivée d'un concept de « médicaments low cost » pour les pays émergents. « Autrefois, la pharmacie avait le culte de la perfection, et délivrait partout les mêmes médicaments haut de gamme. Aujourd'hui, elle réfléchit à différencier ses approches selon les pays ». Dans certains pays, par exemple, l'utilisation de systèmes de délivrance moins sophistiqués, mais aussi moins onéreux, pourrait contribuer à diminuer les coûts de fabrication des médicaments. Encore une évolution qui favorisera la multiplication des petites séries et des références, en d'autres termes un renforcement de la complexité.

Bien entendu, la réduction des coûts reste un axe important de développement. Elle est aujourd'hui très centrée sur la mise en place de pratiques d'achats beaucoup plus matures. « C'est une révolution au niveau des achats, explique Gilbert Lippmann. Les industriels de la pharmacie mettent une énorme pression sur leurs fournisseurs et il n'est pas rare d'entendre parler de baisses de coûts de 30 à 50 %, par exemple au niveau de l'achat d'emballages ou d'autres matières premières ». C'est aussi dans cet esprit que se construisent des démarches de co-développement plus poussées avec les fournisseurs. « On essaie d'optimiser le lien client/fournisseur en s'intéressant aux pertes de chacun sur les lignes de production, pour agir sur un développement commun de marge, explique Jean-Philippe Bernard. Tous les grands groupes sont entrés ou entrent dans ce sujet. »

En tant que fournisseur de l'industrie pharmaceutique, les façonniers ne sont pas épargnés par la pression que les acheteurs de la pharmacie exercent sur leurs marges. Jean-Philippe Bernard estime que dans cette profession, qui est également surcapacitaire, les plus fragiles risquent d'être balayés par des restructurations et fermetures. Dans le façonnage, « le challenge est de pouvoir dégager suffisamment de ressources pour se doter de technologies innovantes et aller chercher de nouveaux marchés », commente Jean-Philippe Bernard. Une révolution est également perceptible au niveau de la logistique. « Nos clients nous demandent de les aider à réécrire leurs stratégies industrielles et logistiques pour rééquilibrer leurs productions à travers le monde ». Le modèle de l'usine, navire amiral, avec de petits satellites sur des marchés locaux, montre des limites. Aujourd'hui, les industriels ont de plus en plus tendance à bâtir des installations de grande taille dans les pays émergents, pour les besoins des marchés locaux. « Dans certains pays, c'est vrai pour la Corée ou le Brésil, on voit apparaître des inspecteurs qui fixent leurs propres niveaux d'exigence », explique Jean-Philippe Bernard. Ce qui justifie encore un peu plus la nécessité de produire localement !

« Nous poussons nos clients à revoir profondément leur modèle », ajoute Gilbert Lippmann dont le cabinet essaie de promouvoir son initiative pour « L'Entreprise Pérenne » dans la pharmacie. L'ensemble des évolutions et des défis auxquels l'industrie pharmaceutique française fait face pourrait peser sur les performances à l'export de la production pharmaceutique européenne. Mais Gilbert Lippmann rappelle que le marché européen reste un très gros consommateur de médicaments, une région aux savoir-faire établis, sur un marché qui reste en croissance. Ses meilleurs atouts pour oser se réinventer !

 

« Nous poussons nos clients à revoir profondément leur modèle », (Gilbert Lippmann).

 

3 questions à Gilbert Lippmann directeur associé chez Proconseil

Quel est le principal défi à relever pour la production pharmaceutique ?

La pharmacie doit changer de culture. Elle doit prendre des risques, avoir de l'audace et acquérir de la flexibilité et de l'agilité. Elle doit être capable d'apprendre à maîtriser son activité dans un environnement instable et en mouvement.

En est-il de même pour la production biotechnologique ?

L'industrie biotechnologique a été créée il y a 10 -15 ans sur des modèles d'organisation de l'époque calqués sur ceux de l'industrie pharmaceutique. Elle se caractérise par ses énormes besoins en trésorerie pour sa recherche et la mise sur le marché de nouveaux médicaments. Elle est donc sensible aux problèmes de coûts. Néanmoins, sa préoccupation principale reste la gestion de sa croissance et le développement des hommes.

Comment aidez-vous les entreprises ?

Proconseil accompagne les entreprises dans leur développement. Nous les secondons dans la construction de stratégies industrielles et logistiques et dans leur mise en œuvre, ainsi que dans la flexibilisation et la professionnalisation de leurs achats. Nous les aidons à simplifier leurs organisations et à déployer des méthodes de type Lean et Six Sigma pour améliorer leur productivité et leur performance, en mettant l'Homme au centre de notre action.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Eau pharmaceutique : Une ressource sous haute surveillance

Eau pharmaceutique : Une ressource sous haute surveillance

L'eau pharmaceutique est un composant essentiel de la production. Utilisée pour le lavage, la désinfection ou dans les produits sous forme injectable, c'est une ressource surveillée de près. Risque de[…]

Enquête Normandie : Une stratégie conquérante dans la pharmacie

Enquête Normandie : Une stratégie conquérante dans la pharmacie

Enquête Normandie

Enquête Normandie

Production : Itinéraire d'un radiotraceur, du cyclotron à l'hôpital

Production : Itinéraire d'un radiotraceur, du cyclotron à l'hôpital

Plus d'articles