Nous suivre Industrie Pharma

Pas tous égaux face à l'hypertension

Sylvie Latieule
Pas tous égaux face à l'hypertension

L'équipe dirigeante. A droite, Lionel Ségard, président.

© Quantum Genomics

La société Quantum Genomics développe une nouvelle approche dans le traitement de l'hypertension, baptisée BAPAI, avec la particularité aux Etats-Unis de cibler des minorités ethniques.

New-Hope, c'est le nom d'une toute nouvelle étude clinique, lancée aux États-Unis par la société Quantum Genomics dans le domaine de l'hypertension artérielle. Elle sera conduite dans 25 centres et portera sur 250 patients hypertendus et en surpoids. Sa particularité : 50 % des patients recrutés seront issus de minorités ethniques afro-américaines, hispaniques et asiatiques. Cette « ségrégation » ethnique n'est qu'exceptionnellement possible en Europe où les patients entrant dans un essai clinique ne s'identifient pas en fonction d'une appartenance à telle ou telle origine ou ethnie. Elle est encouragée aux États-Unis par la FDA qui recommande d'inclure des patients issus des minorités dans les essais cliniques. Ceci est particulièrement justifié dans l'hypertension artérielle où l'on sait par exemple que les patients afro-américains répondent mal à certains traitements existants comme les inhibiteurs de l'enzyme de conversion ou les sartans. Leur particularité est d'avoir un profil d'hypertension particulier dite « dépendante au sel », souvent associé à un profil hormonal particulier caractérisé par une concentration de rénine abaissée et de vasopressine élevée. On parle de profil LRHV (Low Renin, High Vasopressin) qui touche plus généralement 30 % des sujets hypertendus dans le monde. « Ces avancées sont cruciales. Avec 17 millions de décès par an, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. Un adulte sur trois souffre d'hypertension artérielle », commente Lionel Ségard, p-dg de la société. « L'hypertension est un tueur silencieux responsable de complications qui entraînent 9,4 millions de décès, chaque année ».

 

Une récompense de la fondation Galien en 2017

Pour cette étude, la société Quantum Genomics a été distinguée, le 26 octobre à New York, par le Prix Galien MedStartUp 2017, dans la catégorie « meilleur design innovant d'étude clinique ». Lionel Ségard précise qu'outre ce recrutement particulier, réalisé avec l'aide de la CRO Medpace, l'étude a été primée car elle teste un protocole de traitement tout à fait particulier. Les patients seront traités pendant 8 semaines. La dose initiale sera doublée si nécessaire. Enfin, un traitement diurétique pourra être ajouté à la quatrième semaine. Le critère principal d'efficacité sera la baisse de la pression artérielle systolique après 8 semaines, telle que mesurée dans des conditions précises standardisées.

Derrière cette étude se cache une petite molécule linéaire, au nom de code QGC001. Les lots cliniques sont actuellement produits en France. La molécule présente un mécanisme d'action tout à fait unique dans l'hypertension, dans la mesure où elle agit sur le cerveau et non sur les organes périphériques comme la plupart de ses concurrentes. Pour cela, elle libère une pro-drogue, appelée EC33, qui va inhiber sélectivement l'aminopeptidase A et empêcher la production d'angiotensine III, principal peptide effecteur au niveau du cerveau. Or ce peptide, par trois mécanismes différents, contribue à augmenter la pression artérielle : augmentation de la concentration de vasopressine, augmentation de l'activité des neurones sympathiques associée à une vasoconstriction des vaisseaux, et inhibition du baroréflexe. On parle d'approche BAPAI (pour Brain Aminopeptidase A Inhibitors) découverte par le Dr Catherine Llorens-Cortes, docteur en neurobiologie et directrice de recherche Inserm au collège de France. Approche qui est à l'origine de la création de Quantum Genomics en 2006. Cette découverte est protégée par six familles de brevets décernées ou en cours d'homologation, avec une protection jusqu'en 2033.

New-Hope est une étude de phase II dont les résultats complets sont attendus pour la mi-2019. Déjà des résultats d'une phase IIa, menés en France et publiés à la mi-juin, se sont révélés particulièrement encourageants, confirmant un effet antihypertenseur sur l'homme et son efficacité croissante en fonction de la gravité de l'hypertension. À l'issue de l'essai américain, si tous les voyants sont au vert, la molécule passera dans la foulée en phase III. Lionel Ségard explique être à la recherche d'un partenaire pour mener à bien cette étape qui nécessiterait des fonds trop importants, même si la société a réussi à lever par augmentation de capital 8,2 millions d'euros en Europe et aux États-Unis, en juillet dernier. En attendant, les recherches se poursuivent au sein du Labcom CardioBAPAI, laboratoire commun entre Quantum Genomics et l'Inserm avec le soutien de l'ANR, inauguré en 2016 au sein du prestigieux Collège de France et dirigé par le Dr Llorens-Cortes.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

P-LICAN valorisera la recherche  en oncologie dans la région Île-de-France

P-LICAN valorisera la recherche en oncologie dans la région Île-de-France

Renforcer la valorisation économique de la recherche en oncologie issue de l'Île-de-France : telle est l'ambition du programme P-LICAN (Paris region Leading Innovation for Cancer), lancé par la région et le[…]

Des étiquettes moléculaires contre la falsification

Des étiquettes moléculaires contre la falsification

Une croissance de +4 % pour l'Institut Carnot

Une croissance de +4 % pour l'Institut Carnot

Accord entre la SATT Sud-Est et le Canceropôle PACA

Accord entre la SATT Sud-Est et le Canceropôle PACA

Plus d'articles