Nous suivre Industrie Pharma

Parfums et arômes/Givaudan : augmentation de 14 % du bénéfice net

Sujets relatifs :

,

" Notre solidité financière et la qualité de notre outil de production, nos ressources scientifiques, technologiques et créatives, sont autant d'atouts pour concrétiser nos ambitions notamment la reprise de notre leadership " a affirmé Dr Jürg Witmer, CEO de Givaudan, en annonçant les résultats de son groupe. Le n°2 mondial de l'industrie des parfums et arômes qui détient 15 % d'un marché évalué à une quinzaine de milliards de francs suisses, est satisfait des résultats d'une année "riche en événements" après la séparation d'avec le groupe Roche. Si le chiffre d'affaires - 2 356 MFS - a augmenté de 6 % en francs suisses, il a cependant régressé en monnaies locales. Les ventes ont diminué de 3 % dans la zone Europe, Afrique et Moyen-Orient (à 840 MFS), augmenté de 8 % en Amérique du Nord (à 815 MFS), de 11 % en Amérique latine (à 263 MFS) et de 16 % dans la zone Asie-Pacifique (à 438 MFS). Sur une base comparable pro forma, le bénéfice d'exploitation a progressé de 10 % à 427 MFS. Le résultat avant impôt de 3 % à 378 MFS et le résultat net augmente de 14 % à 265 MFS soit une marge nette de 11,3 % (10,4 % en 1999). Un dividende de 6,5 FS sera proposé à l'assemblée générale. La marge brute a progressé de 0,3 % à 48 %. J. Witmer est particulièrement fier de ce rapport dû à des gains de productivité, à la centralisation des achats de matières premières sur le plan mondial, à l'amélioration de la chaîne d'approvisionnements et à la rationalisation de la production. L'EBIDTA progresse de 23,1% à 24,1%. L'année 2000 a été marquée par d'importants investissements - ils ont représenté 140 MFS - pour faire des économies d'échelle en Amérique du Nord et renforcer des positions en Inde et en Chine : - unité de compositions parfumantes à Mount Olive aux Etats Unis, - centre de recherche et de marketing pour les arômes à Cincinnati (Ohio), - unité de mélanges pour parfums et arômes à Jigani en Inde, - agrandissement de l'unité de mélange de parfums et arômes de Shanghaï, - nouveau centre de création de parfums et arômes en Inde et en Chine. Les dépenses de marketing et de distribution ont augmenté de 11 % à 538 MFS, le groupe ayant fait de gros efforts pour accroître sa clientèle sur les marchés émergents notamment la Chine et l'Inde et sur de nouveaux marchés comme la restauration pour les arômes. Les dépenses de R&D ont été accrues et focalisées sur : la recherche de nouvelles molécules pour les parfumeurs (deux nouvelles molécules brevetées ont été mises à leur disposition), des unités pilote d'encapsulation à Cincinnati et Dübendorf en Suisse, la mise en place de synthétiseurs virtuels d'arômes (une nouvelle technologie mise au point par Givaudan) dans tous les centres de création du monde, la recherche des gènes récepteurs de l'olfaction en collaboration avec Roche qui donne déjà des résultats prometteurs et enfin l'expertise dans les systèmes de diffusion de parfums et arômes. La Division Parfumerie a réalisé un CA de 1 123 MFS (+3 % en francs suisses, -2 % en monnaies locales) ; son bénéfice opérationnel augmente de 12 % à 208 MFS, son EBITDA de 10 %. Selon Errol Safford, président de la Fragrance Division, l'année 2000 a été difficile pour la parfumerie comme pour les produits de consommation où des lancements ont été reportés et pour l'activité filtres solaires que Givaudan continue à fabriquer et vend au groupe Roche. La parfumerie est gérée par Paris et New York où se trouvent les deux grands centres de création du groupe, des centres moins importants étant implantés à Bangalore, Shanghaï, Singapour et Sao Paulo. La parfumerie fine reste pour les fabricants de fragrances une vitrine qui leur permet de gagner des clients dans d'autres domaines. L'année 2000 a été marqué par l'attribution à Givaudan de cinq prix de la part de la Fragrance Foundation. D'autre part, les "briefs" gagnés fin 2000 rendent E. Stafford très optimiste pour 2001. De nouvelles donnes en distribution ont permis au groupe de se développer aux Etats Unis. " Notre principal objectif est de rester sur les core lists de nos clients qui sont revues tous les quatre à cinq ans, ce qui est indispensable pur conserver nos parts de marché. " L'activité ingrédients de parfumerie s'est bien comportée en 2000. Le groupe commercialise quelque 300 ingrédients. Le Labienoxime®, une note fraîche, fruitée, fleurie a été mise sur le marché. Un site internet a été créé. En 2000, sur le site de production de Lyon a été mise en service une unité d'aldéhydes gras. A Sant Celoni en Espagne, l'unité de réaction sous haute pression a été automatisée et le programme de traitement des eaux usées mis en place. A Vernier, en Suisse, a été mise en service une nouvelle unité de muscs macrocycliques. L'installation de traitement des eaux usées sera agrandie en 2001. Le chiffre d'affaires de la division Arômes - 1 233 MFS - qui a progressé de 9 % en francs suisses est resté stable en monnaies locales. Le bénéfice opérationnel augmente de 8 % à 219 MFS et l'EBITDA de 10 % à 325 MFS. La division, explique son président, Mike Davis, a beaucoup investi dans son organisation commerciale et fait des efforts particuliers sur sa chaîne d'approvisionnements. Le groupe axe ses développements notamment sur le secteur de la restauration qui n'a cessé de croître depuis dix ans. La zone Asie-Pacifique a bien marché avec d'excellentes performances sur le marché japonais et une augmentation à deux chiffres des ventes en Chine. Les secteurs qui ont le plus progressé sont les boissons, les produits laitiers et les produits salés. Les unités de fabrication ont été agrandies en Chine et en Inde. En Amérique latine, bonnes performances des marchés mexicain et brésilien mais difficultés en Argentine et en Colombie. C'est le secteur des boissons qui a le plus progressé. En Europe, les boissons et les produits laitiers tirent les ventes qui ont montré une bonne croissance en Espagne, au Portugal, en France, au Benelux et en Europe de l'Est. Les marchés allemand et britannique se sont moins bien comportés. Enfin en Amérique du Nord, les ventes ont diminué en raison des concentrations dans l'industrie alimentaire. Des développements ont cependant été observés dans les produits laitiers et la confiserie. " Nous avons réussi notre gestion financière, a remarqué Othmar Vock, chief financial officer. Nous sommes prêts pour toute acquisition si l'occasion se présente. " " 2000 a bien commencé et je suis confiant pour 2001 " affirme J. Witmer. Mais les résultats dépendront beaucoup des ventes en monnaies locales. L'équilibre entre les dépenses et les ventes sera difficile, l'an dernier le groupe a beaucoup investi, ses investissements seront donc inférieurs en 2001 mais son potentiel de rationalisation est relativement réduit. " Je crois qu'une réduction des coûts aurait des effets négatifs sur la croissance, confirme J. Witmer. Nous allons élargir prudemment notre portefeuille de client et profiter de notre créativité pour nous lancer sur de nouveaux marchés. " De Vernier, Françoise Basset

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles